La guerre du Mali pour mieux préparer le droit de vote des étrangers

Au Mali, François Hollande s’est engagé dans une guerre dont les tenants et les aboutissants sont bien moins limpides qu’il n’y paraît.

En tant que chef des armées, et président élu du peuple, c’est son droit. Mais cela n’enlève pas pour autant au peuple le droit de s’interroger sur les conséquences et les éventuelles arrière-pensées qui rampent derrière certaines fausses évidences.

Commençons donc par la seule vraie évidence de cette affaire :  il faudrait être bien cynique et inhumain pour ne pas reconnaître les avantages collatéraux de cette guerre. Empêcher de sinistres terroristes de trancher les mains de voleurs et de lapider des couples d’amoureux, serait déjà une justification pleinement recevable pour cette action militaire.

Redonner au peuple et à l’armée maliens la force de tenir tête aux jihadistes, si l’envie leur prend (n’en doutons pas trop…) de revenir empoisonner la vie d’innocents, est aussi une raison supplémentaire d’aller purifier l’air subsaharien. Et pour être encore plus justes, restons conscients que les terroristes avaient réellement l’appui d’une partie de la population.

Ceci dit, la part des choses se fait rapidement nous évitant la confusion entre les bons sentiments (toujours très utiles en politique) et les arrière-pensées, qui sont souvent les réels moteurs de cette même politique.

– François Hollande, au creux de la vague dans l’opinion publique française, avait un besoin urgent de réarmer son blason, à défaut de le redorer, en faisant un peu oublier les rodomontades sarkozyennes en Libye,… cela fait partie des petits plaisirs qu’un président en exercice et ‘normalement’ constitué ne se refuserait pas !

– par contre le soutien au Mali est un choix qui interroge, surtout quand on voit le coté extrêmement sélectif de François Hollande et de son gouvernement quand il s’agit d’aider son prochain.

Il y a quelques décennies un slogan un peu léger hérissait le poil de la gauche d’alors :

« la Corrèze avant le Zambèze » !

Nous n’avons rien contre le Zambèze, ni la Corrèze, quand à la haute culture du Mali, elle mérite comme son peuple, d’être défendue les armes à la main. L’humanité sert aussi à cela : défendre les faibles contre les chacals et les meurtriers.

Néanmoins quand on le voit aller défendre le Mali avec cette belle vigueur, cela autorise à attendre de François Hollande qu’il entende les slogans suivants : 

« Défendons le Mali sans oublier les victimes françaises des Ulys, » ou,

« Sauvons le Mali et la Seine Saint Denis ».

La liste pourrait être  longue et ressemblerait vite à l’annuaire des communes françaises de plus de 3000 habitants.

Défendre les étrangers en péril est une cause juste, à laquelle nous sommes nombreux à adhérer, mais n’oublions pas de défendre au passage tous les citoyens français (quelles que soient leurs origines) victimes des dysfonctionnements de plus en plus graves de l’Etat et du pouvoir législatif, qui entraînent des carences tout aussi graves dans la justice et la sécurité.

Aller « manger » du jihadiste au Mali, d’accord, mais cela prendrait vraiment sens si l’on mettait conjointement un peu d’ordre dans les pratiques anti-républicaines qui se développent à un rythme alarmant sur notre sol.

Ne doutons pas que si Hollande, ses prédécesseurs et leurs confrères occidentaux avaient eu le courage de mettre les barrières légales et républicaines partout où c’est nécessaire, le message serait passé depuis longtemps. Il resterait sans doute quelques noyaux d’excités locaux, mais ils ne se sentiraient pas mus et soutenus par la grande vague islamiste, qu’ils savent en train de noyauter nos démocraties !

Ainsi, bien des Musulmans vivraient sans doute autrement leur rapport à l’Islam dans nos pays occidentaux. Car si les bons réflexes démocratiques étaient appris ici, ils auraient des effets positifs là-bas.

Il paraît que « gouverner, c’est prévoir »….on aimerait bien savoir ce qu’en pensent nos générations d’énarques et  de spécialistes en  xyloglossie. Qui ont tout compris de l’art de l’imposture, mais ne prévoient jamais rien. Même quand la vérité crève les yeux de tout un peuple.

En laissant faire tout et n’importe quoi à l’ombre des drapeaux de la Nation, comment veut-on transmettre l’éducation à des valeurs humaines universelles, progressistes et laïques dans les pays africains ? Il est vraiment bien plus facile d’aller rouler les muscles au Mali que de faire respecter la France, ici et au quotidien.

Donc, il est impossible de penser que cette intervention militaire a eu lieu uniquement en posant la main sur le cœur !

Comme par hasard, Hollande a répondu à l’appel à l’aide d’un état islamique aux racines et aux contours plutôt flous sur le plan démocratique.

(On aimerait savoir pourquoi aucun potentat islamique n’a soulevé son auguste séant pour aller secourir des frères en Islam…il est vrai que financer le terrorisme islamique d’un coté, et payer quelques bombinettes aux français d’un autre coté, cela aurait fait désordre !)

Donc, premier bénéfice pour Hollande, il apparaît comme un sauveur de l’Islam modéré, avec un petit coté messianique qui lui permettrait presque de faire la nique à Obama. Si ça ne mérite pas un prix Nobel de la paix, c’est qu’il n’y a pas de justice ma brave dame !

Finalement , en considérant le timing de cette opération, il se pourrait bien que la lumière se fasse dans nos esprits.

Car, comme par hasard, François Hollande, après s’être attaqué aux terroristes du Mali, (que les médias à la botte tentent désespérément de dissocier à l’Islam), va démarrer son projet pour….le droit de vote aux étrangers.

Pas n’importe quels étrangers, ceux dont il sait qu’ils voteront à la quasi unanimité pour lui.

Mais ça c’était déjà acquit. Aller mettre la pâtée aux jihadistes, motivera plutôt ceux qui entendaient s’abstenir. Pensez donc ! Un président français qui fait une guerre pour défendre les bons musulmans contre les ‘méchants’ terroristes. Si ça ne mérite pas une réélection au premier tour à tous les élus de gauche !

Plus subtilement, étant donné la bronca qui monte dans le pays, en allant donner la bastonnade aux ‘méchants’ islamistes, il rassure globalement le bon peuple de France, qui devrait bien se fendre lui aussi de quelques bulletins rosâtres dans l’urne !

‘Nous aussi, nous avons un président qui assure contre les terroristes, comme les américains’ ! Cela  ait sérieux dans les chaumières, ça rassure le petit retraité qui marche en baissant la tête dans des quartiers où il ne se reconnaît plus, LE citoyen qui finira bien par se dire qu’avec un Terminator de cette dimension, la République et la France ne risquent plus rien. No passaran !

Donc moutonnons allégrement et donnons le droit de vote à des gens qui ne serviront que les intérêts bassement électoralistes de Hollande et de son parti islamo-socialiste.

Cette guerre sert beaucoup à désarmorcer l’image d’un Hollande incapable de prendre le taureau jihadiste  par les cornes. Sous cet angle c’est surtout une opération de communication pré-électorale.

En attendant que la situation se retourne et qu’un jour peut-être (et bien malheureusement) les socialistes ne soient plus à leur tour que les supplétifs pour les élections de mollahs arriérés et intolérants.

Il aura gagné sur tous les tableaux, quand bien même ce ne sont que des ‘faux’ :  les étrangers musulmans  le vénèreront comme un sauveur, les français comme un rempart. Il n’y a que des citoyens éclairés et responsables qui pourront faire la différence.

Derrière la guerre du Mali, il y un véritable dommage collatéral à prévoir pour la France, c’est la création d’une pseudo aura de chef éclairé et victorieux, pour un homme dont les choix politiques ne conduiront qu’à la destruction des valeurs républicaines, démocratiques et nationales.

A bon électeur, salut !

Lucie Clavijo


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.