La mascarade de la médiation Juppé : on en a marre du feuilleton de l’UMP !

Les 18 et 19 novembre 2012, des millions de Français, proches ou non de la droite républicaine française, ont assisté devant leur écran de télévision à un des plus infâmes spectacles qu’ait pu oser étaler sur la place publique la classe politique française dans le cadre d’une élection interne, celle de l’élection du président de l’Union pour un Mouvement Populaire. Une « élection », ai-je dit ? Non, en vérité, voyez-vous, il s’agit d’une élection qui a abouti à une non élection !

Aujourd’hui, nous sommes le 25 novembre 2012 et l’U.M.P demeure un parti politique français officiellement incapable de désigner, au terme d’une élection interne, son président. Faut-il en rire ou en pleurer ? Ni l’un ni l’autre. Il n’y a, en effet, absolument rien de risible dans cette affaire. Quant à en pleurer, ce sont prioritairement les responsables politiques, à tous les niveaux de ce parti, qui devraient pleurer et s’alarmer des dégâts peut-être irréparables qu’ils ont enfantés et qui trouvent aujourd’hui leur traduction directe dans la sphère interne de l’U.M.P ! Pour autant, nous devrions néanmoins être des millions de Français, toutes sensibilités politiques confondues, à réagir en revendiquant, à notre tour, la légitime et saine colère qui a été récemment celle d’Olivier Mazerolle sur BFM-TV et que, pour ma part, je n’assimile nullement à « un pétage de plombs » (1) :

« Franchement, non mais il faut arrêter de rigoler maintenant. Oui ou non, il y a un problème politique majeur ? Plus personne ne comprend plus rien à ce parti, plus personne ne fait confiance à personne dans ce parti.    ….arrêtons parce que la politique française à la petite semaine, il y en a ras le bol. Voyez, maintenant, moi aussi, je suis journaliste, je suis fatigué comme tout le monde et j’en ai marre d’être obligé de commenter de telles inepties. »

En réalité, nous sommes des millions de Français à en avoir ras le bol d’avoir découvert, ce dimanche soir 18 novembre 2012, ce théâtre de pantins aux discours tous aussi approximatifs qu’assassins envers le « clan » adverse. Et, à l’image d’Olivier Mazerolle, nous sommes également des millions en France à être exaspérés d’assister, depuis maintenant une semaine, aux feuilletons successifs, tous plus sinistres les uns que les autres, d’un parti auquel plus personne ne comprend effectivement plus rien. Mais le plus grave dans cette affaire, on oublie un peu trop souvent de le dire, c’est que ce bal politique des hypocrites aux egos surdimensionnés, a également eu pour conséquence  d’humilier les Français. Tous les Français, les militants certes, ceux qui votent en faveur de l’U.M.P mais aussi ceux qui ne partagent pas les idées de l’U.M.P. Pourquoi ?

Le concert d’insultes, de propos parfois diffamatoires, d’accusations diverses lancées gratuitement sans aucune vérification préalable, les règlements de comptes personnels auxquels se sont livrés un certain nombre d’élus de l’U.M.P dès le 18.11.12 au soir et devant les caméras de télévision, a d’abord été humiliant pour les militants de ce parti, qu’ils aient fait le choix de défendre la campagne de Monsieur Copé ou celle de Monsieur Fillon. Ils ont eu soudain le sentiment d’appartenir à un parti où, les comportements irresponsables d’élus fillonistes ou copéistes témoignaient au grand jour d’une inaptitude désormais consolidée à se situer au-dessus des divisions, des problématiques et des failles internes au parti qui se faisaient alors jour et imposaient de trouver des solutions. Or, un parti qui n’est pas capable de régler ses problèmes internes sera, à plus forte raison, encore bien moins capable de proposer une alternative politique aux Français. C’est à croire qu’aux yeux des élus de l’UMP qui se sont si bassement mis en scène, en direct et donc sur la place publique dès le 18.11.12, tout était subitement devenu permis en démocratie. Cependant, non, tout n’est pas permis en démocratie, ne serait-ce que par respect pour tous leurs militants qui témoignent d’un dévouement impressionnant, mais aussi par respect pour l’ensemble des Français. La démocratie, fut-elle liée à l’élection interne d’un parti politique, perd chaque fois du terrain lorsque des élus, quelle que soit leur couleur politique, lui portent à ce point atteinte. Et au final, on sait combien ces choses là se terminent toujours très mal : à terme, les coups de canif portés à la démocratie interne à un parti se termineront par une atteinte plus globale portée à la démocratie tout court.

Cerise sur le gâteau pour clore cette fin de semaine, je viens d’apprendre que la médiation d’Alain Juppé a échoué. Alors, à quelle mascarade supplémentaire les Français vont-ils encore devoir s’attendre la semaine prochaine ? Et pendant ce temps là, qui se préoccupe de leurs problèmes quotidiens ? Oui, décidément, nous en avons tous marre de cette « politique française à la petite semaine » !

Bonapartine

(1) http://www.lepoint.fr/politique/olivier-mazerolles-j-en-ai-marre-de-commenter-des-inepties-22-11-2012-1532314_20.php

 


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans ESPRITS LIBRES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.