La stratégie des Frères Musulmans d’Egypte : abattre les médias et dominer le ministère des Affaires Etrangères

En Égypte (et malheureusement ailleurs) l’Occident a amplement aidé les Frères Musulmans à accéder au pouvoir. Il les qualifiait de « modérés ». Maintenant on commence à parler de régime islamiste. Les choses se clarifient très vite : on assiste à la mise en place d’une dictature théocratique où les luttes sont acharnées entre le Qatar qui manipule les Frères Musulmans avec l’argent du gaz et l’Arabie Saoudite qui finance les salafistes et dont le but est de dominer et d’asservir l’Égypte, le plus grand État arabe. Le président Morsi n’est en fait qu’une marionnette entre les mains de ses maîtres : les Frères Musulmans.

Pendant ce temps, la France et l’Occident tolèrent les agissements du Qatar et de l’Arabie Saoudite en tant  que financiers du terrorisme international et de la wahhabisation. Cette terreur est aussi dans nos murs. Les salafistes et les islamistes de l’UOIF sont chez nous par la volonté d’Allah et des princes du pétrole et du gaz qui financent mosquées, entreprises et banlieues. Existe-t-il un dirigeant pour nous entendre ?

C’est la principale raison qui nous pousse à nous intéresser à ce qui se déroule sous nos yeux en Égypte, sur les agissements de l’internationale islamiste fasciste qu’est la Confrérie des Frères Musulmans. Demain, ça sera chez nous, en France.

Le document que nous traduisons ici provient du journal Tahrir News. Il porte la signature de « Khayrat al-Shâter » (1). Il comporte le renversement des chaînes privées, le contrôle des réseaux sociaux, la marginalisation du rôle des salafistes,   l’affectation des capitaux nécessaires pour promouvoir les activités de la Confrérie (ألجماعة)

Khayrat el-Shâter

Khayrat al-Shâter, un des dirigeants des Frères Musulmans

qui tire les ficelles de la marionnette Morsi

C’est le Front Populaire de Résistance contre la « frérorisation » (أخونة  ) de l’Égypte, dont le siège est à Alexandrie, qui a révélé ce document porovenant d’une séance de travail (07/12/2012) du Bureau d’Orientation de la Confrérie des Frères Musulmans. Le Front Populaire a indiqué que ce document comporte des articles très dangereux dont le principal est le contrôle total des moyens d’information  et la fermeture de certaines chaînes privées opposées aux Frères Musulmans.

Le journal al-Tahrir (La Libération) a obtenu une copie de ce document signé par Khayrat al-Shâter, premier adjoint au Guide Suprême. L’article 1er comporte sept points dont l’approbation s’est déroulée de façon précipitée. Il s’agit de « discuter les grands projets stratégiques présentés par l’État-frère du Qatar, de commencer immédiatement à établir le plan de travail correspondant, d’affecter le financement nécessaire pour sa propagande médiatique, localement et internationalement afin de préparer son acceptation par l’opinion publique » et de « discuter le planning de travail spécial pour le regroupement politique de la rue afin que soit approuvée la    Constitution ».

Le document comporte également les points suivants : « la nécessité de chercher, de trouver les moyens et de mettre les plans adéquats pour marginaliser le rôle des salafistes, de perturber leur évidente expansion dans la rue islamique, en raison du danger qu’ils présentent et dont l’acuité pourrait s’intensifier dans un proche avenir, ce qui rendrait plus difficiles les solutions », «d’étudier les sites des réseaux sociaux, Facebook et Twitter, qui représentent un danger énorme et de rechercher les moyens pour les mettre en veilleuse d’une façon transitoire jusqu’à ce que la situation se stabilise dans le pays ».

وثيقة خيرت الشاطر

Document interne des Frères Musulmans, authentifié par la signature de

Khayrat al-Shâter

Quand on passe aux points 5 à 7, il est prévu de : « discuter l’idée d’élargir (les prérogatives) des commissions électroniques qui ont récolté de bons fruits et réussi de façon éclatante et agir pour affecter plus de financement pour exalter leur rôle au cours de cette étape », « discuter le transfert de toutes les responsabilités souveraines du ministère des Affaires Étrangères à M. le Dr ‘Isam Haddad », « discuter la proposition et le plan présentés par M. le Dr Mahmoud Ghozlân qui concerne tout spécialement l’épuration de l’appareil médiatique de l’arrière-garde de l’ancien régime et abattre progressivement toutes les chaines satellitaires privées ».

En passant en revue l’article 2 du document qui présente quelques projets proposés à la discussion et à l’étude, on note cinq points essentiels qui sont : « discuter la suppression de quelques actions clandestines et les remplacer par un travail au grand jour maintenant que le rôle de la Confrérie s’est intensifié et qu’elle a accaparé  le pouvoir », « discuter la proposition de transférer le dossier du développement pour qu’il reste sous la responsabilité d’Ibrahim Mounir, secrétaire général de l’organisation internationale », « discuter le mémorandum de participation avec le groupe Centamin, qui concerne une association au projet minier d’al-Sukkari » et «  discuter le développement d’un appareil médiatique de la Confrérie, lui affecter tout le financement nécessaire ».

Traduit de l’arabe par Bernard Dick

(*) http://tahrirnews.com/news/view.aspx?cdate=2812201&id=4c2fa685-89c6-4b90-b7b1-491d41be566b  (28/12/2012)

(1) Khayrat al-Shâter : né en Égypte en 1950, est diplômé de génie civil et homme d’affaires. Membre des Frères musulmans depuis 1981, membre du Conseil Exécutif depuis 1995. Il est le premier adjoint du Guide Suprême. Il fut pressenti pour être candidat du Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ). Il fut emprisonné 5 fois sous Moubarak.

 Voici ce que dit la chaîne allemande ZDF de Khayrat al-Shâter et de ses Frérots

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans LAIQUES DE TOUS LES PAYS UNISSONS-NOUS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.