Lâchetés, médiocrité, morale opportuniste et faillite chez LR

Publié le 16 juillet 2017 - par - 13 commentaires - 1 058 vues
Share

LR a-t-il réellement cessé d’exister ? Les survivants de la débâcle espèrent pouvoir le nier. Pourtant, il s’est bien produit une sorte de conspiration, en forme de révolution de palais ou de coup d’État anti-Fillon.

L’affaire de la Mare aux Canards n’était qu’une rupture d’image et pas une rupture des relations avec les électeurs et sympathisants LR. La candidature Fillon a été touchée mais surement pas coulée. Mais tout était pour le mieux, selon le point de vue des battus, c’est-à-dire ceux qui avaient été éliminés à la primaire de la droite et du centre. Fillon a dû être aussi surpris du résultat que ses amis de la caste et du microcosme.

Afin de rétablir la vérité, il est clair que le soldat Fillon ne devait pas gagner. À noter que pas un LR n’osa, du point de vue politique, affirmer ouvertement la nécessité d’imposer le Grand Remplacement de la candidature Fillon alors que le clan UDI-UMPS des Juppé-Bayrou intriguait déjà en coulisse. La cohésion, la solidarité, la fraternité, l’esprit de corps, fondés sur l’expérience et les luttes communes ne sont pas au cœur des valeurs des partis politiciens LR-PS. Le courage des LR pour soutenir le soldat Fillon dans la tourmente et défendre les couleurs du parti LR a été un vain mot. Les valeurs emblématiques de l’institution LR ont été révélées par l’affaire de la Mare aux Canards, dite affaire Fillon. Ces valeurs, qui ont été lâcheté, médiocrité, opportunisme moraliste, mise en scène des ego, nullité politique, ont chagriné les électeurs et sympathisants LR qui se sont reportés sur un autre choix. Quand la guerre anti-Fillon a éclaté avec Bruno Lemaire et les opportunistes pro-Juppé-Bayrou, pour soutenir une pétition interne afin de vendre un plan B, il ne pouvait en aucun cas être question de la défense des intérêts des électeurs et sympathisants LR. C’est pourquoi, ce qui sépare l’offensive morale opportuniste de Bruno Lemaire de la vérité vraie est tout ce que révèlent aujourd’hui les ministres opportunistes soumis à En Marche vers leur funeste destin. D’ailleurs, le coup foireux du plan B anti-Fillon montrera plus tard toute absence de référence à la morale politique. Bruno Lemaire indiquera donc de façon parfaitement concrète toute une série de collusions politiques pour l’hégémonie Macron-compatible.

La cohésion de groupe LR, c’était une des conditions pour aller vers le succès. « Combattre ensemble, pour gagner ensemble ! » Le groupe LR était bien supérieur à la somme des ego des Lemaire ou Fenech. Un groupe soudé est toujours plus efficace que des ego médiocres, manœuvrant chacun de leur côté.

Le sens du devoir, l’esprit de groupe, l’amour de la cause, le respect de la discipline, le sens politique, tout cela exige du dévouement, du courage et l’acceptation du risque en politique. Ce qui caractérise l’esprit de corps, en tant que fondement de l’action politique, est une même conviction : respect des règles, discipline, disponibilité, loyalisme, fidélité, solidarité, exigence et rigueur morale, comme fondements de la cohésion.

Lu sur Planet.fr : « Rachida Dati : ses tweets « prémonitoires » sur l’affaire Pénélope Fillon. En juillet 2014, elle déclarait : « Que François Fillon soit transparent sur ses frais, ses collaborateurs ! » Prélude à l’affaire Pénélope-Fillon-Canard enchaîné qui a faussé la campagne présidentielle avant de couler LR. Qui a fourni au Canard les informations sur « Pénélope Fillon, assistée parlementaire ? » Après ce coup politico-médiatique foireux, l’équipe Fillon penche pour une trahison interne toujours possible ou un coup de Bercy bien informé.

Clarisse Martin (rtl) a écrit : « Georges Fenech, à contre-courant de son parti, s’est élevé pour déclarer la primaire « caduque » à cause de l’affaire Penelope Fillon ». Au lieu de faire bloc autour du candidat à l’élection présidentielle d’avril 2017, des voix dissonantes (ont voulu) se faire entendre. Parmi elles, celle de Georges Fenech« . Le refus opportuniste du soutien à Fillon a mis le parti Les Républicains en fâcheuse posture.

« Georges Fenech s’est illustré (fâcheusement), le 1er février 2017, en déclarant qu’au vu de l’affaire dans laquelle François Fillon est embourbé, « la situation (était) très compromiseJe pense que le résultat des primaires est aujourd’hui caduc face à cet événement qui se situe non seulement sur le registre judiciaire mais sur le registre éthique et moral« . Il a été le premier député du parti à réclamer le (dégagisme) de Fillon.

Il y a en conséquence des résultats heureux sur le registre éthique et moral en matière de dégagisme politique : « Second tour des législatives 2017, ce dimanche 18 juin 2017. Le Parisien rapporte les résultats de Georges Fenech dans la 11ème circonscription du Rhône. « Voici l’une des figures de la droite détrônée par En Marche ! Le Républicain Fenech a été battu au second tour des élections législatives, avec 45,29% des voix. Député sortant, il cède son siège à Jean-Luc Fugit, investi par La République en marche« . Comme quoi, il ne faut jamais désespérer des électeurs « sur le registre éthique et moral« , selon la référence du politicien Fenech.

Samuel Dufay sur Le Point.fr : « Affaire Fillon : Georges Fenech et le « bal des hypocrites« . Pourquoi la droite n’a-t-elle pas su empêcher un désastre annoncé ? Partisan déclaré du retrait de Fillon, Georges Fenech livre sa part de vérité. Georges Fenech remet les points sur les « i » dans l’affaire Fillon. « Assassinat politique ? Non, plutôt un suicide. » Ces mots du journal norvégien Aftenposten font écho aux propos tenus par François Fillon au cours de sa conférence de presse du 1er mars où il a dénoncé un « assassinat politique ». Georges Fenech pourrait aisément les reprendre à son compte dans son livre « Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ? » L’ancien député montre comment la droite, incapable de « débrancher » le candidat englué dans les affaires, s’est tiré une balle dans le pied lors de la présidentielle » au point de perdre une élection annoncée comme imperdable. (C’est donc bien les foireux LR qui ont fait perdre une élection imperdable !) Fenech, qui (a) demandé en vain, à plusieurs reprises, le retrait du vainqueur de la primaire et son remplacement par un « plan B », retrace (la) descente aux enfers (orchestrée par les foireux LR). Les mots sont durs et le procès n’épargne personne. À commencer par François Fillon lui-même, figure omniprésente tout au long du livre.

« L’ancien magistrat reproche à Fillon, qui aspirait aux plus hautes fonctions de l’État, ses attaques contre l’institution judiciaire, présentée comme partie prenante d’un « complot » politique fomenté par (le cabinet noir présumé de) l’Élysée. Et quand Fillon prétend lui substituer le « seul jugement du suffrage universel » pour justifier son maintien dans la course en dépit de sa mise en examen, Fenech l’exécute :

« En érigeant ainsi le peuple en juge, Fillon oubliait que le peuple vote, mais ne juge pas. (Même si, en votant contre Fenech, les électeurs de la 11ème circonscription du Rhône ont fait justice !) Cette formidable atteinte au crédit de l’autorité judiciaire par un ancien Premier ministre ne pouvait que nourrir le populisme et saper le pacte républicain ». (Lequel ? Fenech n’en dit rien parce qu’il n’en sait rien !) Fermez le ban…

« Cette Chronique secrète d’une élection imperdable (sous-titre du livre) est l’occasion pour l’auteur de se livrer à un plaidoyer pro domo. Il n’a pas trahi, mais a fait preuve de bon sens, sa position étant dictée à la fois par des considérations éthiques (il cite Malraux : « On ne fait pas de politique avec de la morale, on n’en fait pas davantage sans ») et par le pragmatisme politique. Au-delà de la psychologie de Fillon, l’ancien député revient sur la multiplication des lâchetés qui, mises bout à bout, ont rendu impossible le « plan B » pour lequel il s’est battu. (Il dénonce les grands barons) du parti défaits à la primaire, Sarkozy, la solution Juppé, et son « renoncement de dernière minute »… (Et) aussi celles d’autres ténors des Républicains : Larcher et Accoyer : « Au bal des hypocrites,  ils ont occupé les premières places ». « Au final, aucun de la nouvelle génération n’aura l’audace d’un Macron lancé dans sa marche conquérante ». Dans un parti où les têtes d’affiche se neutralisent mutuellement, postures, arrière-pensées et manque de courage ont donc conduit à l’élimination de la droite au premier tour de la présidentielle ». « Pour l’auteur, emporté par la vague LREM dans sa 11ème circonscription du Rhône, le bilan est amer. » (Samuel Dufay sur Le Point.fr) (« Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ? Chronique secrète d’une élection imperdable… », par Georges Fenech, © Éditions First, 206 p.)

Au total : Fenech (LR) a mis en cause « l’obstination de Fillon » pour justifier la faillite des LR au lieu de s’interroger sur les mœurs désastreuses des magouilleurs foireux LR. En réalité, c’est l’attitude, la conduite et le comportement des magouilleurs LR qui ont fait fuir les sympathisants et électeurs habituels de la droite.

Par bonheur, pour Georges Fenech et le « bal des hypocrites », il y a bien une morale en politique !

Les LR ont été sanctionnés parce qu’ils ont été médiocres et incapables d’assurer dans l’affaire de la « Mare aux Canards anti-Fillon », en préférant perdre, alors qu’ils n’ont pas pu et/ou n’ont pas voulu faire corps et combattre pour « défendre la candidature Fillon » et « sauver le drapeau LR » !

Si bien que la fable de Jean de La Fontaine nous éclaire aujourd’hui sur ces « LR dérisoires » :

« La cigale (LR) ayant chanté (à la télé), Se trouva fort dépourvue Quand la (faillite) fut venue.

« Elle alla crier famine Chez la Fourmi (En Marche) sa voisine,

« La priant de lui prêter Quelque (poste) pour subsister Jusqu’à la saison (électorale) nouvelle.

« Que faisiez-vous au temps chaud (de la campagne électorale) ? Dit-elle à cette emprunteuse.

« Nuit et jour à tout venant, Je chantais (à la télé), (je magouillais), ne vous déplaise.

« Vous chantiez (à la télé) ? J’en suis fort aise, Eh bien (LR), dansez maintenant ! »

Thierry Michaud-Nérard

Poster un Commentaire

Notifiez de
800
Vent d\'Est, Vent d\'Ouest
Vous oubliez la trahison de Fillon appelant à voter pour Macron, donc pour les mondialistes et pro-immigrationnistes et par voie de conséquence les mesures anti-sociales et anti-françaises, ne pouvant ignorer tout ce que concoctait ce parvenu, comme tout politicien averti, alors qu’il déclamait tout son amour patriotique et tous les chants destinés à berner les électeurs lors de ses interventions avant et pendant les présidentielles. À cette occasion, beaucoup d’électeurs qui ont fait barrage à Juppé lors des primaires ont été plus que choqués, sans compter également sa trahison envers Sens Commun, même si cela n’a malheureusement pas permis l’élection… lire la suite

Fillon n’avait plus droit à la parole et le mantra LR obligé sous la pression de tout son funeste entourage était de devoir se renier en se soumettant à l’incantation appelant à voter Macron… la tête sur le billot de la caste politico-médiatique anti-FN…

Dans la novlangue LR savez-vous quel est le mot utilisé pour dire un  » traître  » ? Réponse : on dit un  » constructif  » .

Fenech ? Ou le Renard du désert ! Celui de L.R.! (Pas Rommel…)
Les Historiens feront leur miel du Complot d’Etat organisé contre Fillon.
Justice sera rendue. De même pour ses affaires familiales, dénoncées en 3 heures, jugées en 3 ans ?

Bien vu ! Ces dispositions consistant à accélérer les procédures judiciaires concernant les parlementaires et autres élus ont été mises au point par Taubira et Hollande ( sauf erreur de ma part ) . En effet , Mimolette 1er était convaincu que 2017 le mettrait à nouveau aux prises avec Sarko , comme en 2012 , et il espérait bien lui glisser cette énorme peau de banane sous les talonnettes , ceci compte tenu du lourd contentieux judiciaire du petit Hongrois . Mais rien n’ a marché comme prévu ! Qu’ à cela ne tienne , en creusant un peu… lire la suite

Fillon s’est mis lui-même la tête dans le noeud coulant ;ses ennemis n’avaient plus qu’à serrer .

Tous pourris dans le parti.
Tous pourris dans la vie.

Macron a eu le grand mérite de renvoyer toute cette racaille dans les poubelles de l’histoire .Quelle que soit la suite du quinquennat,nous lui devons une reconnaissance infinie.
Quand on pense qu’il y a à peine un an,le calamiteux Juppé était donné comme le futur président à coup sûr …soit-disant qu’une majorité de français le souhaitait .Il a maintenant tout son temps pour lécher les babouches des islamiques .

Parce que Choupinet n’est pas un lèche babouche ?

Une gauche qui a fait 5 années, une politique de droite que la droite n’aurait jamais osé faire, ce qui signait la mort de l’UMPS ou de son relai, le LRPS. M lepen en perdait son slogan et sa crédibilité de présidentiable et Mélanchon l’immigrationniste devenait la seule « opposition » au nouveau pouvoir. La finance mondialiste a su saisir cette opportunité historique en imposant Macron par les médias à sa botte. Voilà le gourou, le sauveur, le « tout au centre » , ce centre illusion qui n’a jamais existé que dans la tête des bayrou ou des Lagarde, pour se faire élire.… lire la suite

J’espère bien que De Gaulle sera mis en examen … un jour ! n’en déplaise à Georges Fenech !

Si c’était possible,pourquoi le Général devrait il être mis en examen ?

Par l’effet de la « généralisation abusive » des activistes de l’anti-France révisionniste et affairiste pour la mondialisation heureuse et la destruction des « valeurs éternelles » de l’Occident chrétien…

wpDiscuz