L’Afrique excise, la France répare gratuitement : Cherchez l’erreur ! (2ème partie)

Amis lecteurs et lectrices, qui me faite l’honneur de me lire, si j’ai souhaité mettre mon humour entre parenthèses sur ce sujet grave de l’excision, c’est que cela fait des années, depuis que pour la première fois j’ai eu connaissance de cet acte abject, mon cœur saigne dès que je pense à ces millions de petites filles qui ont du, ou vont devoir, subir cette torture intolérable, souvent même infligée par une parente, ajoutant ainsi la totale incompréhension et la souffrance morale à l’immense douleur physique.

excision_temoin_afrique_adolescence

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-femmes-excisees-femmes-mutilees-22.asp?1=1#

Et c’est parce que normalement j’apprécie, comme un enrichissement personnel de connaitre les us et coutumes de différentes ethnies, que je me permets de porter un jugement sur celui-ci, trop entaché d’une influence masculine certaine, égoïste et néfaste pour l’humanité. Le mot n’est pas trop fort lorsqu’il concerne des millions d’individus qui en sont victimes, et qu’une encore trop importante partie de cette humanité refusant les avancées du progrès, pour conserver au-delà des ans ses petites satisfactions personnelles, est arrivée et arrive encore de nos jours, malgré les lois, à faire perdurer cet atroce supplice sous couvert de coutume, religion, ou autres monstrueux alibis.

Je sais que mes quelques lignes ne vont pas régler le problème, ce serait trop simple, et beaucoup s’y sont essayés avant moi, notamment bon nombre de femmes courageuses, concernées personnellement ou non, qui s’emploient depuis des années à dénoncer cet ignoble crime. Mais si j’ai tenu dans la première partie de mon propos, à vous montrer l’inconcevable, à vous choquer par une photo atroce, c’est pour vous donner l’envie d’aller plus loin dans la recherche sur ce sujet (1), et surtout pour bien vous convaincre de mon immense compassion pour toutes ces fillettes torturées injustement, afin que vous ne soyez pas choqués de mon jugement sur la manière, inacceptable parce qu’injuste et hypocrite, dont l’Occident, avec en première ligne la France, « répare » les inconcevables dégâts de cette abomination.

Car vous allez voir que ces femmes ne sont pas les seules victimes du machisme de leurs bourreaux, grandement aidés par l’ignorance de certaines femmes, en raison de l’inculture totale dans laquelle elles sont volontairement maintenues ; de nos jours en plein 21ème siècle, c’est sur tout un peuple, qui doit trimer pour cela (sans qu’on lui demande son avis) que repose le système de réparation des dégâts du moins ceux qui peuvent l’être (certains autres étant irréversibles).

Les dégâts sont immenses … les moyens d’y remédier forcément coûteux !

Quelques témoignages particulièrement explicites :

« Je n’aime pas du tout en parler. C’est comme si je me mettais à nu. Mais je le fais pour aider d’autres femmes, pour qu’elles ne soient pas seules. C’est la bataille de ma génération. Fatima*, 38 ans, d’origine sénégalaise, a été excisée à l’âge de 12 ans et réparée par la chirurgie il y a trois ans. Cette habitante de Seine-Saint-Denis a choisi de mettre son histoire personnelle douloureuse au service des futures patientes de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis. « (2)

« A force de conseiller les victimes sur un éventuel recours à la chirurgie réparatrice, Nana a décidé de franchir le cap. « C’est mon côté kamikaze ».
En 2005, le professeur Pierre Foldes à l’hôpital de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) a pratiqué sur elle une reconstruction vulvaire. Celle-ci, remboursée à 100%, s’opère en quelques heures et s’accompagne d’une prise en charge psychologique. » (3)

Extrait du témoignage du Dr Jean-Philippe Harlicot

« Il faut savoir que c’est un protocole assez long. Ces femmes ont souffert, elles ne viennent en consultation qu’après avoir bien réfléchi au sujet. On les rencontre d’abord une première fois pour faire le point sur les motivations, avec un psychologue. Puis je les rencontre afin de leur expliquer la technique et les résultats probables. J’essaye de ne pas donner de faux espoirs, ce n’est pas une chirurgie miraculeuse. On accueille des femmes en détresse. Il y a quelque chose que l’on constate à chaque fois, c’est vraiment de la détermination. Je vois l’espoir dans leurs yeux. Elles savent qu’elles vont souffrir, mais espère que ce sera la dernière fois. » (4)

Entendons nous bien, je l’ai dit et le répète, ma compassion me permet de comprendre qu’il soit nécessaire de venir au secours de ces pauvres femmes martyrisées, par l’intermédiaire de talentueux chirurgiens plasticiens, et par le biais des cotisations de nos travailleurs.

En revanche, je m’indigne de constater que les élus politiques, pourtant grassement payés puisque ce sont eux qui déterminent le haut niveau de leurs salaires, soit disant en adéquation avec leurs capacités, ne font strictement rien pour essayer d’enrayer ce fléau en amont, c’est à dire en veillant à ce que NOS lois soient totalement respectées sur notre sol ; en l’occurrence en mettant sous haute surveillance les mœurs arriérés que les foules d’immigrés qu’ils font venir par tombereaux, importent insolemment sur notre sol, se foutant de nos propres mœurs, mais exigeant de notre part, respect total vis à vis des leurs !

Egalement en faisant pression auprès des Etats concernés afin qu’ils veillent eux-mêmes chez eux, à éradiquer cette monstruosité. C’est possible et  c’est d’ailleurs en cours dans certains états, comme l’atteste le témoignage suivant.

http://www.rfi.fr/emission/20130206-une-poignee-etablissement-proposent-une-chirurgie-reparatrice-femmes-excisees

Unique commentaire à cet article par Idrissa Kafando, 2013-02-06
« Au Burkina grâce à la première Dame , la Lutte contre cette pratique ignoble est devenu une priorité nationale et cela va à la réparation de l’excisée. Bon courage ! »

Pour obtenir des résultats probants, il faut une volonté énergique et sans faille, or comme dans bien des domaines, les responsables politiques des nations civilisées (ou du moins qui se prétendent telles) s’offrent sur ce sujet un superbe alibi et une bonne conscience à peu de frais : une journée internationale « tolérance zéro » pour l’excision ! Tellement ridicule que ça en serait risible si ce n’était si dramatique pour autant de petites filles et de femmes sur toute la planète !

La loi française précise que les mutilations sexuelles féminines sont considérées comme des crimes, passibles de la cour d’assises. Pourtant chaque année, lors de vacances au pays d’origine et sous la pression des familles, de trop nombreuses petites filles sont excisées, sans que les parents soient inquiétés le moins du monde. S’il leur était opposé systématiquement une peine importante, peut-être les parents concernés seraient mieux armés pour lutter contre cette odieuse coutume. J’estime que quand on veut, on peut ! Tout est question de véritable volonté politique, malheureusement bien discrète, voire totalement absente, en dehors des périodes de concerts électoraux.

Et quand au fil des témoignages qui précèdent, je note que la chirurgie réparatrice pour contrer ces pratiques barbares, est remboursée à 100% à laquelle s’ajoute un accompagnement psychologique pendant un long protocole … certainement très coûteux, je m’interroge forcément : le tout est payé par qui ?

Je vous laisse deviner !

Comme toujours, chez nous ce sont les contribuables, les travailleurs qui se voient spoliés d’une partie de plus en plus en plus importante de leurs salaires. Ceci afin de combler le gouffre de notre sécurité sociale, que par ailleurs nos politiques incapables et sans conscience, s’emploient à aggraver  via les immigrés chaque année plus nombreux, qu’ils s’ingénient à attirer dans leurs filets en leur offrant sans compter avantages et prébendes, aux détriments des citoyens de souche à qui ils les refusent.

Donc quand vous ne pouvez entreprendre des soins trop coûteux (mal ou non remboursés) par exemple chez votre dentiste et que vous vous devez vous mettre au régime potage-purée-compote, c’est parce que quelque part des crétins encensés par nos hypocrites élites, ont décidé qu’il fallait amputer les petites filles d’une partie honteuse de leur anatomie, tellement honteuse d’ailleurs qu’ils en sont obsédés et ne pensent qu’à « ça » à longueur de temps ! Dites-moi donc qui est impur dans ce cas ?

Cotisez, Cotisez, il en restera toujours quelque chose … mais pas pour vous !

En conclusion je dirais que je suis d’accord pour que nos brillants chirurgiens puissent « réparer » en France ce que d’autres ont saccagé, mais à condition que nos responsables politiques cessent de nous en faire supporter le coût. Qu’ils interviennent auprès des Etats concernés pour les mettre devant leurs responsabilités, ou qu’ils commencent par puiser dans leurs propres revenus, totalement disproportionnés au regard des piètres résultats obtenus.

Josiane Filio

(1) http://ame.enfant.org.free.fr/preface_dr_zwang.html

(2) http://www.leparisien.fr/bobigny-93000/ici-les-chirurgiens-reparent-l-excision-07-02-2013-2546921.php

(3) http://www.lexpress.fr/actualite/societe/nana-excisee-a-l-age-de-trois-mois-au-mali-temoigne_ 1217602.html

(4) http://reportouest.fr/2012/09/17/la-chirurgie-reparatrice-au-secours-des-femmes-excisees/

- http://www.chirurgiens-plasticiens.info/lexique/excision.php-

Pour en savoir plus :

Groupe femmes pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles
et autres pratiques affectant la santé des femmes et des enfants (GAMS)
rue des Grands-Champs – 75020 Paris
Tél : 01 43 48 10 87

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans FEMINISME ET LAICITE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.