L’Algérie vient de montrer aux occidentaux comment faire avec les terroristes

Coup de théâtre bis : l’Algérie, sans crier gare ni demander la permission à personne et surtout pas le consentement de tous les angélistes qui n’en finiront pas de tergiverser sur des « négociations »,  fonce dans le tas… Ca c’est la fin du politiquement correct et le retour du franc parler : les terroristes, on les « détruit »… Il y a des morts ? A qui la faute ? Quel pays envoie ses nationaux ou quelle entreprise envoie ses employés dans une zone dangereuse sans service de sécurité adapté?  Qui va dans ces endroits sans être armé et capable de se défendre et de défendre ses collègues ? Des naïfs ? des angélistes ? Des inconscients ?

Mais des inconscients il y en a aussi en Europe : ce matin dans le journal Knack :

http://www.knack.be/nieuws/belgie/belgisch-leger-kan-extremisten-niet-ontslaan/article-4000234556653.htm

« Il est impossible de licencier les extrémistes islamistes qu’il y a dans l’armée belge car il n’y a pas de bases juridiques qui le permettent … ». Textuellement !

La ministre Laurette Onkelinx a fait voter une loi qui interdit la possession d’armes et qui donc met les citoyens désarmés à la merci des terroristes qui eux sont bien armés… et le budget de la défense nationale belge est le seul qui diminue. Qui a dit  « Quand un pays craint la révolution ou la guerre civile il commence par désarmer ses citoyens » ?

En Suisse aussi les islamistes sont surveillés parmi les militaires et il y a des groupes qui demandent l’abolition de l’armée. D’autres disent qu’aujourd’hui la guerre n’est plus ce qu’elle était et qu’il faut très peu de grands spécialistes en électronique pour faire la guerre à distance genre drone… Mais a-t-on prévu la possibilité de guerre civile ? En tous cas, en Suisse, l’armée de milice fait que chaque citoyen est un soldat toujours prêt à empoigner le fusil d’assaut qu’il tient dans sa garde robe et avec lequel il va s’entraîner au polygone de tir le dimanche après-midi comme d’autres vont au football et les chasseurs, eux, ils sont capables de viser juste.

La piraterie a toujours été considérée un fléau grave. En vertu de lois(russes)  des XVIII° et XIX°, après dieu, le capitaine est seul maître à bord d’un navire et a le droit de rendre la justice, les marins russes ont leur façon « vite fait, bien fait » de traiter avec les pirates somaliens.

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=oTrkcQJ9i2I

C’est rapide, efficace, ne coûte rien et c’est dissuasif : « Voilà comment nous traitons ceux qui touchent à nos navires », exactement comme l’Algérie vient de dire « Voilà ce que nous faisons avec les preneurs d’otages ».

Olala les cris d’orfraie des do-gooder occidentaux…

Dernièrement à la fin d’un épisode de « on n’est pas couché », monsieur Takieddine a conclu par ces mots : « Apprenez à travailler avec ce monde que vous ne comprenez pas» . Apparemment les Algériens, eux, savent de quoi il retourne. Ce changement de méthode envers les preneurs d’otages devrait changer l’attitude envers les otages potentiels : vous allez dans des endroits dangereux ? Libre à vous, mais soyez conscients du fait que personne ne négociera votre remise en liberté… et que les otages risquent autant que leurs ravisseurs lors de la « destruction » de ceux-ci.

Tôt ou tard il va bien falloir appeler un chat un chat et agir en conséquence car s’il est possible de payer une rançon pour un individu ou un navire, il est impossible de payer la rançon pour tout un continent, pour toute une civilisation qui est prise en otage.

Le monde est décidément un endroit bien dangereux, surtout quand  les angélistes sont aux manettes… des angélistes ou des traitres ?

Anne Lauwaert


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.