Le Monde et les dérives de l’inutile Macron

Publié le 20 avril 2017 - par - 3 commentaires - 480 vues
Share

Le Monde en pleine décomposition est laudateur à propos de l’immigrationniste Macron. Le Monde, c’est la liquéfaction du journalisme tombé dans la servitude de l’islamogauchisme ennemi de la vraie France.

Comment Le Monde de gauche a-t-il pu tomber si bas ? Le Monde, c’est donc la police de la pensée de gauche en action chaque jour chez vous. Refusant de comprendre et de critiquer le déni de la réalité de l’immigrationniste Macron, Le Monde a choisi de sortir du champ de la pensée pour succomber à la servitude ennemie de la vraie France. Le Monde de gauche, c’est Le Monde soumis au « politikement korrekt« .

Le Monde de gauche est soumis au conformisme et à la docilité si significatifs de l’esprit du temps.

Le Monde, comme les dérives de l’inutile Macron, le bavard qui dit tout et son contraire, est soumis à l’islamogauchisme libertaire et au mythe de l’islamisation heureuse. « Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse« . Quand Macron regarde Marseille, il s’écrie en plagiant le Hollande de 2012… « Je vois des Arméniens, des Comoriens, des Italiens, Algériens, Marocains, Tunisiens, Maliens, Sénégalais… Mais je vois quoi ? Je vois des Marseillais… Je vois des Français. C’est depuis Marseille que je voulais lancer la dernière phase de notre campagne. Parce que rien n’est gagné et que nous avons le pouvoir de changer notre pays… Regardez-les bien, messieurs et mesdames du Front national, c’est ça, être fier d’être Français… » Macron, c’est aussi l’esprit nauséabond du Monde réduit à l’état de magnétophone…

Mathieu Bock-Côté sur Le Figaro : « Macron à Marseille… En égrenant l’origine des citoyens venus à son meeting, Macron a dévoilé sa vision idéologique multiculturaliste » comme la nouvelle religion politique de l’islamisation heureuse de la gauche à l’agonie. « À Marseille, Macron confond la vocifération avec l’éloquence. Il a terminé son discours en égrenant l’origine des citoyens présents dans la salle. Maliens, Sénégalais, Ivoiriens, Marocains, Tunisiens et bien d’autres : tous étaient convoqués, dans une étonnante célébration d’une république renvoyant chacun à ses origines, ce qui est radicalement contradictoire avec le principe républicain qui invitait chacun à se fondre dans la nation. » La France, et non plus la nation selon Macron, se définit comme un rassemblement de communautés venues de l’immigration cohabitant grâce à la magie du mythe socialiste du « vivre-ensemble ». On se demande, dans cette mosaïque des migrants, quelle est la place des Français qui ont fait souche, « les Français d’origine française », terme qui fait scandale à gauche.

« De quelle histoire sont-ils les héritiers et quelle origine peuvent-ils revendiquer ?

« Macron à Marseille… reprend le dogme de l’orthodoxie multiculturaliste mondialiste : « Nous sommes tous des immigrants« . La trame fondamentale du récit national du pays serait d’abord le récit « des vagues d’immigration l’ayant constitué. Faut-il arracher la France à son histoire pour la rendre inclusive ? Ne risque-t-on pas ainsi de radicaliser le sentiment de dépossession des Français qui craignent de devenir des étrangers chez eux et qui ne voient pas pourquoi ils devraient s’en réjouir ? L’angoisse identitaire n’est pas un fantasme régressif, à moins qu’on ne considère que le besoin d’enracinement et de continuité historique relève des pathologies politiques à combattre au nom de l’émancipation » de la gauche anti-islamophobe libertaire.

L’histoire de France mondialisée, donc celle d’une perpétuelle migration et de la fixation de certaines populations sur certains territoires, serait arbitraire et provisoire. « Un peuple n’aurait pas le droit de vouloir se sentir chez lui : ce sentiment relèverait de l’extrême-droite. Marseille serait une ville modèle parce qu’elle serait une ville-monde, dont l’histoire serait étrangère, ou du moins distincte, de celle de la nation française. »

Le bavardage du candidat Macron qui veut « plaire à tout le monde », et « dire à chacun ce qu’il veut entendre », « converge à bien des égards avec celle qui traverse l’Histoire mondiale de la France pilotée par Patrick Boucheron. La grande ville mondialisée serait le meilleur cadre pour chanter la diversité heureuse » que le candidat Macron croit pouvoir célébrer dans la France de l’islamisation heureuse mondialisée.

Voilà pourquoi, pour Macron à Marseille, « il s’agit d’expliquer aux Français qu’ils ont tort de s’inquiéter de la dissolution de leur patrie et de leur civilisation » au même titre que l’identité heureuse d’Ali Juppé.

« C’est, depuis le début de la campagne présidentielle, (la grande mystification de) Macron qui veut se faire passer pour un candidat post-idéologique, réconciliant les contraires et faisant éclater les vieux clivages qui étoufferaient la vie politique française. Il se veut de gauche et de droite, sans être ni à gauche ni à droite.

« Il devient l’objet de récurrentes moqueries, comme si le macronisme n’était qu’un hollandisme (de contrebande), relooké à l’art de la synthèse bancale, au point de rassembler » la plupart des reliquats séniles du hollandisme à l’agonie, tous les habiles politiciens social-profiteurs des privilèges de « la politique française des dernières décennies, communistes, ultralibéraux ou chiraquiens« .

Le divertissement du show vulgaire de la campagne pestilentielle et de l’invective à la télé poubelle de l’anti-France a été critiqué par Alain Finkielkraut qui a réagi à « Angot la médiocre » dans « L’Émission politique » de Pujadas-France 2 où on a vu « le divertissement (politique) lui-même déchoir et s’avilir jusqu’à (la bassesse la plus vile). « Angot la médiocre » ne souhaitait pas interpeller Fillon : « elle lisait, le visage convulsé par la haine, un texte d’invectives« … La liquéfaction du journalisme de divertissement fait que Le Monde est tombé dans la servitude du macronisme avec son refus obstiné de sortir du déni de l’immigrationnisme. L’érudition de surface du candidat Macron est mise en évidence par la régression identitaire poubellisée par le Monde !

La négation de l’origine chrétienne de la France, de la France de culture grecque et latine, permet au candidat Macron de sortir du champ de la pensée pour se soumettre à l’esprit du temps et au mythe du social-mondialisme nauséabond de Soros, le spéculateur sénile réduit à l’état de complotiste international…

L’opinion publiée par Le Monde de gauche, c’est l’opinion de gauche poubellisée par le Monde, mais surtout pas l’opinion publique. Le Monde de gauche refuse de désigner la servitude de l’immigrationnisme à marche forcée, l’ennemie de la vraie France et fait comme si la réalité de l’impôt confiscatoire n’existait pas.

L’hallucination de la fausse réalité et du mythe du vivre ensemble de l’immigrationnisme de gauche, poubellisée par le Monde, met en œuvre et diffuse la propagande du « pauvarisme politique » (Finkielkraut), à savoir la pauvreté socialiste pour tous. Le Monde de gauche met en scène la servitude de l’immigrationnisme à marche forcée qui légitime et désigne l’ennemi comme la régression identitaire poubellisée par le Monde.

Avec Macron et Le Monde de gauche, la disparition du sens des mots précède la disparition des faits réels. Le nouveau récit de la France socialiste islamo-mondialisée fait de la Gaule et des Gaulois des thèmes ultra-minoritaires. L’Éducation Nationale Socialiste doit réviser l’histoire pour inventer la nouvelle histoire de la « France du vivre ensemble » sur la base de la démographie cosmopolite décrite par Macron à Marseille.

Finkielkraut a montré la mystification de l’histoire de la colonie grecque de Massilia, la cité fondatrice ouverte depuis toujours au monde virtuel de la mondialisation heureuse, de l’immigration, du commerce et de l’échange, 600 ans avant notre ère. Cette colonie grecque de Massilia deviendra Marseille. Le mouvement de déculturation de la vraie France par les migrations prône un nomadisme et une errance physique et morale ou encore intellectuelle, selon la fable socialo-populiste du brassage perpétuel contre le roman national.

Le vivre ensemble des communautés trans-identitaires est un leurre quand il faut quitter les lieux. Le diversitaire « politikement korrekt » soumis à l’islamogauchisme doit dissimuler la violence du présent contre les Français de souche « transformés en minoritaires » à Marseille. La réalité du Grand Remplacement est devenue « innommable » dans la conception du pouvoir politico-médiatique selon Macron et Le Monde de gauche.

Le Monde crée et entretient un climat idéologique détestable pendant la campagne présidentielle. Le faux de l’idéologie mondialiste de l’islamisation heureuse et les dérives du vivre ensemble de l’inutile Macron doivent mettre fin au roman national. Quand Le Monde et les médias soumis sont aux mains des milliardaires, les profiteurs-prédateurs-abuseurs néfastes pour la désinformation de l’opinion publique, les médias ont rendu « le candidat Macron omniprésent et incontournable » avec le soutien tout pourri du « double jeu du PS ».

Le hollandisme à l’agonie et le PS corrompu de Cambadélis avec la « légalisation promise du cannabis pour tous » agissent pour la « mise en scène du sexe à l’école » pour les très jeunes élèves et contre l’avis des familles. Avec la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT et l’idéologie des « ABCD de l’égalité » contre la laïcité à l’école, on s’attend maintenant à de nouvelles formes de terrorisme intellectuel…

La « gauche intellectuelle de la haine » et les orphelins profiteurs misérables du hollandisme à l’agonie sont au service des escrocs anti-racistes et des activistes dénonciateurs de l’islamophobie contre les nations civilisées. Macron n’est sûrement pas un « homme substantiel » et la gauche sénile des soutiens à Macron est absurde pour combattre l’islamophobie par des militants anti-racistes pour le « mythe du vivre ensemble de la gauche soumise à l’islam« . « L’effacement de la réalité par le mensonge et l’oubli progresse quand le faux s’installe dans le Monde« . La bêtise de l’intelligence de Macron, ou l’intelligence de la bêtise de Macron du vivre ensemble, font que « le débat n’a plus de sens quand on n’habite plus le même Monde« … (Finkielkraut).

Thierry Michaud-Nérard

POUR VIRER MACRON IL FAUT VOTER POUR LE 2 EM DANS LES SONDAGES

ce type est un inutile qui croit qu’il est important par le truchement du grossissement médiatique orchestré par les plus mauvais journalistes carpettes du pouvoir que nous ayons eu depuis des lustres. Ces journalistes qui répètent à l’envie les mêmes tics depuis des années pour contrer les idées de Marine chez les jeunes comme par exemple de tendre l ostentatoirement le micro à des jeunes de cité pour leur demander ce qu’ils pensent des policiers ou de Marine comme si ces jeunes des quartiers allaient leurs dire qu’ils votaient pour Marine et que la police faisait bien son travail pour… lire la suite

Se rappeler Hollande lors de son élection et le nombre impressionnant de drapeaux de l’islam. Même combat pour Macron. C’est intolérable !

wpDiscuz