Le pire crime de l’Education nationale : avoir décérébré nos élèves

Le débat introduit par Thomas Ricard est important,  et mérite ce que l’on s y arrête. Oui, une majorité ?   ( ou une grande  part ) de ceux qui se disent musulmans  en France  ne demandent  qu’ à vivre en paix,  ne veulent pas imposer la charia en France et d’ailleurs ils ne  connaissaient sûrement pas très bien le Coran. Ils travaillent,  ne vivent pas de trafics,  et si ils se sentent reconnus, peuvent être  bons enfants  Le problème,  c’est que ces musulmans dit modérés,  sont otages de l’Islam devenu agressif par  notre faute, par notre soumission à des revendications communautaristes. Ce ne sont pas eux qui pourront,  à quelques exceptions près ;   freiner cette évolution. Ils attendent peut – être  de nous  attitude plus ferme, un autre visage.  .  Il faut donc montrer qu’on a de la consistance, des convictions enracinées dans nos traditions, pour de tenir un langage clair et respectueux de tous. Et fixer les  règles du jeu .A ce prix, avec une certaine noblesse d’attitude, qui en impose,  nous pourrons proposer avec leur appui tacite  une solution politique qui puisse être acceptée de tous, respectueuse de la légitimité, solution politique, qui n’est, c’est vrai, jamais simple. Mais il y a des arbitrages qui  dans ces  conditions  vont dans le bons sens, en évitant  l’escalade ou l’affrontement

De ce point de vue «  Riposte laïque «  a mille fois raison de dénoncer la complaisance de  nos pseudo élites face à des revendications qui,  si elles aboutissent, ne font que creuser les tensions. Bien sûr qu’il faut contrôler une  immigration ,qui dans les conditions actuelles est bien un danger pour  notre pays et aussi pour ces musulmans relativement intégrés, qui vont à leur tour  devenir donc encore plus otages de l’Islamisation de notre pays. Un  position ferme est  donc finalement un service à rendre à ces musulmans modérés, les aider à ouvrir les yeux sur ce qu’il y a d’inacceptable dans cette Islamisation  de notre société dont ils vont aussi être vicitmes?   . A quelles motivations obéissent ces élites et cette classe médiatique, Peut être à un secret goût pour le nihilisme et  à une  « Schadenfreude »  à détruire ou déconstruire notre pays ? Ou est ce plus simplement  un aveuglement lié  à un conformisme ambiant et j’irais même plus loin, pour certains clercs   catholiques  un ralliement  naïf et sans condition à des illusions millénaristes  ou au régime ? Avoir des politiques qui ne renient pas leur pays tous les jours.  Et retrouver les fondamentaux de e notre pays ?

Je ne suis pas suis pas sûr que le repli sur un laïcisme  un peu incantatoire  comme  le fait d’ailleurs Marine le Pen, soit la meilleure solution pour résister aux abus parfois effrayants de la revendication communautariste lié à l’Islam. Entendons nous bien un sain laïcisme fait partie de notre tradition mais comme toutes la bonne chose, ce laïcisme a pu, à mon sens, être dévoyé. Il ya donc bien là une ambigüité. Le dénominateur commun qui nous rassemble entre un instituteur républicain pur jus et moi  par exemple, il en reste encore ! -attaché à un autre tradition qui vient de plus loin,  catholique de surcroit, ne passe pas par la  guerre ou un repli figé sur un laïcisme mais sur le respect du travail bien  fait, –de la  transmission de notre langue, de la volonté de  faire jaillir chez l’enfant qui nous a été confié  le meilleur de lui-même, en toute liberté, de concilier la  transmission et la liberté. Aujourd’hui  un enseignant pourrait–il encore dans le contexte de décomposition,  faire  jaillir un Albert Camus,  et lui donner le goût de devenir ce qu’il a été : un homme libre et attachant.

Reconnaitre, républicain ou non, chrétien  ou non que l’enseignement est quand même une liturgie basé sur l’attention, l’effort et l’encouragement à l’effort, non la soumission veule  à un consumérisme individualiste et revendicatif… Le crime de l’Education Nationale, sous la tutelle de la  droite comme de la gauche, c’est d’avoir démissionné, d’avoir renoncé à transmettre, de ne pas avoir eu  le courage d’apprendre notre langue. Résultat, on a formé des êtres décérébrés, qui châtrés dans leur être,  n’ont plus que la violence  comme ressource pour s’exprimer ou la conversion ou reconversion à ce qu’il y a de pire  et gravement menaçant dans l’Islam.

Il y a deux sortes de gens (on n’ose plus dire de races,  au sens spirituel  bien sûr)  les constructeurs et les destructeurs ; Riposte laïque, quand elle défend les fondamentaux, qui ont tissé notre  pays, appartient sans conteste  aux constructeurs, (je mets quelques réserves vis à vis de certains , qui  comme  Hubert le Sage  ont  la  nostalgie des périodes les plus violentes  de guerre civile, donc de déconstructions,  de notre patrimoine commun).

Je ne demande pas à Riposte laïque de renoncer à sa quête de vérité, ni  à ses convictions  républicaines  et laïques, je lui demande simplement de les approfondir encore pour les mettre encore plus au  service de notre pays, de notre destin commun, de nous aider dans notre remembrance à trouver un avenir à figure humaine, d’avoir en filigrane  le souci de cette médiation commune qui nous  sauvera des griffes des possédés,  qui veulent jusqu’à effacer notre visage avec cette rage de destruction pour  nous livrer à la barbarie qui monte.

Henri Peter


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans POINT DE VUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.