Le Point : Giesbert noie le poisson, Ramadan roule la journaliste dans la farine

TARIQ RAMADAN DEVERSE SA BILE ANTI-MECREANTS DANS « LE POINT »

Dans son dernier numéro, l’hebdomadaire Le Point a fait sa Une sur «  Cet Islam sans gêne…hôpitaux, cantines, piscines, juges, programmes scolaires. ».

L’éditorial de Franz-Olivier Giesbert avec un titre ronflant « La République sera laïque ou ne sera plus » nous avait d’emblée mis l’eau à la bouche. Vous allez voir ce qui vous allez voir !!

Las ! Il nous fallut vite déchanter en découvrant avec perplexité un chapelet de sentiments artificiels et de phrases convenues, quand ce n’était pas un charabia abscons. « La stigmatisation d’une religion ou d’une communauté est toujours une mauvaise action, elle divise, ostracise, hystérise sans faire avancer les choses. C’est pourquoi les flics de la pensée sont nécessaires, jusque dans leur suffisance. Ce sont les idiots utiles de la République. A condition qu’ils ne fassent pas la loi » venant quand même d’une des plus belles plumes des salons parisiens où l’on cause.

Est-ce la peur au ventre et la crainte du qu’en dira-t’on qui s’est abattue sur ce pauvre F.OG. à la fin de son article , car il termine par un soporifique, oui mais « la grande majorité des musulmans de France se sent prise en otage par les radicaux emmurés dans leurs fantasmes. Elle ne supporte plus les excès, les dérives et les provocations de ces prédicants lamentables, accrochés à une vision littérale de leur religion, qui vivent un islam tel qu’en lui-même le formol l’a figé, en considérant que la République est leur terrain de jeu.. » .

Dis donc F.O.G., tu l’a connais d’où la grande majorité des musulmans ? On ne t’a pas entendu souvent déambuler ta dégaine dans les quartiers super-islamisés de Seine-Saint-Denis ou ceux du Nord de Marseille. Et combien de musulmanes pur jus connais-tu vraiment ? Bon passons !

 

Interview de Tariq Ramadan

En effet, le plat de résistance de cette enquête du  Point sur les inquiétudes que fait naître l’Islam, c’est l’interview sur deux pages du champion des musulmans bonimenteurs, l’ineffable et archivu Tariq Ramadan. A tel point que j’aurais tendance à soupçonner une certaine connivence BC-BG entre F.O.G. et Ramadan. Mais enchaînons !!

L’interview commence avec l’hypothèse du Point que, pour une partie de la communauté musulmane, le concept de laïcité ne « passe » pas. D’emblée, le grand stratège, Tariq Ramadan a beau jeu de rouler son interlocutrice dans la farine : » Ce que je vois depuis, depuis une trentaine d’années c’est qu’une très grande majorité des musulmans a admis cette règle. Ces gens qui vivent avec la laïcité, sans problème d’aucune nature, sont en plus des individus qui ont une visibilité dans le champ social et sont insérés dans le monde du travail. » et il ajoute pour bien noyer le poisson « A leur sujet, je parle même de « post-intégration », ils sont français ou britanniques, et musulmans. »

Ayant assisté, – je suis légèrement polyglotte-, à plusieurs conférences du sieur Ramadan dans les quartiers chauds de Marseille et dans la région parisienne, je m’inscris complètement en faux contre ces doucereuses allégations J’y ai entendu ce satrape au petit pied déclarer «  Je vous INTERDIS de vous adapter à la société, vous allez perdre votre religion, vous allez perdre votre culture. Je vous INTERDIS de vous humilier devant le BLANC. Les filles doivent rester dans leur chambre, elles ne doivent pas sortir en société. Notre religion autorise les châtiments corporels sur les femmes. Intellectuellement je suis contre mais c’est ainsi dans notre religion  »

Ensuite, la journaliste du Point commet l’erreur d’aller sur le terrain de Ramadan en acceptant le concept bidon de « post-intégration » que Ramadam a chipé aux Etats-Unis où, lorsque Barack Obama a été élu, on a parlé de société post-raciale. Autant lui dérouler le tapis rouge sous les babouches !! «  Les musulmans n’ont pas un problème avec la laïcité, mais avec son application qui inégalitaire… notamment concernant les mosquées et le foulard » Pour les jeunes «  ce n’est pas le respect de la règle commune qui leur pose problème, c’est le discours stigmatisant et à géométrie variable qui accompagne le rappel à la loi »

Eh oui, en France quand un policier vous fait signe de stopper votre véhicule, il faut obéir sans broncher. Eh oui, en France, contrairement à ce que proclame le rappeur musulman Booba ou dans un récent procès, l’avocat d’une bande de violeurs de cité, quand on viole en groupe une pauvre adolescente, cela ne s’appelle pas un rite initiatique mais un crime odieux puni par la LOI.

Quand vous interviewez Ramadan, il faut toujours se méfier de sa science de la rhétorique, car il va tenté de vous dévorer tout cru ou toute crue quand c’est une journaliste qui tient le crayon. Exemple : «  J’observe que bien souvent, on pourrait trouver des solutions de compromis qui dégonfleraient les problèmes. On ne le fait pas. On préfère aller à l’affrontement, alors que les textes de loi, intelligemment appliqués, permettraient de se mettre autour d’une table et de trouver une solution »

Au crédit de cette journaliste, une répartie très fine : «  Les défenseurs de la laïcité soulignent qu’une concession en appelle une autre et c’est sans fin »

Respirez-bien, avant de lire la réponse de Ramadan aux mécréants que nous sommes «  L’idée est que finalement, les français musulmans ne sont pas vraiment des français que ce sont des «  citoyens étrangers » qui n’ont qu’une obsession : grignoter notre espace vital et les bases de notre société. Bref, « ils souhaiteraient nous coloniser. » On alimente la méfiance et la peur et on escamote les vrais débats. L’islam est une religion française, il faut bien l’admettre. Il faut ensuite cesser de tout mélanger en arrêtant d’islamiser l’ensemble des problèmes, pour ne pas aborder la problématique centrale : la question sociale. Quel est le problème des banlieues ? Le chômage, l’école, l’ accompagnement social».

A la question relatant un récent sondage paru dans le Figaro qui souligne la mauvaise image de l’Islam pour une majorité de français, Ramadan agacé rétorque en commençant à sortir les crocs : « Oui, il faudrait que les musulmans soient plus discrets dans leur façon de pratiquer leur culte, qu’il se fondent davantage dans la masse pour se faire accepter, qu’ils changent leurs noms même. Je ne partage pas du tout cette façon de voir. La clé de notre acceptation n’est pas notre disparition. Peut-on gommer la couleur de sa peau et son histoire »

Et Ramadan d’enchaîner presque lyrique «  La clé de  notre « acceptation »n, c’est notre participation au récit commun de la nation, c’est la participation et la contribution, la célébration des succès des hommes et des femmes des cités. Ne pas disparaître, mais ajouter de nouvelles formes de visibilité » En bouddhisme ZEN, les maîtres appellent ce lyrisme qui part du bas-ventre « prendre sa vessie pour une lanterne ». Aïe Aïe, bonjour les calculs rénaux !

N’oublions pas que Ramadan est vraiment un orfèvre du double langage, pour lui «  Siffler « la Marseillaise » est à la fois très grave et fondamentalement symptomatique : voilà une génération de Français réglant un compte avec une France qui ne les reconnaît que quand ils s’appellent Zidane, Debbouze, ou Bent : on est un « bon français » quand on fait gagner, rire ou chanter ( en faisant de l’argent de surcroit) non quand on se bat pour vivre au quotidien. Ils ont tort sur la forme, mais ils doivent être entendus sur le fond ».

Quand la journaliste du Point, pointe une contradiction «  Si on vous suit bien, vous êtes le chantre d’un discours victimaire selon lequel c’est la France qui dans le fond n e souhaite pas intégrer . Est-ce si simple ??» Ramadan, pas gêné aux entournures lui balance un «  Je suis radicalement opposé au discours victimaire » Mais pas de chance pour Tariq Ramadan, car je l’ai entendu proférer exactement l’inverse dans des quartiers sensibles devant des foules de musulmans exaltés pour écouter le « professeur » Ramadan diffusant ses messages radicaux «  Je vous défends de vous humilier devant le BLANC » «  Je vous INTERDIS de vous adapter, vous allez perdre, votre religion, votre culture »

En tant qu’également militant contre les violences sur les femmes, j’ai gardé le meilleur pour la fin quand Ramadan affirme que «  L’islam n’a pas de problèmes avec les femmes, mais les musulmans en ont »

Quel grand menteur, quel grand dissimulateur que ce Tariq Ramadam, car si les musulmans ont des problèmes avec les femmes c’est précisément à cause des diktats de l’Islam, religion la plus misogyne qui soit par essence. Ainsi dans un verset que tous les musulmans doivent connaître par cœur, le Coran édicte «  Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles » (Sourate 4 verset 34).

Au risque de me répéter, j’en terminerais donc, en re-citant les paroles qu’il m’a été donné d’entendre de la bouche même de ce satrape au petit pied que demeurera toujours Tariq Ramadam, «  Notre religion autorise les châtiments corporels sur les femmes »   Bismellah !!

Huineng


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans MEDIAS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.