L’Emir du Qatar écrit à son ami le Maire de Paris

 

 

 

 

 

 

26 Ramadan 1434 de l’Hégire

Monsieur le Mir de Bârîze, 

Quel plaisir de t’écrire !  Mon cœur ne cesse de palpiter à l’idée de te retrouver après cette longue absence de trois mois. Quel plaisir aussi de penser à ma très, très chère ville de Bârîze et à ses palaces, propriétés de mon émirat !  Je frémis de joie …

Tu sais que mon ambassade surplombe la Place de l’Etoile et les Champs-Élysées où, grâce à l’accueil de la France et de mes chers Bârisiens et surtout de mes chères  Bârisiennes, je me sens plus que chez moi. D’ailleurs, j’ai fait hisser plusieurs étendards qataris sur les quatre façades de mon ambassade, mon petit territoire bârisien du Qatar, pour montrer à tous combien j’adore Bârîze.

J’ai aussi planté un petit délice dans mon jardin. C’est un bonbon qatari avec nos couleurs marron-pourpre et blanc entrelacées en dents de scie que la charmante  artiste Laurence Jenkell  a confectionné à  mon  intention. Ce bonbon, s’il n’est pas comestible, reste néanmoins combustible et vandalisable, ce qui nous a obligés à l’éloigner quelque peu des grilles qui cernent le jardin de l’ambassade afin de le mettre hors d’atteinte de quelque trublion mal intentionné. Il y en a, hélas, partout de nos jours … . 

Tu sais, ‘azizi, mon cher,  j’ai un petit service à te demander, un projet qui me tient à cœur et qui ne te posera  pas trop de soucis. Je ne te cache pas que, vu mon embonpoint,  j’ai un problème pour marcher et monter l’escalier de mon ambassade. Une idée m’est venue à l’esprit qui pourrait arranger les finances de ma chère ville de Bârize et celles de ma chère deuxième patrie, la France, en la dispensant d’assurer ma sécurité quand je traverse la plus belle avenue du monde. Je me propose d’acheter l’Arc de Triomphe. Qu’en penses-tu, ‘azizi ? Non, ne crois pas qu’il s’agisse d’un geste à la gloire de l’action du Qatar en Tunisie, en Libye, en Égypte et maintenant en Syrie mais tout simplement de construire un héliport sur l’Arc de Triomphe pour mes allers et venues. Il va de soi que, par magnanimité et par respect pour l’Histoire de la France, je n’interdirai pas les manifestations patriotiques sur la tombe de votre Soldat inconnu ni les manifestations saucisson-pinard sur le trottoir de mon ambassade. Je sais que la mémoire et la libre expression sont importantes pour les Français. J’envisage au cours des tout prochains mois d’édifier un pont-passerelle, aux couleurs du Qatar, avec un tapis-roulant qui reliera l’Arc de Triomphe à mon ambassade et me permettra ainsi d’échapper à la cohue des heures de pointe. De me déplacer aussi de mon ambassade vers mes palaces ou vers  la pelouse du stade de France où je pourrai ainsi atterrir directement et donner le coup d’envoi des matchs de mon cher club, le Bârize-sâne-Jarmâne.

La passerelle-pont  reliant l’Arc de Triomphe à l’ambassade du Qatar

Conception : Bureau d’architecture de Sa Majesté l’Émir du Qatar 

Connaissant ton attachement et ton dévouement à la cause de la diversité, à notre chère religion musulmane et à ton cher pays natal, la Tunisie, je pense que tu seras certainement de mon avis. Je n’ai pas à te rappeler, ‘azizi, le rôle que le Qatar a joué pour apporter à ton pays d’origine la démocratie et la liberté, longtemps confisquées par le régime d’un dictateur déchu. 

Je serai généreux. Tu sais que je le suis toujours. Je te remets par avance plusieurs chèques en blanc pour te remercier de tous les efforts qu’il te faudra pour aplanir les quelques petites difficultés, les quelques petites réticences qui pourraient surgir, çà et là, lors de cette petite transaction qui sera, certainement,  ‘azizi, des plus amicales. Tu peux passer à l’agence de ma banque, la Qatari National Bank, du 56 avenue d’Iéna. Elle est au courant.

Espérant te revoir très bientôt pour les formalités, je termine cette missive en t’embrassant d’un baiser fraternel.

‘Akhouk, ton frère, 

Hamad ibn Khalifa al-Thani, émir du Qatar

  

Toute ressemblance avec des faits futurs serait pure coïncidence. Seul Allah connaît l’avenir.

Bernard Dick

 

 

 

 

.

 

 

 


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans HUMOUR ET DERISION. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.