L’enquête sur la mal-bouffe : Sucre, le doux mensonge

Publié le 12 septembre 2017 - par - 25 commentaires - 1 492 vues
Share

Alain Constant décrit sur lemonde.fr ce que l’on peut appeler « les ravages du sucre à outrance ».

« Il était une fois des régimes minceur inefficaces, entre espoir et désespoir » face à l’industrie du sucre.

La multiplication des régimes minceur, tout en variétés et en nuances, pour vendre toujours plus de publicités des magazines people, témoigne du désespoir d’une population durement frappée par la crise de la mal-bouffe, de l’obésité, de l’hypertension et du diabète. « Qu’évoque le sucre pour vous ? » Des épisodes de « l’enfance intoxiquée par les douceurs de l’industrie du sucre« , mais sûrement pas la qualité alimentaire des produits de « l’industrie de la mal-bouffe tournant à plein régime » depuis plus d’un demi-siècle à La Réunion.

En clair, la crise de « l’industrie de la néfaste-food« , la vraie, n’est pas près de frapper à La Réunion. C’est un symptôme de La Réunion en panne d’imagination et sûrement pas de La Réunion qui va bien !

En laissant sur place les silences explicites de la propagande publicitaire de l’industrie du sucre, en donnant la parole à des militants nord-américains sur Arte, beaucoup de monde, surtout des jeunes, peuvent comprendre la « complicité de l’industrie de la mal-bouffe et de l’industrie du sucre » dont les méfaits sanitaires n’auront jamais totalement disparu à La Réunion en dépit des nombreuses campagnes de prévention.

La santé a 4 ennemis déclarés : « les 4 S. La santé physique est menacée directement par le Sel et le Sucre. La santé psychique est menacée directement par le Silence et la Solitude« . La propagande publicitaire de l’industrie de la mal-bouffe a réussi à modifier les messages de prévention : « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé » – www.mangerbouger.fr., alors que l’industrie de la mal-bouffe veut continuer à « vendre des plats préparés toujours trop gras, trop sucrés, trop salés« . La propagande publicitaire de l’industrie alcoolique a réussi à modifier les messages de prévention : « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération« . En clair, l’alcool n’est pas dangereux, mais « seul l’abus d’alcool est dangereux » ! Le but de la propagande publicitaire de l’industrie alcoolique : faire porter la faute à la victime !

C’est pourquoi certains jeunes expriment toujours plus leur envie de consommer de l’alcool ! La santé investit dans des publicités et des messages de prévention totalement inefficaces. Exemple : « Le tabac tue ! » Fumer ne « tue » pas, sinon les cadavres joncheraient le bas des immeubles de bureau à la pause-café.

« Fumer provoque le cancer et le cancer tue souvent« . Contrairement au matraquage des publicités, on est loin des besoins de modernisation des messages de prévention-santé. Les gens ne savent pas ce que c’est que de pouvoir vivre vraiment sans alcool et sans tabac. On survit sous l’effet des drogues dites douces. L’opium du peuple ne fait que « frelater la vie sociale » avant que les responsables de la santé, « refusant de voir les gens et les familles souffrir des méfaits de l’alcool, du tabac, de la mal-bouffe et des drogues dites douces » ne constatent les dégâts ! L’industrie du mensonge et les surprofits de l’industrie de la mal-bouffe et du sucre « effacent des existences et désorganisent des vies humaines« . Un demi-siècle de domination publicitaire abusive par l’industrie de la néfaste-food nord-américaine a soumis la population à la « mainmise sanitaire et culturelle de l’industrie pharmaceutique« , avec la généralisation de l’obésité, de l’hypertension et du diabète.

Il existe un décalage entre les mentalités éclairées et les masses « sur les méfaits de la mal-bouffe« , alors que les questions de santé ne sont pas abordées de manière directe par des messages de prévention. À travers cette problématique de la mal-bouffe, « la propagande publicitaire de l’industrie du sucre imposée sur toutes les télés vulgaires » est remise en question par l’enquête très sérieuse des militants nord-américains sur Arte : « Sucre, le doux mensonge« . L’humour des témoins des doux mensonges dénonce « les coups foireux de l’industrie du sucre pour les faire taire » et les a priori et les préjugés véhiculés par la propagande publicitaire de l’industrie du sucre. L’objectif premier de « cette propagande publicitaire à gros moyens doit bénéficier à la production des plats préparés toujours trop gras, trop sucrés et trop salés par l’industrie de la mal-bouffe« .

Cette propagande publicitaire à gros moyens doit dissimuler « tous les ravages du sucre à outrance« .

L’enquête approfondie des militants nord-américains : « Sucre, le doux mensonge » met en lumière les ravages des habitudes de la mal-bouffe à outrance sous « l’effet toxique de la propagande publicitaire infernale » de l’industrie de la néfaste-food. Aujourd’hui à La Réunion, de plus en plus de personnes sont touchées par le diabète, l’obésité, et l’hypertension, comme résultats sanitaires du « miracle de la mal-bouffe nord-américaine« .

Grâce au « miracle sanitaire de la mal-bouffe« , l’industrie pharmaceutique nord-américaine garde tout espoir de faire des surprofits avec la milliardisation heureuse sans être tenaillée par l’angoisse du lendemain.

Ce que l’on comprend, de façon inquiétante, de l’enquête approfondie des militants nord-américains, « Sucre, le doux mensonge« , ce sont les masses intoxiquées par les redoutables techniques de marketing de la propagande publicitaire, victimisées par l’alcool, le tabac et la mal-bouffe, qui en font les frais, avec les surprofits de la milliardisation heureuse. Si la mal-bouffe n’a pas de frontières, chaque pays a sa spécificité pour piéger les pauvres et les familles de plus en plus intoxiquées par les techniques répétitives du marketing  et de la propagande publicitaire. Dans ce paysage inquiétant, le documentaire « Sucre, le doux mensonge » a le mérite de fournir des arguments solides à ceux qui sont « prêts à changer de comportement alimentaire« .

Alain Constant sur lemonde.fr : « Une enquête sur la manière dont l’industrie du sucre s’ingénie à en augmenter la consommation, faisant fi des risques sanitaires« , sur Arte. Après avoir visionné ce documentaire instructif et inquiétant sur « les méfaits du sucre pour la santé« , on regardera différemment toutes les sucreries avalées avec tant de plaisir (par nos chers enfants futurs obèses). Le lobby du sucre (voulant cacher les) preuves irréfutables des effets préjudiciables du sucre, continue de vendre des aliments et des boissons qui provoquent obésité, hypertension, diabète et maladies cardiaques. L’industrie sucrière utilise les stratégies des cigarettiers : « Pour ne pas effrayer le client, l’industrie agroalimentaire cache la quantité de sucre sous les appellations : lactose, sirop de glucose ou de maïs, saccharose« . C’est ce qu’a fait l’industrie du tabac. En 30 ans, la consommation de sucre a augmenté de 46 % dans le monde entier. Depuis le début des années 1980, la consommation d’aliments transformés et sucrés est passée de 11,6 % à 22,7 %. 74 % des plats cuisinés contiennent des sucres ajoutés. L’industrie du sucre et l’industrie de la mal-bouffe imposent à tous les « doux mensonges publicitaires« , comme une exigence incontournable des surprofits de la milliardisation heureuse.

Thierry Michaud-Nérard

Share

L’industrie alimentaire et l’industrie pharmaceutique travaillent main dans la main: l’une vous rend malade, l’autre vous guérit!

Le problème majeur de notre pays , ce sont tous les gros… Les vrais gros cons, les vrais gros feignants, les vrais gros trop malades, les vrais gros foireux, les vrais gros simulateurs, les vrais gros trolls. Stop Franckie!

Eh oui, les « Sucriers » se sucrent à nos dépens.

À titre indicatif, l’acidifiant du coca est l’acide phosphorique utilisé comme anti rouille !!!!

Un bon verre de pinard, un bon pastis, un bon wisky à l’apéro, une bonne clope ou un bon cigarillo en fin de repas ne sont pas des poisons, mais du plaisir et de l’amitié. On peut fumer sans avoir envie de se faire un cancer du poumon. Mais fumer un joint, ça rend directement débile…

Qu’on arrête de prendre les gens pour des c…ns. Tout est dans la mesure, ce n’est pas le sucre, le gluten ou le lait de vache qui sont responsables de la mal-bouffe ! Si on commençait par se nourrir auprès de producteurs locaux et de transformateurs artisanaux qui ont le goût de faire de bonnes chose (bio ou qui ne balancent pas plein de saloperies, on n’en serait pas là). Si on n’utilisait des produits de qualité…Il ne faut pas mettre dans le même sac nos paysans et artisans avec l’agro-industrie ! Les mêmes bobo-écolos qui nous font la morale… lire la suite
Si les parents donnent de l’eau à boire à leurs gosses, seul liquide indispensable à la vie, au lieu du coca, pschitt, fanta et autre orangina ça va s’arranger. On peut boire de l’eau sans grenadine ou autre sirop. Mais quand les parents eux mêmes ne boivent que ces merdes, c’est sans espoir. Le sucre n’est pas nuisible à la santé et le comparer au tabac est une connerie ! On ne discrédite le sucre que pour vendre les saloperies chimiques substituts du sucre, aspartam, stévia, sacharine, etc. qui ne présente d’intérêt que pour certains malades (diabétiques par exemple) La… lire la suite

Les industries se « sucrent » sur notre dos…
Oui, le Sucre est une addiction invisible, moins identifiable qu’alcool et tabac.
Autant mourir sucrés que salés…

On ne voir pas trop où l’auteur veut en venir. Pourquoi prendre toujours comme exemple la Réunion ? Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un exemple représentatif de la population française. Nous sommes assaillis de propagande nutritionnelle de toute part : le tabac, c’est pas bien, la viande, c’est pas bien, l’alcool, c’est pas bien, le gluten c’est pas bien, le lait de vache, c’est pas bien, le sucre, c’est pas bien, le café, c’est pas bien, le gras, c’est pas bien… La secte des végans commence aussi à nous expliquer que les oeufs, c’est pas bien non plus, les… lire la suite

J’ai déjà entendu ce genre d’arguments @Franck
Pensez-vous vraiment qu’ils tiennent la route ?

Article confus, mal écrit (des lourdeurs qui font penser à une traduction de l’Anglais). Et surtout je ne vois pas bien l’argumentaire de l’auteur.

C’est de votre faute, aussi, il faut manger é-qui-li-bré.
lol

« …néfaste-food nord-américaine a soumis la population à la « mainmise sanitaire et culturelle de l’industrie pharmaceutique« , avec la généralisation de l’obésité, de l’hypertension et du diabète. »
C’est bien ce que je pensais… Tous ces sucres ajoutés, et inutiles, servent à faire des malades qui enrichiront les labos pharmaceutiques.
Et… que font les gouvernements ???

Le semble ne concerner que la Réunion (on ne sait pas pourquoi), puis passe à des généralités sans transition. L’auteur semble mélanger des extraits d’un reportage (qui date de 2015) et ses propres idées. On ne sait pas qui est cet Alain Constant sans lequel cet article n’aurait pas été écrit.
Bref, encore un article mal construit et confus, avec un bel enfonçage de portes ouvertes.

J’ai hâte que vous écriviez vos propres articles, nul doute que nous serons époustouflés par la profondeur de votre réflexion…

Moi aussi j’attends que certains commentateurs prompts à critiquer nos riposteurs nous fassent part de leurs talents

Wika, Charles, pourquoi donc vous contentez-vous de si peu? Soyez exigeants avec les auteurs! Si on peut démonter leurs articles aussi facilement, n’y a-t-il pas un problème?
Quant à votre argumentation, j’en déduis que vous ne critiquez jamais Macron, Hidalgo et autres Hulot (entre autres!) ou la moindre personnalité politique, au prétexte que vous n’êtes pas élus vous mêmes. Sinon c’est l’incohérence totale. N’est-ce pas?

Vent d\'Est, Vent d\'Ouest
@ Charles Martel et @ Autres Cet article, qui pourrait être intéressant, est mal rédigé. Sans prétendre à être un François Mauriac, l’auteur aurait pu s’éviter des répétitions et autres redondances. En y ajoutant et énonçant des lieux communs et d’évidences quasiment à chaque paragraphe, sa lecture est malaisée ; en cela, je rejoins les critiques. Critiquer une rédaction ne signifie aucunement que l’on soit capable d’en écrire soi-même ; mais la critique est légitime dès lors que le texte, par son obscurité et sa mauvaise construction, le rend abscons ipso facto, ce qui est le cas ici. J’avoue m’en… lire la suite

Ouf ! Merci, j’ai cru être le seul.

Je vous conseille vivement la lecture de « L’Alimentation ou la 3° Médecine » du Docteur Jean SEIGNALET chez François Xavier De Guibert (Collection Ecologie Humaine) la 5° édition exclusivement . Le respect des autres commence par le respect de son corps . Bonne lecture !

Hé Oui ! Il y a du sucre même dans les chips !

quand je vois tous ces jeunes qui se goinfrent de sucrerie en tout genre,des litres de coca par jours des enfants sortant de l’école dans les boulangeries acheter des merdes chimiques; J’ai discuter avec la boulangére qui me disais je vois des gosses de 6 7 8ans prendre des cochonneries pareilles ça me fait bouillir, un jour je l’ai dit a un gamin quia rigoler et j’ai vue son pére le lendemein m’insulter voilà ou on en est nos gosses s’empoisonnent avec l’aide de leur parent pour certains ces parents bobos qui ne comprennent rien apres on comptera les victimes… lire la suite

Un petit mot sur ces abrutis qui n’éduquent pas leurs enfants : ils nous coûteront les yeux de la tête en soins médicaux .

C’est déjà fait Tourange! Voir la proportion de musuls soignés pour diabète dans nos dispensaires et hôpitaux en France.

et apres ça on supprime les bons produits sous motif qu’ils sont dangereux pour la santé.
La protéine du lait et tout ce qui va avec qui protégé nos gosses dans les années 50/60
tout ça a disparut on a du lait sans gout du pain sans gluten et d’autres
toutes ces conneries d’assos qui veuelnt tout réglementer ferais mieux de s’occuper de leurs fesses

wpDiscuz