Les Français ne veulent pas savoir que l’islam leur a déclaré la guerre !

Il aura donc fallu attendre que des enfants bien de chez nous soient à leur tour pris en otages par les barbaresques version 11 Septembre pour qu’après le drôlatique Ansar-Dine (à l’huile de palme?) du nord-Mali, l’étrange Boko-Haram du Nigeria entre dans le vocabulaire céfran.

Et les medias de s’interroger immédiatement, via les spécialistes convoqués dans la seconde : mais enfin, de qui s’agit-il?

La réponse est simple : de tueurs appliquant à la lettre les recommandations de leur Livre, d’assassins en action depuis des années pour imposer la vraie lecture du texte, et son application sans défaillance. Leur technique, jusqu’ici largement éprouvée : la flambée de chrétiens par villages entiers avec destruction des églises, mise en esclavage des femmes, rapt des enfants et désertification de zones entières du Nigéria. Broutilles exotiques, si lointaines.

Dans leur recherche éperdue d’un angle de fuite susceptible de prolonger la sieste de l’opinion publique, nos petits robots des micros et cameras n’ont pas tardé à trouver la parade aux évidences : nous sommes en présence d’une secte. Point, terminé.

Aucune analyse en profondeur, aucun lien avec la base intangible d’où partent ces missiles, aucune mention du fait qu’une guerre nous a été déclarée, dont les tactiques différent d’un terrain à l’autre. Rien. C’est une secte vous dis-je, comme telle mystérieuse, animée par ses propres codes étrangers au reste de la théorie. Inquiétante, certes, mais bien délimitée, là-bas, en Afrique… Le massif et si parlant silence de la confrérie estampillée modérée sur ses agissements n’évoque rien, surtout pas l’étonnement. Boko Haram, c’est un peu comme le Temple Solaire, vous vous rappelez, ces branques qui maniaient aussi l’essence pour monter plus vite au Ciel.

Ainsi la peur demeure-t-elle confinée chez les autres, bien encagée, vécue par ces procurations que s’offrent les lâches et les ignorants. « Boko Haram n’a rien à voir avec Mohamed Merah, peut-être, à la rigueur, avec le Mali ». On va nous l’enfoncer dans la tête à coups d’éditions spéciales conçues pour ça. Il est des parallèles qui ne se rejoignent jamais, même à l’infini, c’est un ordre! Toute mise en doute de ces reptations conjuratoires ne peut être le fait que d’esprits retors, de nostalgiques de la Colonie, d’abominables réactionnaires donc de fascistes en puissance. Vous avez dit journalisme? Quant aux politiques, une remarque : lorsque le Ministre de la Défense nous parle des filières « narco-djihadistes » du Sahel, pense-t-il à la cocaïne trouvée sur le cadavre du Directeur de Cabinet de Madame Filipetti? N’est-il pas possible, tout compte fait, que certaines parallèles finissent par se rejoindre quelque part?

Vous avez la nausée? Détendons l’atmosphère. À propos de l’ignorance encyclopédique de nos contemporains, je vous propose un petit jeu de société plutôt amusant. Puisque la discussion sur l’Islam viendra forcément sur le tapis, une fois passées les considérations relativistes sur les Croisades, l’esclavage, l’Algérie, etc, questionnez ainsi : « combien d’entre vous peuvent me dire la différence entre un Livre incréé et un Livre révélé? » J’ai eu personnellement des réponses : « Euh… », « Ben… » « Tu peux répéter? »

Il est possible que quelqu’un sache, auquel cas vous aurez eu plus de chance que moi. Avançons : « Quelle est la différence entre une sourate et un hadith?* » À ce stade pourtant bien liminaire, l’esquive est de règle : « C’est pas le problème ». Vous passez illico pour un emmerdeur pédant. Ah bon? Et de quoi parlons-nous au juste, alors?

S’il est un trait dominant de notre époque, je prétends, preuves à l’appui et me refusant par esprit de clan à soupçonner de bêtise certains de mes proches et de mes amis, que c’est la malhonnêteté intellectuelle travestie en péremptoire ignorance, ou l’inverse. Tragique, dans un cas comme dans l’autre.

Alain Dubos

*Si par extraordinaire vous avez eu les réponses, le jackpot :  » différence entre sourates de La Mecque et de Médine? » À part Caroline Fourest, je ne vois pas qui peut le gagner.


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.