Les Insoumis de Mélenchon : des rebelles d’Etat qui ne dérangent personne

Publié le 19 avril 2017 - par - 11 commentaires - 1 409 vues


Ainsi donc, si on en croit les sondages, il serait l’homme qui monte, le représentant des « Insoumis ». C’est curieux, ce mot, « Insoumis ». Avant un insoumis c’était un vrai rebelle, qui refusait de faire l’armée, désertait, et était lourdement puni (peines de prison) pour ce fait.

Dans tous les pays autoritaires, les insoumis sont victimes de représailles physiques, professionnelles, et peuvent se retrouver en prison. Dans les dictatures sud-américaines, un insoumis, cela pouvait être un communiste qui risquait sa peau et son intégrité physiques dans des geôles réputées pour leur cruauté. C’est le guitariste chilien Victor Jara, torturé et assassiné par la junte chilienne.

Dans les pays communistes, un insoumis, cela pouvait être un anarchiste, un trotskiste, un anti-communiste comme Soljenitsyne, un orthodoxe, qui payaient leur liberté, pendant de longues années de détention dans les goulags ou les hôpitaux psychiatriques. L’insoumis, c’est l’ouvrier qui veut faire grève, comme dans le film de Wajda, « L’homme de fer ».

Dans les pays musulmans, l’insoumis, c’est l’athée, ou celui qui veut changer de religion. C’est Zineb, qui mène le combat, au Maroc, pour manger le midi, en plein ramadan, et se retrouve en prison. C’est la femme qui refuse de porter le voile, et tient tête aux islamistes, comme Katia Bengana en Algérie.

Mais en France, quels sont ces insoumis que prétend représenter Jean-Luc Mélenchon ? D’abord à quoi se disent-ils insoumis ? Aux injustices sociales et à l’oligarchie financière ? Ce n’est pas un acte d’héroïsme, puisque personne n’ose expliquer que les injustices sociales sont indispensables au bon fonctionnement d’une société, et que les oligarques sont des bienfaiteurs de l’humanité.

Ces prétendus insoumis risquent-ils leur carrière professionnelle ? Absolument pas. La majorité d’entre eux travaille dans la fonction publique, bastion de Mélenchon. L’engagement au service du candidat de Parti de Gauche n’a jamais pénalisé la carrière du moindre fonctionnaire, au contraire. D’autres se retrouvent apparatchiks syndicaux, ce qui est nettement plus intéressant que de tenir une caisse dans un super-marché ou de conduire un bus dans des banlieues islamisées. D’autres ont des chroniques sur France-Infos ou France Culture. D’autres encore sont enseignants, et se permettent, sans vergogne (quand ils sont au travail, et pas en délégation) de salir Sarkozy hier, et Marine Le Pen aujourd’hui), sans être inquiété par le rectorat, qui sait qu’il aurait, s’il réagissait, à gérer des grèves.

Ces insoumis défendent l’immigration, ce qui est plutôt tendance, et va dans l’air du temps. Ils ne veulent surtout pas sortir de l’Union européenne, ce que Mélenchon a encore confirmé hier soir, à Dijon. Et bien évidemment, ils n’ont absolument rien contre l’islam, qui est, selon eux, une religion d’amour et de paix, à ne pas confondre avec l’islamisme, bien évidemment. Ils défendent le mariage homo, comme toute la bien-pensance. Eh bien sûr, ils sont contre les flics et les militaires, c’est tendance, cela, coco ! Et bien évidemment, ils sont écolos, tiers-mondistes et pour l’abolition des frontières. Comme les capitalistes, d’ailleurs. Bref, il est, de manière consternante, soumis à l’air du temps, et aux discours de son nouveau gourou Méluche.

Mélenchon, Corbière, Simonnet, Coquerel, Garrido, des insoumis ? Défense de rire !

Et comme Mélenchon ne sert qu’à une chose, empêcher les Français trahis par les socialistes de rejoindre le Front national, en leur offrant une autre prétendue alternative qui convient mieux au système, tout le monde est content.

L’insoumis de Mélenchon, c’est finalement un rebelle d’Etat, un fonctionnaire de la révolte qui ne dérange personne.

Le seul véritable insoumis, dans ce pays, milite pour le Front national ou d’autres organisations patriotiques. Cela lui vaut de se faire souvent traiter de raciste, ou de nostalgique du IIIe Reich. S’il se présente à une élection, il aura du mal à trouver du travail, ensuite. S’il vit dans un quartier à forte concentration musulmane, il risque, ainsi que ses enfants, les représailles des racailles. S’il habite dans une zone pavillonnaire, il peut retrouver sa maison taguée. A tout moment, il peut être victime d’une agression physique, commise par des gauchistes ou des racailles envoyées par les premiers. Il verra nombre d’amis, voire de familiers, lui tourner le dos quand ils apprendront son engagement. S’il est journaliste, il ne trouvera jamais de travail dans une rédaction de grands médias.

Mais ces véritables insoumis, les patriotes, n’intéressent pas les médias. Méluche et ses guignols boboïsés font tellement mieux l’affaire.

Joël Locin

Insoumis, hahaha les guignols, j’en pleure encore de rire !

Excellent……les insoumis de l ordre et du bon sens….ne font pas trembler la haute finance……des apparatchiks au coin du feu dans leur cocon douillet le soir venu……et tous ces enseignants et couches boboisees bavassent sans risque pour leur présent et avenir .

Très bel éditorial, merci.
Quand Mélenchon sera au pouvoir acceptera-t-il des « insoumis » ? J’en doute fort. Qui seront-t-ils ? Nous pardi ! Nous les patriotes. Et comment serons nous traités ? Certainement sans pitié, direction le goulag !

Superbe article sur ces nouveaux kapo de la doxa immigrationiste et remplaçiste. Le regretté Philippe Muray avait trouvé les mots justes pour les faux insoumis, : « des Matons de Panurge ».

Un type qui adhère à une secte comme la franc-maçonnerie ne peut être qu’un soumis. Alors lui et sa soit disant France insoumise, il peut aller se brosser ! Mélenchon, c’est tout bonnement une autre facette du système. Droite, gauche, ce n’est pas nouveau. Le système continue à faire comme par le passé quand il finançait la montée du nazisme et du bolchévisme. Lui importe seulement le but à atteindre. Que ce soit avec Mélenchon, Macron ou Fillon, ce sera en plein ds le mille. C’est juste l’emballage qui change. Aucun doute là dessus, les 3 sont dans la ratière.… lire la suite
Mélenchon ou le savant mélange entre islamistes radicaux et anarchistes d’extrême-gauche. Il fallait entendre ce beau monde hurler : « Mort à la police », Mort aux militaires », « Mort à la droite », « Mort aux juifs » et tout cela en plein Paris. En résumé, les fans de Mélenchon détestent tout le monde, avec eux y a pas de jaloux c’est le moins que l’on puisse dire. Evidemment, le programme de Méluche est un peu vide, en grattant un peu on se rend même compte que c’est le néant absolu. Mais peu importe pour les partisans de ce dernier, tant que l’on peut tout… lire la suite
Totalement vrai. Le show business et e cinéma pullule de ces faux insoumis complètement normés par les citadelles de la fonction publique de la culture, complètement soumis au capitalisme et crachant dessus, sauf quand il s’agit des rentrées de droits d’auteurs et des annuités de congés spectacle. Parlant des fonctionnaires, ils sont tous pour l’immigration grand cœur. Logique, leurs bastions professionnels ne sont en aucune manière en concurrence avec l’offre des populations immigrées. C’est facile d’être généreux avec les boulots des autres. Mélenchon par exemplee sa sinécure de Strasbourg ne lui sera jamais piquée par un africain ou un moyen-oriental.… lire la suite

Cher François, excusez moi de vous reprendre car TOUS les fonctionnaires ne sont pas pour l’immigration et la désorganisation des institutions. Et j’en connais. La preuve est le témoignage de Niko ci dessous. Beaucoup sont obligés de faire profil bas à cause des représailles de leur hiérarchie et même de certains de leurs collègues. Il est possible que nous assistions à des surprises dans cette élection.
http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2017/01/05/Les-fonctionnaires-votent-FN-selon-une-etude-2957990
Je vous remets cette video que j’avais déjà postée mais que peut être vous n’avez pas encore vue.

Oui, c’est exact. Je suis moi-même fonctionnaire et je suis entouré de gauchistes qui ne se gênent absolument pas pour étaler leurs convictions au grand jour (alors que les agents de la fonction publique sont tenus au devoir de réserve). Je préfère donc rester discret. Si jamais je disais à mes collègues que j’étais proche des idées du FN, cela pourrait me valoir de sérieux ennuis. Alors, quand ceux-ci chantent les louanges de Mélenchon, je ne dis rien, mais n’en pense pas moins ! Et l’immigration « grand coeur » n’est pas du tout ma tasse de thé !

Vous savez, quand je parle du show business, moi aussi je sais de quoi je parle, comme vous dans la fonction publique… Mais je n’ai pas fermé ma gueule et j’ai été éjecté par la meute, qui ne supporte pas que l’on puisse penser autrement que selon la doxa marxiste. La génération des Alain Delon et des Brigitte Bardot était libre, celle d’après a été soviétisée par l’intelligentsia post soixante-huitarde, sa presse et sa justice de classe, comme dans les médias et l’EN, avec ordre d’obéir sinon on perdait son boulot. Dans la justice, on dit que les juges rouges… lire la suite

Oui, c’est une dictature « soft », mais d’autant plus pernicieuse qu’elle avance masquée.

wpDiscuz