Les manipulations de certains journaleux du Républicain Lorrain (suite)

Je vous transmets ci-dessous une proposition d’article, faisant suite à la réaction de Jeanne Bourdillon concenrant le compte rendu de la réunion de RR tenue à Hayange il y a une quinzaine de jours.
Dans celui-ci, je dénonce l’inégalité de traitement fait par le Républicain Lorrain entre les différentes personnalités politiques de Moselle, qu’elles soient jeunes et patriotes, ou socialistes et soumises à la pensée unique.
Je vous envoie en pièces jointes les pdf des articles du Républicain Lorrain auxquels je fais référence.
Vous pouvez bien entendu publier mon article sous mon nom.

Lecteur de Riposte Laïque depuis près de deux ans maintenant, j’ai enfin décidé d’écrire, et serai également présent le 10 novembre à Paris pour la grande manifestation contre ce que vous appelez à juste titre le fascisme islamique.  Enfin, je tiens à signaler que je n’appartiens à aucun parti politique et réagis en tant que citoyen lambda, je souhaite simplement donner mon sentiment sur une tendance qui se généralise.

Désinformation: la complicité de la presse locale

Je fais suite à l’article paru sur RL le 23 octobre, concernant le compte rendu fait par le Républicain Lorrain de la réunion organisée par Résistance Républicaine à Hayange au courant du mois d’octobre.

L’analyse très pertinente de Jeanne Bourdillon met en avant la mauvaise fois, la partialité du journaliste, et surtout la soigneuse sélection des termes et adjectifs employés pour faire d’abord passer son opinion avant de faire son métier, qui est de transmettre l’information. Je vous renvoie à la lecture de cet article :

http://ripostelaique.com/hayange-comment-le-journaliste-olivier-simon-desinforme-sur-une-reunion-de-resistance-republicaine.html

Une semaine plus tard, même journal, différent journaliste, mais même constat. Après Fabien Engelmann, c’est au tour d’une autre personnalité mosellane connue sur Riposte Laïque, Cassandre Fristot, de subir les écrits orientés d’un autre plumtif du canard local.

Dans l’édition du 30 octobre, celle-ci publie un communiqué exprimant son opposition au relogement de plusieurs familles de « réfugiés politiques » originaires des Balkans dans les communes du Bassin Houiller de Moselle-Est, notamment sur la commune de Hombourg-Haut d’où elle est originaire. Elle met fort justement en avant le fait que leur intégration sera impossible. En effet, comment leur donner les allocations qui les feront vivre et scolariser leurs enfants avec des caisses vides et des écoles pleines?

La réponse du maire de Hombourg Haut ne tarde pas. Deux jours plus tard, dans un article deux fois plus volumineux, il accuse sa jeune concitoyenne de désinformation en utilisant le désormais classique champ lexical du gauchiste: en quelques lignes on retrouve les termes « peur, faire peur, attiser la peur ». Il ne manque plus que « les heures et les plus sombres de notre histoire » ou « pas d’amalgames » pour avoir la totale, mais on peut parier que ça viendra.

On remarquera aussi le traitement accordé à Cassandre Fristot pour la décrédibiliser, en faisant référence à une candidature à Miss Moselle. Dans la tête de nos journalistes, il est impossible qu’une interlocutrice crédible soit jeune, intelligente, et belle. Pour leur défense, il est vrai que leurs consœurs comme Audrey Pulvar, Aïda Touhiri ou Daphné Burki conterdisent cette affirmation. Pourtant, Cassandre Fristot a prouvé sa crédibilité en accédant au second tour des législatives de la 4ème circonscription de la Moselle lors de sa toute première bataille électorale.

Mais la question qui se pose est : pourquoi une réponse basée sur une chose intangible, la peur, mérite plus de lignes qu’une réponse basée sur des faits réels (la situation économique et sociale) ? Pourquoi un sentiment devrait avoir plus d’audience qu’une information ?

Cette question est bien entendu rhétorique pour nous lecteurs de Riposte Laïque, nous connaissons bien entendu la réponse. Un parti dénonçant les abus des droits des étrangers doit forcément être mis sous l’éteignoir de la doxa droit de l’hommiste dont le maire de Hombourg et son parti se font les chantres.

Venant de Libération, du Monde, ou même de ces christiano-gogos de La Croix, un tel traitement de l’information n’aurait étonné personne. Ce qui frappe ici dans le cas du Républicain Lorrain, c’est la stupidité de sa ligne éditoriale. Il ne faut pas oublier que les des élections de 2012, le Front National a atteint près de 40 % en moyenne dans ces communes de Moselle. Et ces électeurs sont contraints de lire la seule source d’information classique disponible chez eux, c’est à dire le Républicain Lorrain. Combien de temps vont-ils supporter qu’on fasse passer au second plan, qu’on méprise, ceux qu’ils ont choisi dans les urnes? Dans combien de temps vont-ils commencer à boycotter cette presse locale aux ordres de ce qu’on appelle maintenant ici les « petits marquis socialistes » ? Probablement pas longtemps…

Messieurs les journalistes, quand votre boutique aura fermé faute de lecteurs qui auront choisi une presse alternative, et que vous vous retrouverez sans emploi, faites donc votre métier et écrivez-nous un article sur votre sentiment quand votre demande de logement social sera rejetée car il faudra en priorité loger une famille de réfugiés, vous aurez enfin toute mon attention!

Pour la petite histoire, le Républicain Lorrain appartient à une institution bancaire dans l’Est de la France: le Crédit Mutuel. On pourrait souhaiter un effet boule de neige: si les lecteurs offensés y retirent également leurs économies, un sérieux manque à gagner pourrait leur arriver. Cette option cantonesque paraît peut crédible, mais vu le caractère imprévisible des futures réactions populaires, on est en droit de s’attendre à tout.

Voilà pour cette tranche de vie provinciale, qui montre qu’à l’échelle locale, la soumission à l’idéologie gauchiste (pour résumer) y est aussi présente qu’à Paris. D’ailleurs on vous y attends le 10 novembre, car même si nos élus locaux nous disent que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et qu’il ne faut pas avoir peur, je pense que la délégation 57 sera présente en nombre samedi au métro Alésia! »

Salutations patriotes.

Emmanuel Labis

Print Friendly

Ce contenu a été publié dans MEDIAS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.