Les médias préfèrent les mosquées taguées aux églises vandalisées

Deux événements notoires au moins concernent des édifices religieux ces 30 janvier et 2 février.

Le 30 janvier, l’église St Nom de Jésus à Lyon voit une des statues de son poche renversée et brisée comme le montre un extrait de presse du Progrès de Lyon (voir en fin d’article).

http://www.leprogres.fr/rhone/2013/01/31/degradation-sous-le-porche-de-l-eglise-st-nom-de-jesus

Le 2 février, la mosquée d’Ozoir-la-Férière est taguée  de slogans et de croix gammées.

http://www.leparisien.fr/avon-77210/des-croix-gammees-taguees-sur-la-mosquee-04-02-2013-2537789.php

Quel est le traitement « lisible » de ces événements déplorables dont je me garde bien de les classer dans la stupidité ?

– Pour ce qui concerne la destruction de la statue (du 19ème siècle probablement) de l’église de Lyon, classé « faits divers » un seul article de presse régionale d’une sobriété égale à sa brièveté (60 mots max) désormais peu accessible. Pas de réaction d’une autorité religieuse (concernée ou non) si ce n’est celle du curé. Ni politique… Aucun qualificatif…

Un point c’est tout, hors la presse internet directement concernée ou vigilante !

Si vous ne me croyez pas, faites la recherche…

– Pour ce qui est des tags et slogans de la mosquée d’Ozoir, pas besoin de demander (ce que je fais cependant pour mesurer l’équité médiatique)…

Presse nationale : Le Figaro, Libération, Le Parisien, Métro… Les hebdo : Le Point, L’Express… La presse régionale : Ouest-France, La dépêche, La Montagne…  Etc. Autrement dit, à foison !

Pour ce qui concerne les contenus (environs 270 mots chez Le Parisien loin derrière Libération ou Le Point, 170 sur la Dépêche), outre la description des faits, les réactions des associations ou organismes musulmans (CFCM, voire UOIF et l’observatoire de l’islamophobie), du Ministre de l’intérieur et d’élus… Enfin, la confirmation d’une plainte… Le vocabulaire n’est pas neutre à l’opposé de ce qui concerne l’église de Lyon, « raciste, nauséabond, islamophobe, haineux, … ». Loin de la qualification de fait divers, « Cette profanation est fermement condamnée de toutes parts » comme l’écrit Le Parisien, à contrario du silence sur  la destruction de la statue de l’église St Nom, il faut bien le relever…

J’insiste LOURDEMENT sur la différence dans le traitement de deux faits qui sont tous les deux l’atteinte à un édifice religieux quelque en soit la gravité, pas aussi LOURDEMENT cependant que l’iniquité de comportement de nos politiques, de nos médias, des représentants religieux. Après ceux-ci s’indigneront de ce que le peuple les rejette au bénéfice d’un soi-disant populisme… Un peu de décence mesdames et messieurs nos pseudo-élites… 

Pour un iota de rétablissement de l’équité ci-dessous l’article du Progrès.

Jean-Paul Saint-Marc

Egliseprofanée


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans MEDIAS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.