Lettre à l’ambassadeur de Grande-Bretagne, pour protester contre l’incarcération de Tommy Robinson

Suite à une interdiction par la Préfecture de manifester devant l’ambassade anglaise, le lieu de la manifestation du 24 novembre de soutien à Tommy Robinson sera devant la statue de Winston Churchill, à l’angle de l’Avenue Winston Churchill et du Cours de la Reine.
Heure du début de la manifestation 15h (inchangé).
Métro le plus proche: Champs-Elysées-Clemenceau

Monsieur l’Ambassadeur de Grande-Bretagne
Ambassade de Grande-Bretagne
BP 111-08
75363 – PARIS CEDEX 08

public.paris@fco.gov.uk

Concerne : Incarcération de Tommy ROBINSON

 

Monsieur l’Ambassadeur,

En tant que citoyenne française, fortement attachée aux libertés de pensée et d’expression, dès lors qu’elles ne dérivent pas vers l’injure grave ou l’extrême violence, je me permet de vous interpeller sur l’arrestation de Tommy Robinson, que je n’hésite pas à qualifier d’arbitraire.

En effet, quelle faute « officielle » lui est reprochée ? De s’être rendu illégalement aux U.S.A., c’est à dire sous une fausse identité ?

Compte tenu de son combat public, et de sa célébrité, on peut aisément comprendre et admettre qu’il ait désiré faire preuve de prudence lors de ce voyage, dans un pays où ceux que précisément il combat, sont responsables, entre autres atrocités, des attentats du 11 septembre 2001. Personnellement cela ne me choque pas.

A-t-il commis un crime ? A-t-il manqué de respect au Président des Etats-Unis ? A-t-il agressé un ou plusieurs citoyens américains ? NON ! Il est juste entré, sans mauvaises intentions, mais illégalement sur le territoire américain. Que cela soit répréhensible, je ne le conteste pas ; en revanche, je conteste énergiquement qu’il soit immédiatement arrêté et incarcéré en Angleterre dans des conditions dangereuses… et menacé d’extradition immédiate vers les USA.

Ne voyez-vous pas Monsieur l’Ambassadeur, le scandale que représente le fait de le mettre au même niveau qu’un Abu Hamza, notoirement connu pour ses prêches incendiaires, et ses actes terroristes, qui a pu lui, faire trainer de longues années son combat contre son extradition aux Etats-Unis ?

Ne voyez-vous pas Monsieur l’Ambassadeur, ce qu’il y a d’extrêmement risqué de l’incarcérer dans la même prison que de dangereux islamistes (ceux que précisément il dénonce) quand on sait de quoi sont capables ces fous meurtriers, ne reculant devant rien pour faire triompher leur mortifère pseudo-religion ?

Ne voyez-vous pas Monsieur l’Ambassadeur, ce qu’il y a de scandaleusement injuste, à faire subir un tel traitement à Tommy Robinson (allant jusqu’à bloquer ses avoirs, lui interdisant ainsi de faire appel à un avocat), alors que pendant ce temps là « l’Angleterre remet en liberté Abou Qatada, un terroriste musulman jordanien, chef spirituel d’Al Qaïda en Europe, et le reloge dans un appartement à 1900£ mensuels (2300€) payé par le contribuable anglais ?«  *

A moins de considérer que le système judiciaire anglais, y voit là un fabuleaux prétexte et un moyen utile d’éradiquer l’action de Tommy Robinson, qualifié injustement de hooligan raciste, parce qu’osant braver le politiquement correct, il combat avec acharnement la charia qu’il refuse, comme bon nombre de citoyens européens, dont je suis.

Au poste qui est le vôtre, vous ne pouvez pas Monsieur l’Ambassadeur, approuver de telles façons de pratiquer, vous dont c’est justement le rôle de trouver des solutions aux problèmes, par le dialogue, non par la répression, surtout lorsqu’elle est à ce point sectaire.

J’ose espérer Monsieur l’Ambassadeur, que vous accorderez la meilleure attention aux nombreux courriers de protestation, tels le mien, et qu’ils vous décideront d’ intervenir en haut lieu pour réclamer une justice plus équitable envers Tommy Robinson , à commencer par sa libération.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de ma haute considération.

Josiane FILIO


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.