Lettre ouverte à Marine Le Pen : halte à la dérive gauchiste au sein du FN !

Publié le 29 août 2011 - par
Share

Bon, bon. Je me disais depuis quelque temps, avec l’ingénuité qui m’est coutumière, que le parti nationaliste, pourtant bien placé pour le grand frisson des présidentielles, commençait sacrément à ramollir. Eh bien, oui. La chose se confirme (ou plutôt s’infirme) : ça ramollit. Je sais bien que ça ne se commande pas, mais enfin, ça ramollit, y a pas à dire. Trêve de plaisanterie : essayons de déterminer ce qui coince, ce qui bloque, ce qui empêche cette belle alchimie du désir politique.

En état de manque, le FN perd ses moyens

Le manque de moyens ! Le manque de moyens ! Voilà leur épée de chevet : le manque de moyens ! Ils n’ont que ce mot à la bouche. Le manque de moyens ! Je surfe sur une vidéo de Maître Collard, où il est interrogé sur les errements de la justice. Réponse du digne avocat : le manque de moyens (1), et de citer un pourcentage, très faible il est vrai, du PIB. Récemment, Louis Aliot sur la justice (2) : le manque de moyens ! Et rien au passage sur la responsabilité de certains magistrats gauchistes et criminophiles. On se croirait à Force Ouvrière avec le communiqué récurrent : « la RGPP tue » (3) (ce que je ne conteste pas, vous remarquerez). Les attentats de Norvège ? Marine Le Pen déplore essentiellement le manque de moyens (soit en compétence, soit matériellement, ce n’était pas très clair) de la police norvégienne qui peine à réfréner les actes terroristes (4).

Mme Le Pen, vous avez, légitimement, entamé une croisade contre le capitalisme transnational oligarchique, l’un des trois piliers (avec le mondial-islamisme et le gaucho-mondialisme) de la « Triplice de l’horreur » (5) immigrationniste. Vous avez fait de belles conférences sur cette horreur qu’est le capitalisme transnational oligarchique (6), vous avez proposé une sortie de l’Europe et de l’euro que je ne trouve pas inintéressante (me dissociant un peu de mes camarades Identitaires sur cette question). A votre manière, vous êtes devenue quelque peu marxiste, ce qui n’est pas un crime ; chez nous, à Riposte Laïque, il y a plein de gens très très bien qui sont également nationalistes jusqu’au bout des ongles et pourtant très marxistes. Enfin, bref, nous avons tous le droit d’être socio-républicains de gauche et patriotes. Mais de là à dériver vers le gauchisme… Il faut toujours savoir, comme dirait l’autre, jusqu’où on peut aller trop loin. Le gauchisme a l’immense défaut de ne s’opposer qu’au capitalisme et de ne plus rien voir d’autre, ce qui, en définitive, l’amène à collaborer avec son principal ennemi (de cela, j’ai longuement parlé, et je ne suis pas le seul). Je ne dis pas, bien sûr, que c’est ce que vous faites. Mais il n’empêche que c’est ce genre de dérive qui guette le Front National, via sa stratégie de communication.

Car ce « manque de moyens », que vous déplorez, vous et vos amis du FN, n’explique en réalité pas grand chose. Vous pouvez multiplier par quatre les effectifs de policiers, de gendarmes, de magistrats, de surveillants de prison, vous pouvez au passage multiplier aussi par quatre la capacité carcérale, cela ne changera rien, mais alors rien du tout, à nos emmerdements, si dans le même temps l’inversion des valeurs continue à régner en maîtresse. Au contraire, nos ennuis s’aggraveront (7). Si des magistrats continuent à envoyer des René Galinier en prison tout en condamnant des Soufyane Mammou à deux ans fermes après un meurtre (je me demande même s’il les a faits en entier, ses deux ans) ; si ces prisons reçoivent immédiatement des Olivier Roudier pour un tapage diurne, fût-il alcoolisé, alors qu’elles libèrent à tour de bras des caïds multirécidivistes qui ne font pas un tiers de leurs peines déjà démesurément courtes ; si les forces de l’ordre sont payées pour embarquer des polyagressé(e)s comme Marie-Neige Sardin (8) et pour assister en spectateurs, avec ordre de ne pas réagir, à des agressions, voire à des émeutes ; si ces mêmes prisons, allons au pire, se remplissent peu à peu de braves retraités condamnés pour de simples excès de vitesse ou d’innocentes victimes de forfaitures institutionnelles ; si des fonctionnaires continuent parallèlement à se comporter en assistants sociaux de la racaille, etc. ; eh bien, vos moyens nous coûteront les yeux de la tête, et les honnêtes gens que nous sommes en seront les premières victimes.

Même chose pour les autres services publics.

Quatre fois plus d’infirmières ? Si c’est uniquement pour pratiquer des circoncisions, soigner des potentats étrangers, réparer des femmes battues ou brûlées à l’acide, ou recoudre le cortège indéfini des victimes quotidiennes de l’ultra-violence ou du racisme anti-blanc, cela mène… à pas grand chose.

Quatre fois plus de professeurs ? Si c’est pour enseigner des programmes abjects, où la France et ses valeurs sont piétinées, avec des pédagogies où l’on martèle que l’enfant est roi, que l’adolescent est dieu, que la racaille est victime, et que les professeurs qui souhaitent faire leur boulot calmement sont des salopards réactionnaires, cela mène… à pas grand chose. Et même avec des classes de quinze élèves, Mme Le Pen, vous aurez un bordel monstre ; alors qu’un peuple vertueux peut instruire des classes de cinquante. (J’ai bien dit un peuple vertueux, et je ne parle pas d’élèves « privilégiés », comme le fait la Aubry, ou comme le fit l’Allègre, personnages chez qui la notion de « privilèges » signifie à peu près tout et son contraire, c’est-à-dire rien.)

Le manque de moyens, on finit par s’en foutre ; l’inversion des valeurs, par contre, on s’en fout pas du tout

J’ai beau être syndicaliste, j’ai beau avoir manifesté maintes et maintes fois, et hurlé des slogans contre la fameuse RGPP qui tue, j’ai appris à comprendre à quel point cette notion de manque de moyens, pas fausse en elle-même, finissait toujours par recouvrir une gigantesque arnaque gauchiste, et, on le sait, même si syndicalisme et gauchisme sont deux choses bien distinctes, le second a investi le premier depuis belle lurette. Vous pouvez mettre les moyens que vous voulez, lorsque c’est l’inversion des valeurs qui prédomine, lorsque cet « invertisme axiologique » (pardonnez les grands mots) fait force de loi, y compris aux yeux des hommes de loi, lorsque les fonctionnaires, magistrats, officiers, politiciens, auteurs de ces forfaitures « invertistes » ne font l’objet d’aucune sanction, même pas lorsqu’ils violent eux-mêmes la loi, alors la société est en danger de mort. Et cela, Mme Le Pen, vous le savez aussi bien que moi ; et cela, vous-même et votre parti vous l’avez dit très souvent. Sauf que maintenant, vous vous mettez à singer les syndicalistes et les gauchos avec votre « manque de moyens », qui ne séduira ni l’électorat acquis des partis gauchistes, ni l’électorat, acquis lui-aussi, de l’UMPS, ni… votre propre électorat flottant, qui risque pour partie de se réfugier dans l’abstention aux deux tours des présidentielles en 2012 ! Alors par pitié, Mme Le Pen, arrêtez de nous bassiner avec le manque de moyens, ou alors demandez à Mailly, Chérèque ou Thibault de se présenter à votre place en 2012, ils feront largement aussi bien que vous.

Sur Oslo : peut mieux faire

Et s’il n’y avait que ça… Mais il y a aussi les attentats de Norvège ! La dernière chose à faire était d’esquiver le débat sur le multiculturalisme. Et, malheureusement, vous l’avez, en partie, esquivé. C’est bien gentil vos déclarations sur l’état mental d’Anders Breivik, mais cela ne fait pas avancer les choses. C’est d’ailleurs aussi ce que j’ai reproché à mon confrère Radu Stonescu, concernant ses articles sur le « djihadiste anti-djihadiste ». Tiens ! Permettez que je me paie un peu votre tête à tous les deux cinq minutes :

Soit le syllogisme

Un monsieur qui tue en un instant plus de 80 socialistes est un criminel abject ou un dangereux psychopathe

Or, Anders Breivik a tué en un instant plus de 80 socialistes

Donc, Anders Breivik est soit un criminel abject soit un dangereux psychopathe

Bravo ! Quelle pénétration, quelle analyse ! Quelle philosophie ! Le grand Aristote doit en ressentir des démangeaisons intimes dans les profondeurs de sa tombe…

Les seules personnes qui ont posé avec lucidité le problème de l’immense responsabilité du multiculturalisme dans la destruction des sociétés occidentales, et notamment européennes, et par exemple norvégienne, furent Jean-Marie Le Pen, et ce digne Monsieur Laurent Ozon, qui a préféré quitter le FN, après que vous lui ayez fait les gros yeux, de manière déplacée et précipitée (9).

Certes, vous aviez face à vous la meute des hyènes journaleuses, vous sommant de désavouer publiquement votre papa (et Ozon). Fallait oser d’ailleurs… Un homme aussi pondéré qu’Ozon ! Vous auriez pu réaffirmer que le multiculturalisme n’était que le visage bienséant du génocide culturel des peuples occidentaux, et que les attentats d’Oslo ne changeaient rien à cette donnée fondamentale. C’eût été préférable à votre lamento sur les incompétences et les retards de la police norvégienne, le manque de moyens policiers. Cela rappelle d’ailleurs le contentieux des soldats musulmans lors d’un débat mémorable : les milieux nationalistes, les sites de réinformation avaient pourtant un dossier complet là-dessus (exemple). Il n’en est pas resté grand chose, si ce n’est une homélie concernant un point entre deux phrases. Bref : pas terrible.

D’ailleurs, même sur l’immigration, vous n’êtes plus aussi en forme qu’avant ; ce n’est plus la même ambiance qu’à Lampedusa, faut dire ce qui est.

Enfin, bref.

Soyez de gauche, Mme Le Pen, si cela vous chante ; d’ailleurs, il est probable qu’une grosse majorité de Français soient devenus des nationalistes de gauche. C’est à la mode d’être de gauche ; moi, par exemple, je suis de gauche… La France nationaliste est très souvent à gauche. Des tas de gens sont socialement de droite, et économiquement de gauche, disons…

Mais, par pitié, Mme Le Pen, restez nationaliste : c’est comme cela qu’on vous apprécie !!!

Respectueusement.

Jacques Philarcheïn

(1) http://www.dailymotion.com/video/xixy8q_franck-abed-recoit-maitre-collard_news

De 10.59 à 12.15 notamment, dans la vidéo.

(2) http://www.nationspresse.info/?p=141533

De 3.23, où Ménard loue le travail des magistrats, à 3.47, où Louis Aliot repose le problème des places de prisons, mais en esquivant la question cruciale de l’inversion des valeurs au sein du judiciaire. Les Identitaires sont beaucoup plus incisifs sur ce sujet.

(3) RGPP = révision générale des politiques publiques (en clair, suppressions massives de postes), combattue notamment par Force Ouvrière.

(4) http://www.youtube.com/watch?v=WTdI5xlcm4Y

Notamment de 14.57 à 16.00, dans la vidéo ; la compilation géopolitique de Breivik est réduite à un délire de fou ; la problématique se ramène peu à peu à la question de savoir comment la police doit être organisée pour mieux protéger les gens. Positions correctes cependant par la suite sur le multiculturalisme et l’immigrationnisme.

(5) http://ripostelaique.com/comment-l%E2%80%99alliance-capital-islam-gauchisme-entend-liquider-l%E2%80%99occident-13.html

(6) http://www.frontnational.com/?p=7240

(7) http://ripostelaique.com/justice-reflexion-sur-quelques-verdicts-recents.html

(8) http://le-bourget.over-blog.com/

(9) http://www.rue89.com/2011/08/16/desavoue-sur-oslo-lideologue-laurent-ozon-quitte-le-fn-218019

Les commentaires sont fermés.