L’immigrationnisme est une nouvelle Eglise, et Jacques Weber son servile bedeau

L’immigration est une chance pour la France. Ah bon. Quelle chance ? Répondez à ma question. Comment ? J’entends rien…

Comme beaucoup de lecteurs de RL auront pu le remarquer au cours de débats télévisés ou de discussions privées, les immigrationistes n’ont aucun argument pour étayer leurs discours. Ils se contentent de balancer des formules à l’emporte-pièce. « Le rayonnement de la France » argumentait un des invités de l’émission « Ce soir ou jamais » dans laquelle Frédéric Taddéï recevait entre autres Jean-Paul Gourévitch venu démontrer chiffres à l’appui que l’immigration coutait 7 milliards par an à la France. Par manque de contradicteur sur le plateau, personne n’a demandé au Bisounours de service de préciser en quoi consistait le fameux rayonnement. Des faits ? Des preuves ? Des exemples ?

Les clandestins participent de la baisse des salaires ? Tout le monde semblait d’accord… Et bien de cette manière la France reste compétitive sur le marché… (Une cinéaste de gauche a osé avancer cet argument dans cette même émission ! Donc vive l’escavage…).

La balance économique de l’immigration est déficitaire de 7 milliards ? Plaisanterie… Au point où on en est… (dixit un des invités…).

L’élément à bien saisir est que cette sensibilité ne se situe pas sur le terrain de la réflexion, du raisonnement ou d’un quelconque début d’embryon de démonstration. Pour ses adeptes, l’immigration est un dogme, une religion, une croyance, un sacerdoce…

Vous pourrez avancer tous les arguments possibles, faire des démonstrations imparables, donner des chiffres incontournables, décrire des réalités incontestables… Perte de temps. L’immigration est formidable et tout ce qui pourrait prouver le contraire est maudit. Dans ce climat, à quoi bon user sa salive pour livrer le fruit de sa réflexion ? Qui aurait la folie d’aller au Vatican pour expliquer à un prélat qu’il n’existe aucune preuve tangible de l’existence de Dieu ?

L’immigrationnisme est une église. Une nouvelle religion. Et si par malheur vous n’y croyez pas vous brûlerez en enfer. Tout le monde a pu assister aux réactions hystériques des bobos babas, révolutionnaires de salon… Le comédien Jacques Weber la bave aux lèvres face à quiconque ose émettre la moindre réserve quant aux bienfaits de l’immigration.

En réalité l’état d’’esprit de cette mouvance est simple et peut se résumer en peu de mots : être hostile à l’immigration c’est être rempli de haine. Ah ça ne fait pas dans la dentelle. Ne cherchez pas là-dedans le moindre millimètre de raffinement intellectuel. Je vous le fais en plus court pour que tout le monde comprenne bien :

Mon voisin refuse que je vienne habiter chez lui sous prétexte que je traverse de grosses difficultés financières donc c’est un salaud. Un être abject, intolérant, à l’esprit fermé, un facho plein de haine, j’en passe et des meilleurs. Comme vous le voyez, l’affaire est simple et rapidement réglée.

Ce type de schéma intellectuel ne s’encombre pas de détails, de nuances ou d’arguments. Ah non. C’est pas le genre de la maison. A l’inverse, accepter toujours plus d’immigration fera de vous un être pétri d’amour, de tolérance et d’ouverture d’esprit… Elle est pas belle la vie ?

Ah le multiculturalisme ! Comme c’est beau le multiculturalisme ! Mais enfin les gars… Nous sommes bien d’accord avec vous, mais avons-nous besoin de 6 millions d’immigrés maghrébins pour découvrir un écrivain algérien ? Avons-nous eu besoin de 350.000 indiens dans le 93 pour apprécier Ravi Shankar ? Bien-sûr que non. Les moyens de communications actuels sont tels que le multiculturalisme fonctionne à plein régime. Les ados n’ont pas besoin de 25% de coréens dans les lycées pour découvrir « Gagnam style » du chanteur coréen Psy. Cet argument du multiculturalisme n’est qu’un prétexte, un argument bidon. Dans les années 70/80 alors que l’immigration africaine était très faible, une majorité de jeunes connaissait des musiciens africains comme Mory Kanté ou Youssou N’Dour. Faut vous réveillez les gars on est en 2012 pas en 1702. Le téléphone a été inventé, Internet, le téléchargement… vous connaissez ? Les CD et les livres d’artistes africains n’arrivent plus à dos de mulet après un épuisant voyage…

En réalité, l’effet secondaire du trop plein d’immigration produit l’effet exactement inverse. Saturée de maghrébins et autres africains la population ne pourra faire qu’un rejet de leur culture. C’est au contraire à la destruction du multiculturalisme à laquelle on assiste.

Les véritables différences bien tangibles et bien visibles apportées par l’immigration, tout le monde les connaît : le voile, l’excision, l’égorgement des moutons au pied des immeubles, l’homophobie, les tournantes dans les caves, les profs agressés et autres délices du même tonneau … Quoi d’autre ? Si Jacques Weber a quelques exemples positifs à fournir qu’attend-il pour les donner ?

Nous avons donc tous bien entendu les affirmations selon laquelle l’immigration était totalement formidable. Message reçu 5 sur 5. Maintenant passons à la démonstration de cette affirmation : les faits, rien que des faits. Pas de discours larmoyant, pas de grandes déclarations pseudo humanistes, pas de vomissements : des faits, des preuves, des chiffres, des exemples, des arguments. Rien d’autre.

Alors amis gauchistes à vos stylos, à vos ordis… Tous les lecteurs de RL attendent ce merveilleux cadeau de Noël que serait cette démonstration des bienfaits de l’immigration.

Yann Maya

Print Friendly

Ce contenu a été publié dans RACISME - ANTI-RACISME. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.