Lina Murr Nehmé autopsie trois imposteurs : Ramadan, Oubrou et Boubakeur

Publié le 12 février 2017 - par - 14 commentaires - 2 213 vues

 

Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur profitent de toutes les occasions pour obtenir un passage devant les médias. Une fois sur le plateau, ils parlent et cachent l’essentiel. Cela leur permet de faire passer leur message en prétendant que c’est la vérité. Ils se moquent de leur audience. Ils mélangent fleurs et fumiers, tant et si bien qu’il devient difficile pour le public de distinguer entre les mauvaises odeurs et le parfum, entre le bon grain et l’ivraie. Être « cachottier », voilà un drôle de métier qui permet de faire carrière.

Ils ressemblent à des caméléons. Ils s’adaptent à tous les événements, à toutes les circonstances. Ils savent parler de tout. Ils savent défendre le mal et le bien, justifier le vice, la vertu et le crime avec un sang-froid froid, une éloquence chaude, une intelligence tortueuse et une débrouillardise de saltimbanques. Sans scrupules, sans pudeur. Et pour distribuer leurs demi-vérités enveloppant des mensonges, ils profitent de l’inculture des uns et de la candeur, de la naïveté et du bon cœur des autres. Il profitent même de l’ignorance de leurs détracteurs souvent peu familiers avec les ruses des spécialistes des textes islamiques.

L’historienne franco-libanaise Lina Murr Nehmé, également spécialiste de l’islam, analyse, décortique et illustre brillamment ce phénomène scandaleux et ses intrigues dans une nouvelle étude bien documentée, intitulée Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur : ce qu’ils cachent. Vu sa culture, ses recherches et son expérience, elle fait partie du peu d’intellectuels assez compétents pour oser faire une enquête sur ce crime presque parfait.

Ainsi, un commandement d’Allah interdit au musulman d’obéir aux versets coraniques les plus anciens, s’ils ont été abrogés par des nouveaux. Et quiconque enfreint ce précepte, s’enlise dans l’égarement et la mécréance. La charia le condamne même à mort s’il obéit à certains versets abrogés. Mais pour embellir l’islam, Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur passent outre ces textes fondamentaux. Ces cachottiers profitent de l’absence de toute autorité suprême osant, en France, demander des comptes à ceux qui incitent à la haine ou au meurtre. L’islamophobie est un délit, l’incitation au meurtre ne l’est pas.

Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur exploitent les beaux versets qui se trouvent dans la partie du Coran datant de la période mecquoise. Ils cachent à leurs auditeurs le fait que les plus beaux de ces versets ont été supprimés depuis le 7ème siècle, et remplacés par des versets médinois qui les contredisent. Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur ainsi que beaucoup de leurs semblables savent que ces versets sont invalides. Mais ils bénéficient du droit de recourir à la dissimulation ou taqiya. Ils maquillent l’islam et donnent une douce apparence à ses enseignements. Ils citent ces beaux versets et s’en servent très souvent devant les « mécréants » ou leurs adversaires, occultant ainsi la face cachée et ténébreuse de l’arbre. Ils citent par exemple le verset « Pas de contrainte en religion », alors qu’ils savent qu’il a été abrogé par le verset « Tuez les polythéistes partout où vous les trouverez. Capturez-les, assiégez-les, dressez-leur toute embuscade possible. S’ils se repentent [de leur mécréance] et font les prières et paient les zakats [c’est-à-dire s’ils deviennent musulmans], relâchez-les, Allah est celui qui pardonne et fait miséricorde. » (Coran, 9,5)

Dans Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur : ce qu’ils cachent, Lina Murr Nehmé démystifie cette stratégie et met à nu ses auteurs qui se plaisent à parler dans les médias en France sans rencontrer de personnes capables de les démasquer. Et voilà une femme qui ose s’interroger quant aux raisons qui conduisent ces trois cachottiers à citer si souvent des versets coraniques abrogés, comme s’ils étaient toujours valables, et pourquoi ils répètent si souvent que Daech n’a aucun rapport avec l’islam.

Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur connaissent très bien les nombreux autres versets coraniques qui sont condamnables, intolérables, incompatibles avec les lois occidentales et la Charte universelle des Droits de l’Homme. Mais ils s’abstiennent d’en parler dans leurs interventions publiques ou dans leurs écrits en langues européennes.

Il s’agit surtout de ces versets coraniques xénophobes, raciaux, belliqueux qui ont abrogé les versets pacifistes, mais qui, du coup, incitent à la violence, à la guerre[1], enseignent l’hypocrisie (Coran 16,106), justifient l’irrespect des pactes et des serments (Coran 2,225), autorisent le pillage, le vol, la capture des femmes et des enfants et leur réduction en esclavage (Coran 8,41 et 69), légitiment le mensonge et la pratique de la taqiya (Coran 5,89 ; 16,106), promeuvent la polygamie, la débauche (Coran 4,3 ; 2,230 et 236 ; 33,50 ; 56,16-23), motivent la haine et le combat des Juifs et des Chrétiens (Coran 9,32-33 ; 9,36).

La lecture du livre de Lina Murr Nehmé permet de deviner quel traitement ces cachottiers de Tariq Ramadan et Tareq Oubrou réserveraient aux « mécréants » français si ceux-ci tombaient entre leurs mains. Ils y font allusion de temps en temps. Mais ils sont tellement habiles à citer des textes gentils, que les gens ne remarquent rien, faute de connaître les textes. Ce livre leur démasque les tricheries de ces trois menteurs dans leur manière de présenter l’islam, le Coran et leur prophète à un public non éclairé.

Lina Murr Nehmé a enrichi son livre de documents, de références et de détails très subtils. Elle nous ouvre les yeux pour découvrir les insinuations et détecter les sous-entendus et les arrière-pensées de chacun de ces trois cachottiers.

Le premier cachottier, Tariq Ramadan, est le petit-fils de Hassan Al-Banna, fondateur des Frères Musulmans – cette organisation terroriste interdite dans plusieurs pays musulmans. Tariq Ramadan affirme que la pensée politique de son grand-père est pour lui « une référence de cœur et d’intelligence ». Il dit aussi qu’il ne veut pas expurger l’islam, le Coran et la charia de leurs aberrations. Plutôt, il veut réformer l’intelligence du lecteur. L’objectif de Tariq Ramadan est de formater les esprits et de les initier à cette doctrine dont il s’est imbibé et qu’il présente de façon crédible pour pousser les musulmans à vivre l’islam tel qu’il le lit dans les textes et à le prêcher partout dans le monde. C’est ainsi que Tariq Ramadan cherche, d’une part, à sanctifier le texte coranique qui est illisible, déconcertant et dangereux, et de l’autre, à manipuler l’intelligence humaine en la forçant à s’y adapter. Un gourou hors pair ! Il a demandé un moratoire contre la lapidation ? Ne le croyez pas ! Ses propres paroles que cite Lina Murr Nehmé, prouvent le contraire !

Quant au deuxième cachottier, « l’éminent imam » de Bordeaux, Tariq Oubrou, il est disciple de Hassan Al-Banna et membre de sa confrérie. Lina Murr Nehmé dévoile, à la lumière de ses activités, de ses écrits, de ses déclarations publiques et officieuses, l’art et le génie de la force de manipulation et de dissimulation d’Oubrou, et l’habileté avec laquelle il escamote son propre passé, ses relations et ses convictions. Son affiliation aux Frères Musulmans est prouvée, et il ne la nie d’ailleurs pas. Il préfère plutôt dire du bien de cette organisation, et les médias se laissent embobiner par ce cachottier.

Le troisième imposteur concerné dans ce livre, c’est Dalil Boubakeur, actuellement recteur de la mosquée de Paris. Après chaque attentat terroriste perpétré par ses coreligionnaires, il sert aux médias de belles déclarations dédouanant l’islam de toute violence. Et pourtant, un seul exemple tiré de la charte sur « l’islam de France », qu’il a présentée en 1995 au ministère de l’Intérieur suffit pour dévoiler le mensonge. Dalil Boubakeur demande ainsi aux musulmans en France « un comportement moral inspiré de la conduite exemplaire du prophète Mahomet ». Cela veut dire qu’ils doivent tuer les intellectuels qui critiquent Mahomet, car Mahomet faisait cela. Cela veut dire qu’ils doivent persécuter et tuer les apostats car Mahomet faisait cela. Cela veut dire qu’ils doivent se préparer à égorger les mécréants et les juifs de France comme « le messager d’Allah » avait lui-même égorgé 600 à 900 jeunes et adultes juifs de la tribu de Korayza. En vantant la « charte » qui contient cette phrase, est-ce que Dalil Boubakeur invite les musulmans de France à procéder à l’invasion armée des villes de leur pays d’accueil, comme avait fait leur prophète durant les dix dernières années de sa vie à Médine ? L’attentat du Bataclan que Daech qualifiait de « notre invasion de Paris » n’était-il pas une façon d’imiter Mahomet ? Et j’en passe, car le registre est très long.

Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur et les nombreux autres de leur espèce, cherchent à redorer le blason de Mahomet, du Coran et de l’islam. Ils disent que les crimes commis au nom de Mahomet et de l’islam n’ont rien à faire avec l’islam et l’enseignement de Mahomet. Ils nient cette réalité criante, palpable, vécue quotidiennement et lue dans les livres de l’islam. Cette réalité, c’est que les actes de Daech et consorts, ne sont qu’une application stricto sensu de l’islam et des enseignements barbares de leur prophète et de ses successeurs. Et ces enseignements, on les apprend à la mosquée de Paris, chez Dalil Boubakeur, comme on les apprend à Médine, avec la même interprétation.

Le lecteur trouvera dans ce livre-phare une analyse du cursus de l’institut pour imams que vante tellement Dalil Boubakeur, et des passages incroyables. Il nous dit comment Boubakeur enseigne à ces futurs imams de France, de Belgique, de Suisse et du Canada, la philosophie de l’Occident, et de quelle façon il leur enseigne la religion chrétienne, religion de la majorité des Français. Il nous fait comprendre pourquoi ces gens pratiquent la taqiya en Occident. Pourquoi ils mentent. Pourquoi Boubakeur a réclamé les églises de France pour en faire des mosquées. Et en général, pourquoi les islamistes veulent plus de mosquées en France, en Suisse, en Belgique, en Angleterre. Il nous produit les textes et les fac-similés qui expliquent comment les pétrodollars de l’Algérie participent à endoctriner et à endormir les Français, et pourquoi les pays occupés par l’islam régressent dans tous les domaines. Il nous explique comment Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur pratiquent le djihad contre la France.

Qui paie pour doter la France d’imams fanatiques ? Nos politiciens, opportunistes et carriéristes, concluent des « pactes avec le diable » au détriment des Français, de leur culture et de leurs valeurs.

Bravo encore à cette courageuse grande dame qui sonne le tocsin et contribue à secouer l’inconscience de l’Occident à l’égard de l’islam. En espérant qu’elle sera écoutée. Son livre doit être lu d’abord par les intellectuels, la classe politique et la hiérarchie religieuse de tout bord qui traitent ceux qui disent la vérité de populistes, d’islamophobes et de haineux, tout en disant du bien de Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur. Ils croient pouvoir les utiliser, eux et leurs semblables, à calmer les banlieues, au nom de leur « modération » !

Il est temps de soumettre l’islam au feu de la critique rationnelle dans tous les médias de la République. Nos élites et tout citoyen français doivent apprendre comment, par quels moyens, avec quels mots Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur et les autres représentants de « l’islam de France » les trompent et les cuisinent. Ils doivent apprendre que l’islam autorise ces cachottiers à mentir et que Mahomet leur ordonne même de mentir aux « mécréants » quand ils sont en guerre contre eux, disant : « La guerre est une affaire de tromperie ».

Malek Sibali

[1] Voir l’ensemble des versets de guerre et de violence compilés dans mon ouvrage, L’Islam, sacrée violence – Textes fondateurs.

La plupart des immigrés nord africains des années 60 à 80 étaient des Amazighs qui ne savaient même pas faire de prières; Hassan II avait créer des amicales partout en Europe afin de mieux contrôler ses sujets ! Quelques années après, il a mis en place des écoles coraniques avec l’aide de wahhabistes saoudiens , et la suite vous la connaissez !!! Aujourd’hui, on ne cesse de nous parler de l’islam à la marocaine; Hollande se vantait même de faire venir des imams que Med Vl, quel naïf ! Ne sait-il pas que le Maroc était le premier fournisseur de… lire la suite

Commentaire subjectif et plein de mensonges

Quand on accuse, on prouve ses accusations, monsieur Bibou! Si on le fait pas, c´est qu´on n´a pas de preuve ou qu´on prend les autres pour des idiots!
Rejoindre la discussion

Le Recteur Marocain de la Grande Mosquée de Lille « Amar Lasfar » est un serpent, aussi dangereux, sinon plus, que l’Imam Marocain Tarek Oubrou….tous sujets du Roi du Maroc, commandeur des croyants et maitre de notre Ministre de la déculture Najat Belkacem…Si elle défendait la théorie du genre au Maroc, comme elle le fait dans nos écoles, elle aurait été lapidée ou pire égorgée par quelques fanatiques musulmans du genre Tarek, Tarik, Dalil ou Amar…qui rongent leur freins en occident !

« Ainsi, un commandement d’Allah interdit au musulman d’obéir aux versets coraniques les plus anciens, s’ils ont été abrogés par des nouveaux. »
Le Coran est censé être directement la parole de Dieu. On ne peut pas en abroger une partie. Des fatwas ou des hadiths, peut être. Le Coran n’a jamais été changé (il peut peut être y avoir des versions édulcorées plus « présentables »).

Un peu plus complet et précis:
http://www.maison-islam.com/articles/?p=303
L’avis d’une spécialiste critique, Anne-marie Delcambre:
https://sitasecure.wordpress.com/verset-abrogeant-nasikh-verset-abroge-mansukh/
C’est compliqué, mais il semble bien que les autorités musulmanes intègrent ces notions d’abrogation et d’ordre chronologique. Cependant, cette notion est visiblement manipulées par elles comme cela les arrange en fonction de leurs besoins de propagande pour la conquête islamiste soft de l’Europe.

Question très importante en effet: Il semble que vous auriez tort, voir: http://islam.faq.free.fr/islam/abroges.htm_ » Le Coran lui-même cite l’abrogation et les versets remplacés: Si nous remplaçons dans ce Coran un verset par un autre…ils disent que tu l’inventes toi-même… Coran 16.101_Nous n’annulerons aucun verset de ce livre, ni n’en ferons effacer un seul de ta mémoire sans le remplacer par un autre, meilleur ou pareil. »Coran 2.106_Comment savoir, quand deux versets sont contradictoires, lequel est abrogé et lequel est abrogeant ? C’est une question de date : le dernier prononcé abroge tout ce qui lui est contraire dans les textes antérieurs. Les… lire la suite

C’est une honte pour un Amazigh de défendre l’islam qui n’a cessé de détruire notre culture plusieurs fois millénaires ! Oubrou le berbère de service, tu n’as pas honte de servir les Arabes qui vendaient nos femmes dans les marchés de Dimachq et de Baghdad. Toi qui connait par coeur le coran, ne sait-tu pas que ses versets sataniques incitent à la violence et à la haine ? Ne sais-tu pas que chaque barbe au Maroc est financée par les wahhabistes ?

d’où RIPOSTE LAIQUE d’intérêt public
pour informer ou ré-informer quiconque doute des préceptes avancés par boubakeur
qui affirme que « la nationalité musulmane est une supra-nationalité, elle est au-dessus des états » dans lesquels sont installés les muzzzs
EN CONSEQUENCE un muzz n’est pas français car il n’obéit qu’aux lois coraniques
on peut donc leur retirer les papiers français

Le livre « L’islam sacrée violence » de Malek Sibali est très utile car il évite de manipuler un coran pour trouver les versets violents. Sortis du fatras coranique, on les retient mieux car ils sont regroupés par thèmes. Il ne parle pas que du coran. J’ai adoré l’anecdote rapportée par Tabari, historien et exégète du coran, (839 – 923 ap. JC) sur l’assassinat d’Omm Qurfa : « La tribu arabe de Fazara ne voulait jamais adhérer à l’idéologie de Mahomet. Pour se venger de cette tribu, ce dernier envoie […] un de ses lieutenants Zayd, fils de Haritha, pour… lire la suite

Ce que cachent T.Oubrou, D.Boubakeur et T.Ramadan : livre de Lina Murr Nehme

Lina Murr Nehme (née en 1955) est une historienne et politologue franco-libanaise, spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain. Elle est professeur à l’université

libanaise. Durant 35 ans, elle a fait des recherches intensives au sujet des guerres contemporaines du Moyen-Orient, des mouvements terroristes, de leurs motivations, de leurs textes de référence, de leurs idées, de leurs actions, et aussi, de leurs racines historiques Lire la suite sur Wikipedia

VIDEO : http://islamisation.fr/2017/02/10/ce-que-cachent-t-oubrou-d-boubakeur-et-t-ramadan-livre-de-lina-murr-nehme/

On tourne en rond avec ces querelles entre versions islamiques, comme au temps du Catholicisme et Protestantisme, sans confronter Luther en tête à tête avec un Cathare ou Hussite picard. Il serait pourtant plus SIMPLE et RAPIDE de demander à ces messieurs leur TENDANCE, c’est à dire le MOUVEMENT qu’ils représentent, avec des CHOIX CLAIRS comme à commencer entre SUNNITE ou CHIITE, et surtout PRO ou ANTI WAHHABISME SALAFISTE car ce dernier est OPPOSÉ au FAQIH, au Docteur de la Loi Islamique faisant la Charia à l’inverse d’une charia djihadiste d’ORGANISATION TERRORISTE. La libanaise Lina Murr Nehmé oppose peut-être les… lire la suite

Du coran.

Si « la guerre est une affaire de tromperie », c’est aussi une affaire de volonté politique et la seule qui n’en manque pas en la matière est candidate à la magistrature suprême dans notre pays…

wpDiscuz