L’islam est une civilisation médiévale incompatible avec la nôtre (4)

Publié le 2 janvier 2017 - par - 23 commentaires - 1 359 vues

Dans le précédent article de cette série (1), nous avons vu que si l’islam n’a pas envahi l’Europe chrétienne, c’est parce que celle-ci lui a opposé des forces armées supérieures : dans le contexte géopolitique des siècles passés, la violence a toujours trouvé de bonnes raisons, avec la bénédiction de l’Église et au mépris du pacifisme autrefois prêché par le Christ. Le manichéisme consistant, pour discréditer l’islam, à opposer son violent Coran à nos doux Évangiles est donc une mauvaise argumentation. La vraie différence entre les musulmans et nous n’est pas dans l’usage de la force guerrière en cas de besoin – nous en sommes tout aussi capables qu’eux – mais dans le fonctionnement interne de la société : l’islam est une civilisation médiévale qui, contrairement à notre civilisation occidentale, n’a pas évolué (2).

En Occident, les écrits anciens n’ont pas pesé lourd face à l’évolution inéluctable des modes de vie, donc des mœurs : cela fait belle lurette qu’en dépit de la prescription biblique (Lévitique 20 : 10), les juifs ne lapident plus les femmes adultères. Si donc celles-ci sont toujours fouettées (conformément au Coran 24 : 2) voire lapidées à mort (conformément à plusieurs hadiths) dans certains pays musulmans, cela ne résulte pas tant de l’antique prescription religieuse que du fait que, tout simplement, la mentalité des gens de ces pays n’a pour ainsi dire pas évolué depuis l’Antiquité. Ce n’est pas parce que certains États du Golfe Persique se sont outrageusement enrichis en quelques décennies, que leurs habitants ont pour autant développé une culture comparable à la nôtre – que nous avons mis des siècles à construire. N’eût été le pétrole, ces gens vivraient toujours, comme leurs ancêtres, des maigres ressources naturelles et du produit de la piraterie et des razzias, esclavage compris.

Les pays de l’islam font partie des civilisations dites « primitives », dans lesquelles la religion et la politique, les croyances et la législation, ne font qu’un : y parler de république, a fortiori de démocratie ou de laïcité, est un non-sens. Ces concepts, qui ne signifient rien pour un islamiste, n’ont d’ailleurs pu avoir droit de cité chez nous qu’à partir du moment où les Lumières du XVIIIe siècle ont fait reculer le cléricalisme. Or ces Lumières n’ont pu naître que grâce au développement culturel permis par la constitution d’une bourgeoisie, elle-même résultant de l’amélioration des conditions de vie que permettait, en zone tempérée, l’existence d’importantes ressources naturelles. L’aridité des pays du Moyen-Orient et du Maghreb, en revanche, ne permettait pas qu’une telle évolution se fît spontanément. Ces pays ont donc gardé intact leur mode de vie islamique, et ce malgré la colonisation qui a toujours – à tort ou à raison – plus ou moins respecté les coutumes locales. Le djihad qui sévit actuellement tient à la fois d’un désir de revanche sur les Occidentaux, d’ambitions impérialistes, et de la conquête religieuse : l’islam, c’est tout cela à la fois, et le djihad, c’est l’islam en action.

Il y a donc une clarification à faire quant à la notion de religion. Si, en accord avec la définition classique, nous limitons cette notion à une philosophie métaphysique (ensemble de mythes, de rites et de règles morales) dont l’adoption ou le rejet (l’un et l’autre tout à fait respectables) relève de la liberté individuelle, alors l’islam n’est pas une religion – c’est un totalitarisme qui ne mérite aucun respect, eu égard à nos principes républicains. Si au contraire nous admettons que l’islam soit considéré comme une «religion», ce terme prend alors une signification beaucoup plus vaste : il s’agit du lien (du latin re-ligare) qui englobe toutes les règles de vie en société. Or chez nous, ces règles reposent sur l’égalité, la démocratie, la laïcité, etc., moyennant quoi notre «religion» républicaine est à l’évidence incompatible avec l’islam, lequel doit par conséquent être voué à l’anathème (au sens biblique) sur notre territoire. Pour dire les choses autrement, si l’on accepte en France des gens d’origine musulmane, c’est en leur imposant de respecter nos lois et nos mœurs, quitte à forcer ces gens à changer de mentalité ; et s’ils ne l’acceptent pas parce qu’ils sont soumis à l’islam totalitaire, alors ils n’ont pas vocation à rester dans notre pays – c’est aussi simple que cela.

Enfin… cela aurait pu être simple si nous y avions pensé avant 1976 : c’est en effet à cette époque que nous avons autorisé le regroupement familial qui a conduit à une immigration de peuplement telle que des quartiers entiers se sont islamisés. L’accueil que nous offrons aujourd’hui aux prétendus «réfugiés» aggrave encore une situation qui est en train de devenir ingérable. En effet, autant il est possible d’intégrer culturellement des individus isolés, autant les groupes ont les moyens de résister à l’assimilation (3) : à partir du moment où l’on peut vivre entre soi dans la culture ancestrale, pourquoi chercher à s’adapter ? Et lorsque la crise économique accroît le chômage qui frappe en premier lieu ces populations inadaptées, pourquoi se remettraient-elles en question alors qu’il est si commode d’accuser l’ancien colonisateur ? Les racailles exploitent alors l’économie dite «parallèle», le vol et le marché de la drogue, en retrouvant l’esprit tribal et le goût de la violence caractéristiques de leurs traditions culturelles – lesquelles sont, rappelons-le, bien antérieures au Coran…

Mais un jour, à la mosquée ou en prison, ils rencontrent ce Coran – en mode salafiste : on leur fait découvrir que leurs exactions, loin d’être criminelles, deviennent justifiées si elles s’inscrivent dans la guerre que doit mener l’islam contre les mécréants ; et qu’eux-mêmes, loin d’être des ratés, peuvent devenir des héros grâce au djihad. Et c’est ainsi que l’on fabrique des assassins : vous voyez bien, me dira-t-on, «Les assassins obéissent au Coran» ! (4). Tout à fait exact… sauf que si le Coran n’existait pas, le même djihad (dont le mobile profond est la conquête territoriale) se ferait au nom d’un autre «Mein Kampf  – Hitler a-t-il jamais eu besoin du Coran ? – porteur du même sentiment de supériorité illusoire qui est destiné à la même fonction : justifier la domination violente. En vérité, notre problème, ce n’est pas le Coran, c’est nous-mêmes !

C’est nous qui, par des politiques de Gribouille, avons déstabilisé le Maghreb et le Moyen-Orient et ainsi favorisé le djihadisme. C’est nous qui nous laissons envahir par des hordes de « migrants » sans nous soucier des terroristes potentiels qu’elles peuvent contenir. Et c’est surtout nous qui sommes devenus incapables de nous faire respecter des musulmans parce que nous ne nous respectons plus nous-mêmes : au nom d’intérêts illusoires, nos dirigeants pactisent avec les pays qui soutiennent le djihad ; par clientélisme, nos politiciens se font lèche-babouches au mépris de la laïcité ; et au nom des valeurs altruistes de l’humanisme chrétien, mais en réalité par veulerie, nous nous laissons droguer à la « diversité » et au « padamalgam ». Nous hébergeons donc dans notre pays cette civilisation médiévale incompatible avec la nôtre et qui s’y développe à la manière d’une tumeur cancéreuse, en nous imaginant que « ça va bien finir par se résorber tout seul ».

Eh bien non, ça ne se résorbera pas tout seul. Si nous réagissons assez vite par un traitement de choc (qui ne sera pas agréable), nous pourrons peut-être stopper, puis faire régresser l’islamisme dans notre pays. Pas en interdisant le Coran – ce serait illusoire, il a déjà contaminé Internet ! – mais en affirmant la prééminence de nos propres valeurs (ce qui suppose que nous en soyons convaincus nous-mêmes, bien entendu) et en imposant violemment – je dis bien violemment – le respect de nos frontières d’abord et de nos lois ensuite. Si au contraire nous persistons dans notre idéologie et nos pratiques décadentes, alors ce sera le début de notre agonie en tant que civilisation. Une agonie qui sera douloureuse car nous n’échapperons pas à la guerre civile, même si des partitions de territoire peuvent permettre d’en reculer temporairement l’échéance (5).

Est-ce une raison pour, dès maintenant, nous lancer dans une guerre de religion pour éliminer tous les musulmans, aux cris de «Mort-Dieu ! Il faut tout tuer !», comme lors les massacres de protestants au XVIe siècle ? Évidemment non, parce qu’il tombe sous le sens que la majorité des musulmans de France, de nature plutôt paisible, est susceptible d’évoluer dans le bon sens… À condition quand même qu’on ne lui laisse pas le choix – c’est ce que nous verrons dans le prochain (et dernier) article de cette série.

Jean-Marie Blanc

(novembre 2016)

  1. « Précepte religieux ou pas, la violence trouve toujours de bonnes raisons» : http://ripostelaique.com/la-violence-islamique-trouve-toujours-de-bonnes-raisons-3.html
  1. Voir l’article « Contrairement à d’autres religions, l’islam n’a pas eu besoin d’évoluer» : http://ripostelaique.com/contrairement-a-dautres-religions-lislam-na-pas-eu-besoin-devoluer-2.html
  1. Voir l’article « Du fait de son hérédité culturelle, l’homme est moins libre qu’il n’y paraît» (Riposte Laïque, 27 février 2015) : http://ripostelaique.com/de-la-diversite-culturelle-2-du-fait-de-son-heredite-culturelle-lhomme-est-moins-libre-quil-ny-paraît.html
  1. En référence à l’ouvrage (très bien documenté) de Christine Tasin et René d’Armor (préface de René Marchand) « Les assassins obéissent au Coran» : Édité par Résistance Républicaine, août 2016, 132 p.
  1. Voir l’article « Vers la guerre civile» (Riposte Laïque, 30 avril 2015) : http://ripostelaique.com/de-la-diversite-culturelle-11-vers-la-guerre-civile.html

 

Certes il y eut les juifs nationaux allemands d’un Rathenau, de droite, nationalistes, fiers d’être des citoyens allemands, ça ne veut pas dire qu’ils étaient pro-hitlériens !
Le nazisme comme l’islamisme et le communisme reste une saloperie!

Cher ami de riposte laïque et de Résistance républicaine je regarde en ce moment le journal La 2 quelle place pour la langue arabe maintenant là ça commence vraiment à bien faire on en a assez de l’invasion on en a assez de l’enseignement de l’arabe non même pas dialectal mais de l’arabe littéral du bourrage de crâne bourrage de crâne l’arabe coranique et par extension l’arabe du djihad il est temps maintenant d’entrée dans une phase de résistance inarrêtable!

Resistorial ,
c’est ultra nécessaire d’étudier la langue arabe . Est-ce que les ouvrages de mécanique , d’électricité , d’électronique , d’informatique , de physique , de chimie , etc , ne sont ils pas rédigés dans la langue de Mahomet ? Sans elle , nous retournerions à l’époque antérieure de Sumer , cette cité où est née l’écriture , il y a plus de 5000 ans !
J’arrête , assez d’ironie !

Il y a au Maghreb et ailleurs des millions de d’étrangers dont des musulmans qui adhérent à la francophonie, qui parlent français (presque) comme vous et moi. J’estime qu’ils sont plus de 60 millions dans le monde « arabe » (berbère et phénicien).
Dites moi combien y a t il de connaisseurs de l’arabe en France ou en « occident »…? une 60 aine dans les universités… pas plus

(suite et fin )..sinon c’est par la force des baillonettes et au son du canon qu’il faut les  » fouttre  » dehors.si vous ne comprenez pas cela c’est que vous etes un rêveur.
c’est notre seule chance de survie.

mon pauvre ami …;faut’ll que vous soyez innocent pour tenir ce genre de propos ???!!!!! vous me faites penser a valls qui fait sa campagne en affirmant que la république c’est la démocratie !!!!( pauvre kon )sa démocratie a sens unique et le voilà qui veut recruter 5000  » flics « ….pour quoi faire ??faire semblant de nous protéger !!!! 5000 flics,s’ils ne sont pas 5000 parasites à notre charge devront comprendre le sens de la patrie,de la nation et de la vraie protection des citoyens au risque même de leur vie . non monsieur ces envahisseurs ne comprennent que la… lire la suite
Répons à Victor, II Vous citez Fibonaci dans votre commentaire pour confirmer votre point de vue. C’est vrai que Léonard de Pise, dit Fibonaci, qui a inventé la célèbre suite mathématique qui porte son nom, a découvert les mathématiques basées sur le zéro en Algérie. Il le raconte dans ses souvenirs. Cela s’est passé dans la ville que les Français appelaient Bougie,( et Bejaja , je crois pour les Algériens.) Fibonaci l’appelle « Bujania ». Il était très admiratif de cette façon de calculer, nouvelle pour lui. Mais il ne s’agissait pas du tout d’une invention musulmane ou islamique. L’invention du zéro… lire la suite

Bob, je n’ai jamais dit que les chiffres était une invention Arabe, j’ai dit que l’Arabe et indirectement l’Islam, en a été le vecteur.

Réponse au commentaire de Victor. Victor, votre commentaire est consternant. Il montre deux choses:un, que vous etes profondément ignorant de ce qu’est l’Islam. Deux, qu’au lieu de penser par vous-meme, vous répétez comme un perroquet les poncifs et les mensonges sur cette pseudo-religion que l’on rabache sur les médias, à l’Université et dans le monde de l’édition.( Toutes ces entités ont depuis longtemps été contaminés et achetées par le marxisme puis par les milliards des pétro-dollars saooudiens et quataris). L’Islam n’a jamais été « un pont » entre l’Orient et l’Occident. C’est un mensonge. Les connaissances de l’Orient pré-Islam ont été transmises… lire la suite

http://lenouveaucenacle.fr/riposte-laique-enquete-sur-les-rois-de-la-fachosphere Il n’est pas incompatible avec notre civilisation pour tout le monde manifestement. Lisez cet article à charge d’un illuminé endormi qui se prétend journaleux…

Si dans les pays musulman la population est archaïque du au manque d’instruction et de pauvreté et encore car en Iran par exemple l’instruction y est forte et au temps du Shat d’Iran le mode occidentale fut, comme en Turquie enseigné. Ce qui n’a pas empêché ces populations de revenir au moyen age où d’élire des islamistes comme en Turquie Et que dire des musulmans nés en occident ayant eu la même éducation que nous.La même vue de la démocratie et qui aujourd’hui veulent islamiser l’occident! Ce n’est pas du juste à l’environnent ou au contexte et sociétal,comme veut le… lire la suite
Jean-Marie Blanc, votre analyse est excellente à mon avis. Je vous donne mon avis car je connais l’Islam de l’intérieur,depuis plusieurs décennies, et j’ai longuement séjourné dans plusieurs pays arabo-musulmans… Un seul bémol, dans le choix du titre ( mais peut-etre n’est-il pas de vous) . L’Islam, je pense, n’a pas le droit au titre trompeur de Religion. C’est tout juste une secte qui a réussi. Et réussi de la pire des manières: invasions de pays voisins, guerres de conquète, pratique généralisée de la terreur , du génocide, etc. . D’autre part, L’Islam ne mérite pas le titre de  »… lire la suite
Je suis toujours gênée par l’emploi du mot « médiéval » au sens péjoratif. Il serait peut-être préférable d’utiliser « moyenâgeux ». Quand on connaît un peu notre moyen-âge, on se rend compte qu’il n’avait rien à voir avec celui de l’Arabie saoudite à la même époque. Allez voir l’exposition « Les temps Mérovingiens » au musée de Cluny si vous avez des doutes: magnifiques bijoux de Childeric I, manuscrits enluminés, sculptures… tout cela datant des 5°/8° siècles… En ce qui concerne la « majorité des musulmans de France » qui seraient inoffensifs et intégrés, on s’aperçoit que beaucoup tombent le masque lorsqu’on leur cite certains passages du… lire la suite
L’Islam est un vrai problème posé à notre société. J’avais un ami arabe, il y a une vingtaine d’années ( j’emploie maintenant l’imparfait ). Il a été élevé en France, a fait des études en France, a obtenu le titre d’ingénieur chimiste. A l’aise en société, boute-en-train comme pas permis. Nous avions les meilleurs rapports. Entre nous, il n’a jamais été question de religion. Je l’ai revu précisément le jour de l’attentat de Charlie Hebdo. Loin de condamner cet acte barbare, il n’avait cette fois que le mot de religion et de Dieu à la bouche. J’ai ressenti un vrai… lire la suite

On ne peut que souscrire maintenant ras-le-bol !

Puis-je vous suggérer la lecture (vos commentaires seront les bienvenus, de mon essai « Islam, que faire? 40 mesures pour apaiser l’avenir »? Amicalement

Quand l’Orient envoûtait les Français

https://www.herodote.net/Orientalisme-synthese-1987.php

Je ne crois même pas que l’islam soit une civilisation médiévale . Qu’ont découvert les musulmans ? Qu’ont inventé les musulmans ? Hormis leurs savants qui étaient en réalité originaires des captifs de culture gréco-romaine , devenus dhimmis . En réalité , les musulmans , au mieux , ont tout emprunté ; et se sont fait servir , pour le malheur de leurs voisins conquis . Il en résulte , qu’aujourd’hui encore , les pays musulmans sont parmi les plus arriérés du monde .

L’islam est plutôt une secte qu’une civilisation. Il a pollué de riches civilisations.

Dans votre  » nous  » monsieur Blanc , j’aimerais, que vous retiriez ma présence… Merci ! Une majorité de muzz paisible ? ! mort dieu , ça existe ça ? mais de quelle paisibilité parlez vous ? Un muzz peut être paisible , souriant , puis la seconde suivante vous plante un couteau dans votre anatomie… puis ensuite il redevient paisible, tranquille , satisfait… C’est de ça dont vous parlez ?… En tout cas, j’ai hâte de lire votre dernier article, et d’apprendre comment vous comptez vous y prendre pour les faire apostasier, vous musuls… C’est en effet l’une des… lire la suite

Non, qualifier l’islam de « médiaval » c’est insulter le Moyen-Age. Au Moyen Age, on a construit de magnifiques cathédrales, ce fut une époque très riche, tant culturellement qu’artistiquement. Pensons à Léonard de Vinci par exemple. L’islam, je me demande si ça a produit quelque chose de positif en 14 siècles d’existence.

On a jamais brûlé autant d’hérétiques que sous la fameuse « Renaissance « , le Moyen-Âge fut loin d’être aussi obscurantiste voir travaux de Gouguenheim.
Quant à l’islam qui surgit au haut-moyen-âge il est en réalité une resucée d’archaïsme païen et semitique mâtiné d’emprunts brouillobsaux aspects les plus rétrogrades du judaïsme ancien (lapidation, loi du Talion, etc…)

L’islam a fait le trait d’union entre l’Indo-Perse-Chine et l’Europe.

Le Moyen Age n’est pas la Renaissance.

Fibonacci a découvert les chiffres indo-arabes à Bejaia, Bougie, la « ville des Lumières »

Les philosophes des Lumières étaient tous ou avaient tous des relations avec des « orientalistes »… c’est Averroes et le café turc qui les a nourris…

wpDiscuz