Marche contre le fascisme islamiste : Discours de Richard Roudier

Les Identitaires et l’islam

En Juillet 1870 la France entre en guerre contre la Prusse. Un jeune sculpteur, alsacien, Frédéric Bartholdi, par pur patriotisme, va s’engager dans le conflit. Il va être profondément ébranlé par le siège de Belfort  et par la détermination d’un officier commandant de la place, Philippe Denfert-Rochereau. Soutenu par la population qui va résister pendant 103 jours aux bombardements et aux attaques, face à des troupes trois fois supérieures en nombre, Belfort va faire preuve d’une résistance héroïque.

La ville de Belfort sera la seule à ne pas avoir cédé devant les Prussiens et en récompense, sera autorisée à  former avec les communes alentour le territoire de Belfort. C’est de cet épisode guerrier que vint l’idée du lion, symbole de fermeté, de résistance et de vaillance, symbole repris à l’échelle  de 1 tiers sur la place Denfert Rochereau que nous avons quittée il y a quelques dizaines de minutes. La résistance de Denfert-Rochereau et du Colonel Rossel ministre de la guerre de la Commune sauvera l’honneur d’une France humiliée par la défaite de Mac-Mahon à Sedan, la capture de napoléon III, la trahison de la bourgeoisie et la reddition, à de basse fins politicardes, de Bazaine dans Metz.

Les identitaires du Réseau-Identités dont je suis un des porte-paroles m’ont demandé de vous exposer en quoi l’Islam est opposé à notre identité, nos traditions et nos valeurs…

1°) L’Islam est universaliste, il est contre les peuples, il est contre les nations, il est contre notre civilisation… celle des dolmens et des cathédrales, celle des sources et des forêts, celle du Parthénon et du Mont Saint  Michel, celle de la Joconde et de la chapelle Sixtine,  celle de la fusée Ariane et de la technologie … L’Islam ne connait que le grand Khalifat mondial, expression politique de l’oumma, la communauté des croyants, qui se joue des nationalités et des pouvoirs politiques ; l’islam a une volonté de conquête de l’Europe, qu’il rêve de  transformer en Dar-Al-Islam, et peu nous chaut le discours sur l’Islam laïque et intégrable qui n’est qu’un double discours, un propos hypocrite, recommandé par le Prophète lui-même : « baise la main que tu ne peux encore couper ».

2°) Mais l’Islam est un universalisme conquérant.

C’est une religion de guerre et de conquête, c’est  un monothéisme absolu qui ne tolère à terme rien d’autre que lui-même, et sa conception théocratique du monde, où la foi se confond avec la loi, n’est, au sens étymologique, qu’un totalitarisme.

Depuis sa création par Mahomet,  le Coran est l’histoire de ses faits d’armes et de ses pillages dans toute son histoire et sur tous les continents; n’oublions pas que 90 % des conflits actuels sur la planète impliquent l’Islam, des Philippines, au Liban  en passant par le Nigéria,  la Russie et je dirai depuis les évènements de Toulouse par la France…

La relation de l’Europe et de l’Islam est conflictuelle depuis toujours : les Sarrazins, les croisades, les invasions ibériques et balkaniques, les pillages en méditerranée jusqu’à la pacification, les razzias sur les côtes et l’esclavage des chrétiens ….  Spontanément et de façon atavique, quand ces deux sphères se rencontrent, il y a conflit.

La liste des batailles sur un millénaire n’est qu’un long chapelet : Toulouse (721), Poitiers (732), Las Navas de Tolosa (1212), Lépante (1571), Vienne et Kalhenberg en 1683, la guerre balkanique en 1912…

Les héros d’autrefois, nous dit ce chant de marche, les héros d’autre fois nous convient à leur loi … Ils défilent devant nous comme dans une fresque du Prince Eric de Pierre Joubert : le prince Eudes de Bordeaux, Charles Martel le maire du palais, Roland de Roncevaux, le Cid Campéador,  Alphonse VIII et ses castillans, Arnaud Amalric et ses occitans, Catherine Ségurane l’héroïne niçoise, Miguel de Cervantès et Don Juan d’Autriche manoeuvrant  les escadres vénitiennes et espagnoles renforcées de galères génoises, maltaises et savoyardes, tous réunis sous la bannière de la Sainte Ligue et Jean Sobieski, roi de Pologne, qui n’hésita pas à dégarnir les défenses de son propre pays pour bouter les ottomans …

Aujourd’hui, encore et toujours, les mahométans  cherchent à marquer leur territoire ici, chez nous, comme partout (Halal, voile, piscines, médecins, minarets, prières de rue, crachats, attitudes hostiles …). Ils rejettent tous les représentants de l’autorité ou de l’Etat, ce que j’appelle les professions de la première ligne : policiers, gendarmes, pompiers, médecins, enseignants… « Nous vous vaincrons par le ventre de nos femmes… les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes ». Aujourd’hui avec la complicité bêlante des socialistes et des politiciens munichois,  ils agitent les ressorts de la repentance et nous refont le coup des horreurs de la colonisation… moi je dis, aujourd’hui, ceux qui se comportent en colons ce sont eux….

3°) L’islam véhicule des valeurs qui sont à l’opposé des nôtres.

Le problème n’est pas, et n’a jamais été, l’islam en tant que tel, mais bien le caractère importé, donc non-européen, de l’islam. L’expression de l’islam au quotidien en France n’est que la manifestation la plus criante de l’incompatibilité civilisationnelle entre des populations n’ayant rien en commun. Ceux qui voient dans l’islam un remède à notre décadence sont des ignorants, des idiots utiles ou des Kollabos, car même s’il défend parfois de bons principes, même s’il s’oppose avec raison au décadentisme ambiant, il demeure incompatible avec notre mentalité et nos traditions. Ne commettons pas l’erreur de tomber dans le piège  d’un  l’islam laïque, d’un islam éclairé, lequel est en train de reculer partout face à un fondamentalisme islamique grassement alimenté par les milliards de pétrodollars des pays du golfe et qui comme dans un vieux film de la « Hammer » nous ressort toute la panoplie des contraintes totalitaires : l’apostasie, le blasphème, la lapidation, les mutilations sexuelles et les mutilations tout court…

La progression  islamique, disait Guillaume Faye, est la conséquence d’un affaiblissement moral et politique de notre pays, incapable de se faire respecter sur son propre sol et qui achète la paix civile dans ses banlieues avec les impôts versés par les contribuables et j’ajouterais avec la complicité de l’establishment américain et les subsides du Qatar. S’opposer à l’implantation de cet islam venu d’ailleurs, c’est défendre la France,  l’Europe, notre civilisation et notre identité. Dans son combat contre nos valeurs, l’Islamisme est en embuscade, attendant d’instrumentaliser les hordes de la submersion migratoire provenant de populations allogènes qui ont une dérive démographique excédentaire ; patiemment, ils attendent, espérant disposer dans les 20 ans à venir de la masse humaine critique pour s’étendre, nous envahir et nous submerger !

Notre civilisation, c’est  la conquête de la liberté depuis la philosophie antique, l’autonomie des personnes, la naissance de la démocratie athénienne, les arts et leurs représentations publiques, la sexualité assumée, la visibilité de la femme dans l’espace public, la distinction du trône et de l’autel …

L’Islam, est à l’opposé des valeurs qui fondent notre identité : c’est la condamnation des beaux-arts, l’interdit de la représentation du corps humain, la négation des  libertés publiques, l’assujettissement au groupe,  l’édiction à l’infini d’interdits et de tabous, la sujétion de la femme dans la société, la confusion du politique et du religieux!

Alors, appelons au respect de notre civilisation, de nos cultures, de notre mode de vie.  Les islamistes  doivent céder sur toutes ces incompatibilités. Inversons le sens de  la roue dentée de la soumission qui de foulard en voile et de voile en burka, de salles de prières en mosquées et de mosquées  en minaret, du halal de la diversité au halal pour tous avec égorgement sans étourdissement ni garanties sanitaires font que les « de souche » qui représentent quand même, encore aujourd’hui,  75 % de la population française commencent  à se sentir comme des étrangers du dedans. Dans une guerre, il y a un vainqueur et un vaincu… Alors, au nom de quoi devrions-nous être vaincus chez nous ???

Notre Identité, c’est la civilisation, c’est un arbre qui plonge ses racines dans nos terroirs, se développe dans la langue, l’histoire et la culture française pour contribuer à la civilisation inégalée du continent européen qui s’étend depuis 2700 ans sur « la longue durée » depuis que le premier pastre s’est sédentarisé sur le causse du Larzac à 20 kilomètres de chez moi.  

 

Mais l’identité, c’est aussi un style, une attitude, tels les guerriers Sparte à la bataille des Thermopyles  où seuls les 300 hoplites spartiates, commandés par le roi Léonidas Ier, ainsi que 700 soldats des cités de Thèbes et de Thespies, décidèrent de combattre jusqu’au sacrifice, malgré leur infériorité numérique pour laisser aux Grecs le temps d’organiser leur défense :

 

« Ils se tenaient face au soleil éblouis. Leurs lèvres ne bougeaient pas, mais leurs regards étaient menaçants. Ils ne criaient pas comme le faisait l’ennemi pour se donner du courage. Lentement les lances de combat s’abaissèrent. Et ceux de Lacédémone s’avancèrent sans peur, contre les masses perses innombrables et effrayées ».

Liberté-Liberté-Liberté

Richard Roudier

Réseau-Identités

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.