Marine le Pen, une candidate qui embarrasse le gratin du « Siècle »…

Le microcosme parisien des médias et de la bien-pensance de droite et de gauche ne tient nullement à ce que les thèmes de campagne de Marine Le Pen  soient abordés lors de la campagne présidentielle

Il serait inconcevable pour les candidats du système que Marine Le Pen vienne perturber un duel Hollande-Sarkozy que la presse écrite et télévisuelle tente de nous vendre, faisant fi du vote des Français.

Nous sommes en fait dirigés par des hommes politiques de gauche et de droite qui se côtoient dans des clubs de réflexion tels que le Siècle.

Cette association créée en 1944 par Georges Bérard-Quèlin est un « club de réflexion » (ou « think tank ») qui réunit les membres les plus puissants et les plus influents de la classe dirigeante française. On y retrouve des politiciens de droite et de gauche, les patrons des plus grandes entreprises françaises, des journalistes de premier plan dans les médias qui « font l’opinion », et quelques universitaires. Le Siècle compte un peu plus de 500 membres choisis par cooptation, auxquels s’ajoutent 200 invités renouvelés chaque année.

Une fois par mois, les membres du Siècle se réunissent au très sélect Automobile Club de France, place de la Concorde. De 20h à 21h, un apéritif permet de choisir librement ses interlocuteurs. A 21h vient l’heure du dîner. Les convives sont placés par groupes de 7 ou 8 autour d’un chef de table qui veille à organiser le débat et à éviter les apartés. Le repas se termine à 22h45. Ceux qui le souhaitent peuvent prolonger la soirée au bar.

Ce club suscite parfois une hostilité comparable à celle que suscite la franc-maçonnerie, par exemple, même si, dans le cas du Siècle, la liste des membres n’est pas tenue secrète. Le journaliste et politologue et animateur sur Radio Courtoisie Emmanuel Ratier s’est intéressé de manière sociologique à la composition de ce club. Selon lui, son fondateur était un membre influent du Grand orient de France, mais que seulement 15 % à 30% des membres du club seraient francs-maçons. Le fait d’être d’origine ou de confession juive n’entre pas non plus en ligne de compte dans les critères de recrutement: seul compte le pouvoir réel attaché au poste ou à la position des candidats. Il affirme également qu’entre 1944 et un article paru en 1977 (dans le journal L’Humanité), son existence n’aurait jamais été mentionnée une seule fois dans un article de journal ou un livre.

On retrouve également une critique de gauche à l’égard de ce club, qui renverrait à la critique que fait le Contrat social de Rousseau des « brigues », c’est-à-dire de l’organisation de la société civile en groupes d’intérêt (syndicats, clubs, partis, associations).

A la contre-manifestation du 24 novembre 2010, plusieurs centaines de personnes ont manifesté devant l’hôtel de Crillon contre la tenue d’un dîner mensuel. Pendant plus de deux heures, les personnalités participant à ce dîner ont été conspuées. La police est intervenue pour mettre fin à la manifestation et a interpellé une soixantaine de personnes (dont un client allemand de l’hôtel de Crillon).

Jacques Julliard a également critiqué Le Siècle dans le Dictionnaire des intellectuels français, publié en 2002.

Dans le film les nouveaux chiens de garde, sorti en 2012, les réalisateurs Gilles Balbastre et Yannick Kergoat dénoncent le Siècle comme un lieu de collusion entre politiques et journalistes.

Dans ce club, nous y retrouvons tout le gratin politique et médiatique de la pensée unique qui nous a conduit dans la situation économique, financière et sociale catastrophique que nous vivons aujourd’hui.

Ils ont contribué à mondialiser l’économie, à détruire nos emplois et à affaiblir les États-nations.

Vous pourrez découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous que des personnes comme, Martine Aubry, Jacques Attali, Xavier Bertrand, Jean François Copé, Laurent Fabius, Alain Juppé, Pierre Moscovici, Alain Minc, Nicolas Sarkozy et bien d’autres pour les politiques, et pour les journalistes Alexandre Adler, Franz Olivier Giesbert, Claude Imbert Serge July,Laurent Joffrin Denis Jeambar, David Pujadas , Anne Sinclair, font partie de ce club de réflexion et de débat.

A propos de Monsieur Pujadas, cela est peut être hors sujet, que faisait-il au QG de Sarkozy le 22 Février ?

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/330318-qu-est-venu-faire-david-pujadas-au-qg-de-sarkozy.html

Il venait sans doute  rendre visite à un ami du club  » le Siècle » auquel ils appartiennent tous les deux.

Pour la finance et les multinationales, vous y retrouvez dans ce fameux club entre autres, Claude Bébear,Olivier Dassault,Denis Kessler,Pascal Lamy,Jean Yves Haberer,Maurice Levy Jean Claude Trichet,Gérard Worms etc..

http://www.syti.net/Organisations/LeSiecle.html

Quand Marine Le Pen dénonce les élites du système nous comprenons mieux ce qu’elle veut dire et nous ne pouvons que nous interroger sur la nature de notre démocratie.

Ces deux courants de pensée qui manipulent depuis des années le peuple en lui faisant croire que la gauche et le droite cela n’est pas la même chose, n’entendent nullement que l’on change l’ordre établi et que l’alternance ne peut se faire qu’entre des personnalités qui somme toute, se ressemblent plus que nous ne pouvons l’imaginer.

Quand les candidats du système passent dans les médias, les joutes oratoires qui  y sont organisées  me font plus penser à un jeu de rôle qu’à une réelle volonté de débattre pour changer la France profonde.

Ces mêmes élites nous jouent une partition qui est en réalité une farce et nous fait mieux comprendre que les maux dont souffrent les Français ne pourront jamais vraiment être réglés, car nous sommes gouvernés par des puissants qui se partagent le pouvoir et empêchent que d’autres courants de pensée puissent émerger dans la vie politique française.

Nous comprenons mieux également pour quelle raison ces hommes de gauche et de droite sont sous l’influence de la finance qui représente un des plus puissants lobby de France.

J’ai retrouvé une vidéo intéressante où Martine Aubry est interrogée sur l’existence de ce club. Elle nous y explique que l’on y côtoie des gens de qualité, et que nous apprenons beaucoup de choses en discutant avec des personnes de sensibilités politiques différentes.

http://www.dailymotion.com/video/x75nji_reponse-a-martine-aubry-le-siecle_news

La création de la monnaie unique (l’Euro) a du être soutenue par la plupart des membres du siècle et nous comprenons encore mieux, pour quelle raison ils s’opposent à tous ceux qui voudraient que notre pays retrouve son indépendance, sa souveraineté et la maitrise de sa politique budgétaire et monétaire.

Nous en avons pour preuve l’abstention honteuse du Parti socialiste mardi 21 février dernier à l’Assemblée lors du vote sur le MES (mécanisme économique de stabilité) qui fait tomber le denier pan de souveraineté qui nous restait.

Cette institution supranationale pourra décider, sans que le peuple ne puisse avoir son mot à dire, de nous imposer une rigueur budgétaire ou de renflouer, un partenaire de la zone euro qui se trouverait en difficulté, même si nos finances publiques ne le permettent pas.

Je vous invite à lire ci-dessous cet article de Nicolas Dupont-Aignan paru le 24 février dans le nouvel observateur expliquant que le vote de ce texte par la majorité des députés nous mènera à notre perte :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/332145-mecanisme-europeen-de-stabilite-je-n-ai-pas-vote-ce-texte-qui-mene-a-notre-perte.

Dans ce contexte de duplicité voire de complicité des candidats du système, nous comprenons toujours mieux, qu’ils feront tout pour que Marine le Pen ne puisse pas avoir ses 500 signataires indispensables pour concourir à la fonction suprême.

Il faut avouer qu’ils ont une curieuse conception de la démocratie ces candidats du système, en écartant par une mesure administrative du jeu démocratique  environ 20% du corps électoral  pour l’élection présidentielle des 22 avril et 6 mai prochain.

Décidément, Marine Le Pen qui ose dénoncer tout haut ce qu’un bon nombre de Français pense tout bas ne doit surtout pas pouvoir se présenter.

Il ne serait pas politiquement correct  et acceptable que les Français votent pour un candidat qui rejette un système à bout de souffle et en pleine faillite morale.

Les thèmes de Marine Le Pen portant sur les atteintes à la Laïcité, sur l’islamisation de notre pays, sur l’immigration, sur la dénonciation de la caste dirigeante corrompue,  sur la soumission de la gauche et de la droite  au diktat de la Commission Européenne, de la BCE et du FMI ne doivent surtout pas gêner la campagne des membres influents de ce pays quoiqu’il puisse en coûter pour le Peuple Français.

Fabrice LETAILLEUR

Voir son blog

http://lebloglaicdechamps.over-blog.com/

 

 

 

 


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans ESPRITS LIBRES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.