Mensonges et hypocrisies de Taubira pour imposer coûte que coûte le mariage homo

Madame Taubira a déployé ses talents de tribun (tribune ?) dans son discours du mardi 29 janvier 2013, toute sa force de conviction afin de promouvoir cette loi sur le mariage homosexuel. Elle aurait dû se pencher sur cette phrase du doyen Jean Carbonnier : « l’art du droit, spécialement l’art législatif, doit tout à la fois intégrer cet au-delà de la technique juridique et avoir la vertu de ne pas toucher à ce qui le dépasse ». Je lui aurais aussi suggéré d’étudier ces préceptes cartésiens : ne recevoir aucune chose pour vraie tant que l’esprit ne l’aura clairement et distinctement assimilée préalablement, diviser chacune des difficultés afin de mieux les examiner et les résoudre, établir un ordre de pensées, en commençant par les objets les plus simples jusqu’aux plus complexes et divers, et ainsi de les retenir toutes et en ordre et enfin de passer toutes les choses en revue afin de ne rien omettre.

Son envolée lyrique n’est que sophisme, un raisonnement qui n’est logique qu’en apparence et qui est conçu avec l’intention d’induire en erreur. Invoquant l’évolution du mariage vers l’égalité, c’est égalité rapport homme/femme dont il était question. L’institution du mariage laïc telle que subit pendant deux siècles a été définie par le Code Cambacérès/Napoléon en l’an II, instaurant une inégalité jamais égalée en faisant régresser la femme mariée au statut de femme mineure privée de ses droits les plus élémentaires de citoyenne. Rien à voir avec la Révolution de 1789.

En quoi le choix de vieillir ensemble devrait-il être reconnus par la Loi pour les homosexuels c’est une convenance personnelle pour des motifs relevant de la vie privée. Leurs possibles problèmes de précarité, de fragilité, voire d’injustice concernent la société toute entière : les enfants qui consacrent leur vie à leur(s) père et mère(s) devraient bénéficier eux aussi des mêmes droits, les neveux et nièces etc….

S’en suit toutes sortes de clichés, les homosexuels ne vont pas vous voler le pain de la bouche, mensonges, hypocrisie avec un retour sur les familles « MONOparentales ? » exposées aux aléas de la vie (pas les autres ?), néodécouverte de la devise de la République sur la liberté de choisir, la liberté de vivre ensemble. Jamais de ma vie, sauf chez la RATP, je n’ai constaté ce genre de situation. Et si aucune différence ne peut servir de prétexte à des discriminations d’Etat, alors mèmère il ne faut pas exagérer, parce que QUI a instauré la « DISCRIMINATION » dite positive (positive action en anglais) et qui l’applique avec une grande constance dans certains secteurs, c’est bien l’Etat. Son mépris exprimé à l’encontre des positions d’autrui, son discours moralisateur, son dédain, son narcissisme, son ego surdimensionné, son manichéisme : « LES BONS CONTRE LES MECHANTS », ses : « CAUSE TOUJOURS, TU M’INTERESSES », sont dignes des heures les plus sombres de notre Histoire.

Et quelle exaltation, quelle emphase de citer le poète Léon-Gontran Damas (blanc, noir, amérindien) né en Guyane ça pose les mecs. Poème totalement hors sujet, mais bon il fallait bien amuser les gogos et faire passer la pilule après tant d’esbrouffe, elle est tellement cultivée la Taubira, je vous l’avais bien dit.

Cassandra Troie


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans CETTE GÔCHE N'EST PLUS LA GAUCHE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.