Missiles volés en Libye et rançons payées aux islamistes : l’incompétence de nos dirigeants !

M’étant consacré ces dernières semaines, à une lecture attentive d’autres chroniques que les miennes et y ayant trouvé ce que j’aurais pu dire ou écrire moi-même, je me suis un peu reposé sur les lauriers d’autrui, souvent plus mérités que les miens.

Traiter d’une actualité aux relents de marécage dans laquelle les politiciens de gauche se vautrent avec délice, en faisant semblant d’ignorer combien ils sont pitoyables d’abord pour eux-mêmes, mais surtout pour leur propre pays éclaboussé par la fiente de leur idéologie, me consterne chaque jour d’avantage.

Je me demande, comme une majorité de Français pris aux pièges de l’usurpateur : « Mais jusqu’où oseront-ils aller ? Jusqu’où nous conduira cette imposture ? N’avons-nous pas déjà touché le fond de l’absurde ? Le degré zéro du bon sens n’est-il pas déjà atteint depuis longtemps ? »  Il semble que non ! Chaque jour, chaque semaine, de nouvelles circulaires, de nouveaux décrets, de nouvelles lois viennent s’ajouter en participant au massacre de nos institutions dans le seul but de satisfaire les minorités dites opprimées, au grand dam de ceux qu’ils considèrent comme la multitude ! En catimini : au Sénat pour le vote des étrangers déjà adopté, ou au grand jour comme pour la P.M.A et la G.M.A, des pans entiers de nos valeurs disparaissent au profit d’un grand n’importe quoi à la satisfaction générale des Socialos-Francophobes et de leurs électeurs bercés par le doux chant soporifique des médias du service public, n’oubliant jamais de saluer à l’issu de leurs journaux leurs z’amis établis au Maghreb. Il y a de quoi se laisser aller au découragement après avoir honnêtement exprimé en vain sa douleur et sa rage de voir son Pays peu à peu sali et disparaître dans le néant et l’obscurantisme des civilisations gouvernées par les Grands Abrutis de l’Histoire… A moins que !

A moins que nous ne jetions un pavé dans la souille élyséenne !

La ligne politique de Hollande, après ses sept mois d’imposture, nous prouve qu’il préfère « s’illustrer » en relation publique à l’étranger plutôt que de se consacrer à résoudre les problèmes que nous connaissons en interne, celui qui aujourd’hui s’érige en sauveur du Mali n’est autre que le fossoyeur de la France. Il abandonne volontiers  à son premier ministre le soin de donner l’apparence du réel à un train de promesses électorales toutes plus démagogiques les unes que les autres.

Donc revenons au Mali. Je ne vous imposerai pas davantage cette image dégradante pour la France de voir un Ane sur le dos d’un dromadaire volé en train de « courser » trois barbus dans le désert et qui au retour de cette chasse épique se prend pour un nouveau Napoléon. Non il y a plus grave, beaucoup plus grave malheureusement, et cette pseudo guerre au Mali nous oblige à considérer pour une fois nos relations avec le « monde » des pays arabes sous l’éclairage de la froide Vérité.

En premier lieu une question que personne ne se pose: que sont devenus les milliers de missiles Sol-Air que nous nous sommes fait voler pendant la guerre en Libye, et qui à ce jour (le 07-2-2013) n’ont jamais été retrouvés ? Sont-ils devenus la propriété de groupes terroristes au Maghreb ? Ces derniers les ont-ils conservés ? Les ont-ils revendus ou échangés  à un de leur pays « z’ami » contre l’impunité et un hébergement en pension complète ? Quel pays aujourd’hui ou demain sera en mesure d’exercer grâce à cet armement important et sophistiqué un chantage, ou tout autre forme de pression contre nous ? L’Algérie ? La nouvelle Tunisie Islamique ? Les Barbus du Nil ? Les remplaçants du colonel libyen ? Le Qatar ? Les très « estimables »  opposants Syriens ? Personnellement je serais enclin à parier pour notre plus fidèle ennemi : l’Algérie et voici pourquoi.

Le gouvernement algérien en matière d’équipements et d’installations nucléaires n’a pas joué par le passé vis-à-vis de la communauté internationale la plus grande transparence.

Pour mémoire, voici son historique, rapidement retracé:

Le programme nucléaire algérien a été lancé en 1983 avec le concours de la Chine qui lui a fourni son premier réacteur.

Il fut construit « en secret » et mis en service à la fin des années 1980 sur le site d’Ain Oussera. Il s’agit en fait d’un réacteur à eau lourde d’une puissance de 15 mégawatts de type CANU, l’un des moins fiables ou si vous préférez, l’un des plus risqués qui soit au niveau de la sûreté mais aussi parce que grâce à lui il est possible de produire du plutonium à usage militaire. L’eau lourde comme chacun le sait est de l’oxyde de deutérium composé d’isotopes lourds, avec un neutron supplémentaire en plus du proton contenu dans chaque atome d’hydrogène.

En 1989 l’Algérie se dote d’un nouveau réacteur de fabrication argentine cette fois, toujours à eau lourde de type CANU, d’une puissance très réduite d’un seul mégawatt dont il est fort peu probable, vu sa faible puissance, que son usage soit la production d’électricité…

Aujourd’hui, l’Algérie n’envisage pas moins que la construction de deux nouveaux réacteurs d’une puissance de 350 à 400 mégawatts avec une mise en production programmée d’ici à 10 ans, seront-ils eux aussi de type CANU à l’eau lourde et leur finalité est-elle la production de plutonium à usage militaire ? Nous n’en saurons sans doute rien avant que nous ne découvrions comme en Iran la mise en place de centrifugeuses. En agissant ainsi nous pouvons supposer qu’il existe une certaine compétition entre l’Algérie et l’Iran pour disposer au plus vite d’uranium à destination militaire, mais dans quel but ? Celui dont parlait Kadhafi dans son discours de Rome, et de la prochaine suprématie du monde arabe sur l’occident ?

La France a pour sa pour sa part cessé sa production d’eau lourde en 1971 sur le site frère de Mazingarbe dans le Pas-de-Calais, mais les autres pays producteurs aujourd’hui, sont : le Canada, l’Inde, l’Argentine, la Norvège, la Roumanie, Israël, le Pakistan, la Corée du Nord, l’Iran et l’Algérie.

Comme nous le savons, ces pays doivent, en vertu des conventions internationales, se soumettre aux contrôles de l’A.I.E.A. Mais que pouvons-nous penser et que pouvons-nous espérer de la part d’un pays qui dans un passé récent, a choisi de se doter d’équipements nucléaires dans le plus grand secret puisqu’à l’époque, seuls les satellites espions de l’US Air Force étaient en mesure de nous fournir des données exactes sur leurs mises en œuvre ? La vertu cardinale de l’Algérie n’a jamais été la transparence contrairement à ce qu’a l’air de faire croire l’actuel gouvernement de la France et l’équilibre politique précaire du proche orient devrait pour le moins éveiller l’attention des personnels en charge de la sécurité et de la sûreté des territoires du bassin méditerranéen.

A ce propos, nous nous souvenons, lorsqu’il a été question en 1988 d’une remise en cause des accords sur l’entrée, le séjour et l’emploi des Algériens en France selon les règles dérogatoires de 1968, des menaces algériennes et du chantage de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme. Un pays qui profère de telles menaces est à même de trahir sa parole et ses alliés sans le moindre remords.

Je ne suis, croyez-le bien, ni un alarmiste, ni un va-t-en guerre, non, un simple scientifique inquiet de voir avec quelle désinvolture et aveuglement l’actuel gouvernement Hollande gère les relations économiques et politiques avec des gens aussi peu dignes de confiance.

Dans le communiqué du 08-2-2013 Hollande tombe des nues en apprenant qu’une rançon de 17 milliards de dollars aurait été versée par la France aux terroristes preneurs d’otages. N’aurait-il pas encore compris que même un Français de base est beaucoup moins idiot qu’il ne l’imagine ? Quel mépris pour  » la multitude » !  Enfin avec cette somme rondelette offerte par le contribuable Français, les ISLAMO-ARABO-SALAFO – choisissez celui qui vous plaira – TERRORISTES, vont enfin pouvoir s’offrir la pièce manquante à leur arsenal cité plus haut, à savoir : un lance-missiles.

Hilaire de l’Orne


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.