« Mort aux Juifs » et drapeaux palestiniens à l’aéroport de Tunis

Image de prévisualisation YouTube

C’est une scène ahurissante qui a eu lieu à l’aéroport de Tunis-Carthage ce jeudi 5 janvier avec la venue d’Ismail Haniya, secrétaire général du Hamas et Premier ministre de l’Autorité palestinienne démissionnaire en visite en Tunisie. Des dizaines de drapeaux palestiniens flottaient au dehors et dans l’enceinte même de l’aéroport ainsi que les drapeaux noirs du tawhid, symbole de l’unicité de dieu et bannière fédératrice des intégristes. Mais curieusement, pas un seul drapeau tunisien…

L’image est déjà étrange en soi mais le pire reste à venir, les adorateurs du Hamas, keffieh autour du cou se mettent à vociférer leur haine des Juifs et à scander avec ferveur « mort aux juifs ». Cet effroyable spectacle nous rappelle celui auquel nous avions assisté dans les rues de Paris il y a quelques mois où des frères en religion de ces tarés hurlaient déjà à l’égorgement des Juifs. Mais nous savons bien que si Ennahda est en place en Tunisie c’est aussi en grande partie grâce à ceux qui vivent dans notre pays et que certains, politiques ou non, applaudissent quand ils n’encouragent pas carrément à les suivre.

Bien évidemment les médias français n’en ont pas parlé, les Qataris ont le bras long et la France leur appartient presque en totalité, ceci expliquant sans doute cela. Les opposants d’Ennahda en font par contre étalage et clament vivement leur refus d’être assimilés à ces oiseaux de malheur. Ils dénoncent les manœuvres électorales du parti,  affirmant leur désir de continuer à cohabiter en totale harmonie avec les Juifs de Tunisie qu’ils considèrent comme leurs frères de patrie et qu’ils aiment sincèrement comme le prouvent ces quelques témoignages relevés notamment sur la page facebook de « Tunisiens libres ET tolérants » :

Samira : « Nous n’avons jamais eu de problème avec les Juifs Tunisiens, c’est leur pays autant que Le nôtre »

Alain, juif tunisien s’interroge : « Si moi, juif tunisien, je vous considère comme mes frères et sœurs, et si mes 40 années d’absence de Tunisie n’ont pas diminué mon identité tunisienne. Comment dois-je réagir devant ça ? »

Benny : « Au delà du juif qu’ils veulent égorger, il y a aussi sous entendu tous les autres non musulmans. C’est vrai qu’il s’agit d’une petite minorité d’abrutis qui scandent la chose, mais les autorités sur place laissent faire, ils sont donc complices. Je crains pour la Tunisie qui commence à s’enfoncer dans l’obscurantisme. Il suffit que les touristes désertent ce pays et c’est le plongeon sans retour. Et le vrai peuple Tunisien, lui, il subit… »

Karim : « Et puis il y en a marre de convoquer le pb palestinien au cœur de notre révolution, ce mélange des genres est une arnaque nahdhaoui, déjà utilisée par tous les tyrans arabes. Ils se moquent des palestiniens, ils se moquent de leur propre peuple. Et se foutent pas mal des tunisiens »

Salwa : « Quel est le but de Ennahdha d’inviter cette organisation terroriste en Tunisie ? quel est le message? Hamas est allié avec Hezbollah et l’Iran! Qu’est-ce que la Tunisie vient faire dans tout cela? Il me faut des explications … Le comble dans toute l’affaire c’est que 70% des Tunisiens sont contre!!! Pathétique! Une honte envers nos amis(e) Juifs Tunisiens ! »

« Quand je vois aujourd’hui les scènes de liesse à l’aéroport (Ennahdha + Hamas) et que le drapeau tunisien était quasi inexistant… Je me pose la question si il y a encore des tunisiens en Tunisie ? »

Outre ce triste évènement, la faculté des Lettres de la Manouba a été également la cible de fondamentalistes, étrangers à l’établissement pour la plupart et désireux d’instaurer le port du niqab aux jeunes filles au sein de l’établissement qui a été contraint de fermer ses portes sous la pression, les islamistes ayant même séquestré le doyen selon la méthode classique du chantage et de la menace (2).

Ci-dessous une superbe lettre adressée au président tunisien le Dr Mohamed Moncef Marzouki, ancien médecin de l’université de Strasbourg, par Saddam Ben Youssef, un étudiant privé de cours et qui a choisi de l’écrire en langue française pour des raisons qu’il explique.

Cette Tunisie en perdition où le Qatar « téléguidé par l’administration américaine » (1) est en train de s’imposer dans la politique, dans les médias et dans les pensées à grands coups de pétrodollars savamment distribués, est en train de prendre peu à peu le pouvoir sans même trouver de réelle résistance malgré l’opposition pourtant nombreuse et peut-être même majoritaire. La souveraineté tunisienne a vécu, la Tunisie est devenue la propriété des Qataris, leur colonie. Les opposants d’Ennahda quant à eux condamnent la parodie électorale et antidémocratique qui a tenu lieu d’élections, des élections « guignolesques » qui n’ont pas respecté la volonté du peuple à qui on a refusé tout recours judiciaire permettant d’invalider le scrutin, à qui on a refusé la transparence concernant le financement des partis mais dont ils connaissent l’origine « américano-wahhabite ». Les Tunisiens sont floués, dépossédés de leur pays et condamnés à un sombre avenir et pendant ce temps, en France des politiques et des faux philosophes applaudissent joyeusement à cette tragédie.

La pathétique Éva Joly réclame écologiquement un poétique printemps au parfum de jasmin, ce dont un Tunisien s’amuse d’ailleurs et se demande si Éva « souhaite faire vivre les hommes dans des arbres aussi ? ».

Cette écologiste du dimanche ne sait-elle donc pas que le jasmin ne fleurit que de juin à septembre ? La senteur fleurie qu’ Éva pourrait éventuellement sentir à cette période de l’année est celle du sapin…

Caroline Alamachère 

Voici la lettre de Saddam Ben Youssef :

J’accuse, Lettre au président de la république tunisienne Docteur Mohamed Moncef Marzouki

J’accuse,

Lettre au président de la république tunisienne Docteur Mohamed Moncef Marzouki

Me permettez-vous de vous écrire dans la langue de Voltaire ? Vous écrire en français, langue menacée, non pas en tant que symbole d’un état étranger ancien colonisateur  , mais le français en tant que signe linguistique qui permettra à l’humain d’ouvrir ses fenêtres pour tous les vents du monde, sans qu’ils l’arrachent de ses racines.

En parlant de racines j’aime bien le burnous mais j’aurais aimé que vous encourageassiez le « safsari » car il est beaucoup plus lumineux que le niqab ce phénomène extraterrestre fruit pourri d’un esprit désuet, dégradé, obscurantiste voire déshumanisé.

Je vous écris monsieur le président pour vous dire que :

J’accuse Monsieur Hbib Kazdagli, doyen de la faculté des lettres de la Manouba qui pensait qu’en arrêtant les cours il gagnerait le bras de fer contre cette bande de salafistes extrémistes.

J’accuse Monsieur Chokri el Mabkhout, recteur de l’Université de la Manouba qui n’a pas dénoncé jusque là le recul et le relâchement des forces de l’ordre.

J’accuse ces jeunes gens qui croient au retour du Khalife comme un gamin, à celui du père noël. Ces jeunes gens qui méprisent El Chabbi car ils méprisent la Poésie car ils haïssent la Vie. Ces jeunes gens je les accuse tous sans exception, filles Mounaqabet et hommes barbus, pour la déception extraordinaire qu’ils ont provoquée.

Vous avez déçu cette ère assourdissante qu’ils ont nommée Révolution. Vous avez déçu le sourire du martyr, ce dormeur du val pour qui la patrie, c’est boire le café de sa mère le soir. Vous avez brisé barbarement le mythe de l’exception tunisienne, terre de tolérance, qui rythmait depuis l’indépendance voire avant,  son ouverture selon la bonté de ses habitants.

Je vous accuse chers frères et sœurs car vous m’avez privé de mes cours pendant deux semaines. Deux semaines de méditation sur la condition humaine, sur la société carthaginoise. Des pauvres et des riches, une gauche éparpillée et une droite frustrée, une masturbation idéologique et une pénétration identitaire, un pluralisme caricatural et un autisme politique. Ou allons nous exactement ? vers l’Epître du pardon ? celle d’El Maari ? ou des mouvements islamistes qui se veulent l’ombre de Dieu sur terre…

J’accuse ainsi le parti Ennahdha qui est en train de jouir de son pèlerinage gouvernemental et n’a pas encore assumé son rôle de dirigeant encadreur des mauvaises situations.

Et je me demande, si c’est ça la renaissance, que serait la chute ? !

J’accuse également les membres de l’Assemblée nationale constituante qui ont transformé la patrie en un feuilleton morbide et insupportable dont nous suivons les épisodes sur la télé. Comment nous allons te voir chère Tunisie si jamais ils coupent l’électricité? Oui voir est un don mais tout voir est un cauchemar ! Ces membres ou ces apôtres qui n’ont pas eu le courage de défendre le modernisme dont la seule incarnation est l’Université qui demeure violée, marginalisée et écartée du paysage politique général.

Je pense avant de passer à la dernière accusation que cet état de siège va se prolonger jusqu’à ce qu’on apprenne l’Autre, des modèles de notre poésie El chebbi, Mnawer smadeh, Moustfa Khraief, Ali Duaagi, Adem fethi, Moncef el whaybi, Awled Ahmed, Kamel Bouagila …
Enfin je vous accuse vous, Monsieur le Président de la République, chef de l’état ,commandant suprême des forces armées, représentant officiel de la révolution, défenseur des droits de l’homme, intellectuel, philosophe et surtout neurologue. Il est temps que vous soigniez vos patients qui sont aujourd’hui une trentaine mais qui souffrent hélas d’une maladie contagieuse : l’intégrisme.

Je vous accuse car vous oubliez « qu’en ouvrant des écoles, vous fermerez des prisons ».

J’ai raté votre excellence des cours sur Rabelais et son humanisme profond, sur Stendhal et sa remise en question du fonctionnement clérical politisé, sur Senghor et la gloire de son Afrique perdue, plus de Kayamagan premier fondateur du continent noir, plus de Reine de Saba avec l’invention du Niqab ! Des cours de grammaire textuelle : comment on passe, en littérature  du texte slogan au texte vision, comment l’auteur tisse son style…

Actuellement cet auteur c’est vous, alors prenez la peine s’il vous plaît de nous écrire un bon récit car on en a marre !

A part ça, avez-vous fixé une date pour la vente des palais présidentiels ?

Saddam ben youssef – Etudiant en troisième année français à la Manouba

(1)     https://www.facebook.com/actualites.tunisie#!/notes/actualitestn/main-basse-qatarie-sur-la-tunisie-avec-laide-de-la-tro%C3%AFka-de-la-r%C3%A9volution-%C3%A0-la-/248478765220499

(2) http://observers.france24.com/fr/content/20120105-occupation-universite-manouba-etudiantes-niqab-profitent-vide-juridique-tunisie-islamistes-ennahdha

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans LAIQUES DE TOUS LES PAYS UNISSONS-NOUS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.