Mourad Ghazli, un curieux syndicaliste qui paraît rouler pour les « barbus » de la RATP

Dans l’un de ses articles, le site islamique oumma.com reprend notre vidéo dénonçant le scandale sexiste des « barbus » à la RATP. Mais pour en détourner tout le sens et la faire passer pour une vidéo « raciste » et anti-musulmane.

Oumma.com nous apprend que « Mourad Ghazli, syndicaliste, connu des Oummanautes pour avoir animé plusieurs chroniques sur OummaTV, a immédiatement réagi en adressant un courrier au sommet de la hiérarchie du groupe des transports publics parisiens, dans lequel il exige la condamnation officielle de ce film nauséeux et indigne, qui « tombe sous le coup de la loi pour propos racistes à partir de l’appartenance religieuse ». »

Mais qui est Mourad Ghazli, plus connu pour ses vidéos sur oumma.com que pour défendre les salariés ? Dans son autobiographie parue sur son blog, nous découvrons qu’il a une double profession : « Gestionnaire de biens immobiliers » et… « Responsable syndical SAT RATP », après avoir un peu grenouillé en politique (RPR, UMP, Parti radical valoisien).

Je me souviens d’une interview de Mourad Ghazi au journal Le Point, où il exprimait ses réticences à prendre des locataires africains (c’est sa profession de « gestionnaire de biens »…) Et il ose venir donner des leçons de « racisme » ?

Dans cette interview, on comprend donc que Mourad Ghazi est un riche propriétaire (21.000 euros d’impôts fonciers en 2005 selon ses propres déclarations), et qu’il vit donc principalement de la « gestion » de ses propres « biens ».

Il y a une autre contradiction dans le personnage. Mourad Ghazli s’était illustré en dénonçant dans la presse un supposé sexisme à la RATP, ce sexisme connu sous le nom de « promotion canapé ». Il est intervenu en particulier sur M6 (« Zone interdite ») et France 2 (« Envoyé spécial »).

Mais quand le sexisme est dû à certains fondamentalistes musulmans comme le montre notre vidéo, alors ce n’est plus du sexisme pour Mourad Ghazli, mais des « propos racistes à partir de l’appartenance religieuse ». On peut donc en conclure que non seulement Mourad Ghazli procède très sélectivement dans sa condamnation du sexisme, mais qu’en plus il assimile tous les musulmans travaillant à la RATP aux intégristes dont sont victimes les employées témoignant dans notre vidéo.

Si l’on suit la logique de Mourad Ghazli et d’oumma.com, il faudrait poursuivre Messieurs Obin et Denécé pour leurs rapports respectifs sur les revendications fondamentalistes religieuses, respectivement dans les écoles et les entreprises.

Troisième contradiction : on nous accuse de confondre « musulmans modérés » et radicaux, alors que l’accusation portée par oumma.com et Mourad Ghazli fait elle-même cet amalgame en défendant l’indéfendable, c’est-à-dire le harcèlement, les insultes, les discriminations que subissent les femmes qui témoignent dans notre vidéo.

Oumma.com nous présente donc une fois de plus l’inversion totale des victimes et des responsables. Quelle aubaine pour les islamistes, qui sauront se prévaloir d’oumma.com et de Mourad Ghazli pour exercer leur terrorisme soft (et de plus en plus hard) dans les entreprises !

Et après cet article, peut-on encore parler de « musulmans modérés » ? Je le pense, mais à condition qu’ils se démarquent de Mourad Ghazli et d’oumma.com prenant fait et cause pour les « barbus » et leurs exactions sexistes à la RATP.

Nous pouvons cependant remercier oumma.com et Mourad Ghazli sur trois points :

1. Ils apportent une publicité à notre vidéo sur ce scandale à la RATP.

2. Ils affichent au grand jour leurs contradictions, refusant de condamner toute dérive radicale de l’islam.

3. En inversant victimes et responsables, ils se font complices de ceux qui harcèlent les femmes à la RATP ou ailleurs au nom d’une « loi » islamique, anti-laïque, sexiste et à l’opposé de notre culture occidentale féministe.

Roger Heurtebise


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans NOUVELLE EXTREME DROITE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.