Parmi toutes les superstitions religieuses, aucune n’est plus nuisible que l’islam

La France est coupée en deux, victime de la lâcheté politique et administrative, la France bascule lentement dans la guerre civile larvée et les politiques pensent, encore et toujours, monnayer la paix sociale par une veulerie consommée et un reniement systématique des valeurs fondamentales de la République.

Soyons clairs, parmi les superstitions religieuses, il n’en est pas de plus négative et nuisible que l’islam, de plus destructive et brutale que l’islam, de plus anti républicaine et anti droits de la personne humaine que l’islam.

 

Nos politiques et leurs médias oscillants entre désinvolture, déni ou trahison, sont assis sur le couvercle de la marmite républicaine sous pression, ils font de lamentables efforts pour nous dépeindre en méchants racistes xénophobes, extrémistes, face aux gentils islamistes, stigmatisés et victimisés, qui sont eux modérés…

 

Peut-on un naïf instant imaginer que l’islam soit acceptable, compatible et miscible avec la Démocratie ?

 

Décrassons les aliénations, et parmi les délires pathologiques de l’islam considérons tout d’abord et pour illustration le droit des femmes :

Pour exemple, si les hommes noirs de peau avaient aujourd’hui les mêmes droits que les femmes de l’Islam et les hommes blancs les mêmes droits que les hommes de l’Islam, on hurlerait à l’esclavage, au racisme, à la ségrégation, au colonialisme, à l’apartheid.

Pourquoi donc pas dans le cas du droit des femmes ?

 

Vous avez dit la charia comme base de la Constitution et l’islam religion d’Etat ??

Comparons dans les domaines du pire et du scandaleux les apartheids, d’Afrique du Sud et ceux de l’islam :

 

En Afrique du Sud, les sept piliers légaux et donc moraux de l’apartheid étaient les suivants :

 

  1. Group area act : qui était une ségrégation résidentielle, des espaces précis sont allouées à chaque groupe racial.
  2. Separate Education : chaque race a ses propres écoles et un système éducatif bien différentié.
  3. Separate Amenities : chaque race a accès à des services et espaces d’infrastructures séparées, transports, cimetières, hôpitaux,…
  4. Separate vote rolls : le droit de vote était différencié et les pouvoirs et possibilités de participation politiques contrôlés et limités.
  5. Mixed marriage act : les mariages interraciaux sont interdits.
  6. Immorality act : les relations sexuelles interraciales sont interdites.
  7. Tribal homeland : chaque africain est par la loi  affecté et rattaché à une ethnie et à l’espace tribal qui correspond, cet espace est sa seule vraie résidence légale.

 

Pour bon poids et bonne mesure comparons point à point, sachant qu’il existe différents gradations et habillages sociaux et religieux du scandale :

  1. Group area act : les femmes n’ont pas accès ou des accès restreins à certains lieux, écoles, stades, plages, restaurants, qui leur sont interdit du fait de leur vagin, dans l’espace privé elles ont des espaces particuliers, elles ne peuvent manger avec les hommes, elles mangent après, leurs restes.
  2. Separate education : les femmes ont soit une éducation spécifique séparée des hommes, soit une interdiction totale d’accès à la connaissance, elles ont interdiction d’enseigner aux hommes.
  3.   Separate amenities : les femmes ont des prestations de services spécifiques. Discrimination dans l’accès à l’éducation, discrimination dans l’accès aux soins de santé, elles ne peuvent avoir une consultation d’un médecin homme et les femmes ne pouvant étudier il n’y a pas de médecin femme, elles ne peuvent conduire une voiture, elles ne peuvent sortir seules non accompagnées d’un mâle de la famille.
  4. Separate vote rolls : dans les structures politiques et religieuses, cela va de l’absence totale de droit de vote, à l’interdiction d’être éligible, pas de femme pour diriger l’église, pour être premier ministre il faut qu’elle soit mariée.
  5. Mixed marriage act : il est interdit de se marier avec un homme d’une autre religion sous peine de mort.
  6. Immorality act : il est interdit d’avoir des relations sexuelles avec des personnes d’une autre religion bien sûr, mais en plus d’avoir des relations sexuelles avec qui et quand elles ont envie, leur sexualité appartient à la famille et à la religion.
  7. Tribal homeland : les femmes sont du fait de leur simple féminité allouées à de spécifiques territoires tribaux, leurs familles, leur communauté ethnique et religieuse. Elles sont allouées à de spécifiques espaces sociaux, politique, personnel, professionnel, économique, qui sont déterminés et définitifs. Elles sont sous la tutelle, morale et matérielle d’un porte-pénis. Les plus comiques inventent même des paradis ségrégationnistes. Leur sexe détermine leur espace social qui est leur seule vraie résidence morale et légale.

En plus, au même titre que les autres musulmans il est interdit de changer de religion sous peine de mort ; vous êtes la propriété physique et éternelle de l’islam.

Nous devons ajouter à cette lamentable liste notamment : la ségrégation vestimentaire, les violences physiques, les brutalités psychologiques, les mariages forcés, les mutilations sexuelles.

La clef de voûte de tous les apartheids c’est d’assimiler l’individu à un groupe, femme, infidèles, etc…, il faut nier l’individu et l’apprêter de toutes les caractéristiques du groupe inférieur et impur.

Il faut nier le mérite individuel, les aspirations individuelles, l’individu.

L’inégalité des droits se justifie toujours par rapport à une norme de domination légale, norme de l’être, normes de conformité, normes de comportements.

Les femmes sont pour l’islam un groupe zoologique, les infidèles sont pour l’islam un gibier.

Ces piliers de l’apartheid islamique sont autant de degrés spirituels sur le chemin du paradis.

La charia et ses transcriptions dans l’appareil législatif et constitutionnel, est l’outil répressif de l’apartheid islamique, il est basé sur une espèce de salmigondis de qualificatifs vagues, aux limites délibérément floues, tant de l’appréciation de l’infraction que de l’ampleur de sa gravité.

Cet espace d’arbitraire donne libre cours au scandale, au gré des délires des agents garants du vice et de la vertu, la police et la justice autoproclamée de la seule loi divine vraie et éternelle.

Tout cela constitue une négation fondamentale de la Démocratie, une négation mortelle de tout système public Républicain, constitutionnel, juridique et légal, ces pratiques sonnent le glas de la simple Justice donc de l’Humanisme.

Parmi les superstitions religieuses, il n’en est pas de plus négative et nuisible que l’islam, de plus destructive et brutale que l’islam, les mosquées et leurs enseignements, comme le mot djihad, masquent la militarisation d’une religion au cœur même de nos démocraties ; nos hébergeons naïvement un totalitarisme armé, anti républicain, anti démocratique, anti français, anti droits de la personne humaine.

Petits pains ou croissants… ?

Jean-Carlo Sitzia


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans DEBATS LAIQUES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.