Petit rappel historique sur la fête de Noël et sa place dans une société laïque

La fête de NOEL a été accaparée et dénaturée de son sens par l’Eglise catholique.

1/ D’abord le mot NOEL vient du latin de la contraction des mots Natalis dies au sujet de la fête antique de l’anniversaire du Soleil Invaincu (Sol Invictus).

Cette fête avait donc lieu le jour du Solstice d’hiver, car c’est à cette date que les jours se rallongent : le Soleil est censé reprendre vigueur à cette date.

Et dans le Nord de l’Europe , on faisait souvent bruler des sapins pour aider le soleil à reprendre vigueur.

NOEL : c’est donc à l’origine la fête du Soleil, parfois aidée par le rite du sapin.

2/ NOEL a été fixé le 25 décembre alors que dans notre calendrier le solstice d’hiver tombe le 20 , 21 ou 22 décembre, car quand Jules CESAR réforma le calendrier romain, le solstice d’hiver tomba le 25 décembre. Et c’est rester le 25 décembre, malgré la réforme du calendrier par le pape Grégoire XIII en 1582 qui institua les années bissextiles de 366 jours tous les 4 ans moins 3 jours tous les 4 siècles, et qui eut pour conséquence de  rétablir le solstice d’hiver entre le 20 et 22 décembre.

3/ Comme à son habitude totalitariste d’effacer la culture antérieure des peuples qu’elle évangélisa, l’Eglise catholique s’attacha à supprimer le sens de cette fête populaire dite païenne pour elle, (comme bien d’autres d’ailleurs, telle que la fête des Revenants remplacée parla Toussaints du 1er novembre et la fête des morts le 2 novembre) en instituant pour le 25 décembre le souvenir anniversaire de la nativité de Jésus Christ (Jésus de Nazareth), et ce en l’an 354 seulement. Or il faut savoir que la tradition chrétienne antérieure fixait l’anniversaire de la nativité au 6 janvier. Seule l’Eglise apostolique arménienne a gardé le 6 janvier. L’Eglise orthodoxe prit le 25 décembre, mais vu le décalage du calendrier julien qu’elle a gardé, cela tombe actuellement le 7 janvier pour notre calendrier !

4/ Ce qui est cocasse actuellement dans la revendication par les catholiques du sapin de NOEL, tradition antique des peuples germaniques et gaulois, c’est que l’Eglise catholique s’est opposé, parfois vigoureusement, jusqu’au 18ème siècle environ à cette tradition du sapin de NOEL; mais la tradition antique fut plus forte, et les premiers sapins de NOEL reconnus pour la fête chrétienne par l’Eglise catholique remontent quand même au 16ème siècle en Alsace, et dans quelques pays germaniques.  En France, cette tradition fut acceptée par elle globalement et seulement dans le cours du 19ème siècle. C’est alors que se surajouta la légende du Père NOEL avec son traineau tiré par des rennes, légende venue de Scandinavie qui s’imposa dans la 2ème moitié du 20ème siècle.

5/ Aussi quand les organisations islamiques s’opposent à la tradition du sapin de NOEL sur la voie publique et dans les écoles, sous prétexte que c’est un rite chrétien, elles se trompent de cible. NOEL est une fête populaire avec son sapin, certes accaparée bien plus tard par le totalitarisme de l’Eglise catholique, mais une fête populaire issue d’une fête antique qui n’a rien de religieux chrétien , ni à l’origine ni dans ce qu’elle est devenue au 21 ème siècle.

6/ Si les organisations laïques doivent faire une chasse sans merci au besoin par des recours efficaces au tribunal administratif contre les crèches dans les lieux publics et les écoles,  car c’est une atteinte publique à la laïcité, ils doivent au contraire imposer la tradition antique du sapin de NOEL dans les lieux publics, cette fois contre l’obscurantisme totalitaire des organisations islamiques.

Hubert SAGE

Président du cercle Laicité et République sociale


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans DEBATS LAIQUES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.