La plainte de France Police contre Nicolas Gardères est-elle une bonne nouvelle ?

Publié le 6 juin 2016 - par - 18 commentaires - 2 149 vues

NicolasgarderesLe secrétaire du syndicat France Police, Michel Thooris, avait déjà été interrogé, il y a deux ans, par un correspondant de notre site, Julien Miramont.

http://ripostelaique.com/interview-de-michel-thooris-secretaire-general-du-syndicat-france-police.html

Hier interrogé par Pierre Cassen, il a, entre autres, affirmé que son syndicat allait déposer plainte contre Nicolas Gardères, qui fut un temps avocat de Riposte Laïque, dans une affaire où notre amie Josiane Filio était poursuivie par l’ineffable préfet Boucault. Nous avons cessé notre collaboration, le jour où nous avons appris que cet avocat défendait également Karim Achoui, président de la Ligue de Défense Judiciaire Musulmane, qui a menacé Riposte Laïque de plusieurs procès. Nous y avons vu un conflit d’intérêt. Nous n’avons pas oublié, par ailleurs, que notre avocat de l’époque obtint la relaxe, ainsi que celle de Richard Roudier, leader identitaire et président de la Ligue du Midi, victime lui aussi de la susceptibilité du-dit préfet.

Nous apprenons, par un communiqué, que la plainte de France Police à son encontre a été confirmée.

https://fr-fr.facebook.com/SyndicatFrancePolice/photos/a.380936398691487.1073741828.380929718692155/979444092174045/

Rappelons la cause. Dans l’excellente émission Bistro Libertés, animée par Martial Bild, l’avocat bobo-écolo, dans une envolée provocatrice dont il essaie de faire son fonds de commerce, avait, entre autres (lire le communiqué) accusé les hommes qui s’engageaient dans la police ou l’armée d’être animés d’un sentiment de jouissance à l’idée de tuer ou de tabasser. La phrase exacte est la suivante : « Vous verriez ces sales flics comment ils se comportent. On les connaît les flics. (…) La jouissance du flic à frapper, la jouissance du flic… N’oubliez jamais : pourquoi devient-t-on flic ? Pourquoi devient-on militaire ? Parce qu’à un moment, et ça il ne faut jamais l’oublier, il y a une jouissance à tuer, il y a une jouissance à tabasser.» Voir à partir de 1 h 20′.

Je l’avoue, si j’avais été sur le plateau de télévision, j’aurais eu énormément de mal à ne pas lui mettre mon poing dans la figure. Et s’il croisait un policier ou un militaire qui le reconnaisse, et qui l’attrape par le col pour lui demander quelques explications, cela ne ferait pas pleurer.

Pour autant, je n’arrive pas à me satisfaire de la plainte du syndicat de policiers. Certes, je pourrais me dire qu’elle est totalement légitime, et que le lynchage médiatique que subissent les policiers n’est plus acceptable, dans un contexte où ceux-ci sont castrés par Cazeneuve, et qu’ils doivent servir de punching-ball impuissants face à des voyous gauchistes qui bénéficient d’une impunité totale. En tenant de tels propos, l’avocat Nicolas Gardères ne peut qu’inciter les manifestants à accentuer leurs violences contre les forces de l’ordre, et donc les mettre en danger.

Mais amoureux de la liberté d’expression, cela ne me convient pas, encore davantage lorsque l’émission a lieu sur une chaîne qui permet à ceux qui ne sont invités nulle part ailleurs de s’exprimer librement. J’ai peur qu’une telle plainte ne rejaillisse contre TV-Libertés, voire même que ceux qui n’aiment pas cette alternative médiatique s’en saisissent contre elle, quitte à sacrifier Gardères.

J’avoue que j’avais aimé le panache de Riposte Laïque, qui, lors de ses journées sur la liberté d’expression, lui avait donné la parole. Seulement, Nicolas Gardères en avait profité pour insulter le public, ce qui pose tout de même un léger problème…

Bien évidemment, Christine Tasin lui avait répondu, avec la vigueur qu’il fallait…

Et en même temps, le camp des patriotes ne peut pas se laisser systématiquement insulter, voire traîner trop souvent au tribunal, et ne pas rendre, de temps en temps, la monnaie de la pièce à ceux d’en face, quand ils donnent des verges pour se faire battre.

La morale de cette histoire, c’est que nous sommes dans une ambiance d’une véritable guerre civile, en France. Je ne parle pas de celle que nous livrent les islamistes, qui s’appelle une guerre de conquête. Je pense que nous sommes dans l’esprit de la guerre d’Espagne, en 1936, où deux pans de la population ne se supportent plus.

Les gauchistes, minorité violente, protégée par le régime, et tous leurs satellites mondialistes, rêvent d’éradiquer, par tous les moyens, le camp patriotique. Et les amoureux de la France, conscients des enjeux, sentent confusément qu’il faudra se débarrasser de cette mouvance islamo-gauchiste, agent de l’étranger, pour sauver le pays.

Nicolas Gardères fait partie du premier camp, France Police du deuxième. Finalement, cette plainte n’est qu’une autre façon de mener le combat.

Par ailleurs, je souhaite à Nicolas Gardères de ne jamais croiser mon chemin.

Martin Moisan

C’est une question vraiment intéressante je trouve. Je souhaitais l’évoquer dans mon commentaire d’hier mais je suis arrivé à 1000 avant, et mon avis n’est pas tellement tranché.

A priori, bien sûr, on se dit « comment appliquer aux autres les méthodes tordues recourant à une justice verbicide et qu’on passe son temps soi-même à dénoncer ? »

Seulement il y a les problèmes :

1 – du combat politique

2 – de la gravité des injures proférées extrêmement diffamantes

3 – de la nécessité d’en finir avec l’auto-permissivité sans limite de nos adversaires qui se croient tout autorisé dans leur propos, jamais même tenus à la moindre justification sensée ou sourcée, comme on a pu le voir dans ces pages régulièrement depuis peu ( depuis les articles sur Brossat qui ont mobilisé un contingent d’insulteurs ignares et prétentieux bons seulement à provoquer pour ne rien dire ) et s’imaginent que l’humiliation n’est condamnable et odieuse que dans un seul sens, mais s’impose d’elle-même dans l’autre.

4 – de la nécessité justement de leur montrer aussi un peu l’effet que ça fait de se retrouver au tribunal juste parce qu’on s’est malencontreusement permis par inadvertance de dire ce qu’on pense au détour d’une conversation débridée, en espérant que ça les fasse réfléchir, même si c’est à double tranchant ( plus on montre à un c.n qu’il l’est, plus il s’obstine à vous montrer que vous avez raison ).

Tout bien pesé, de pas grand chose mais parce qu’il faut bien se battre avec les armes dont on dispose pour le moment, aussi parce que certainement nous allons perdre ce procès et donc engranger encore des arguments justifiant notre indignation pour le deux poids deux mesures qui nous serviront aussi à défendre notre liberté d’expression plus tard, aussi parce qu’il faut bien que la police défende publiquement son honneur ici bafoué publiquement, j’opte pour le combat en justice.

@ Whyldman

Perso ça me le rend d’autant plus sympathique. Sioniste sans être juif, mais ardent défenseur du retour d’Israël à ses frontières réelles et originelles, et sans arabes dedans, j’ai la plus grande admiration pour ceux d’entre eux qui mettent les points sur les i et du poing sur la table pour affirmer le droit de leur pays à retrouver la liberté, la sérénité, et sa géographie historique.

Voilà un peuple qui sait se battre pour son propre salut et on ferait bien d’en prendre vite de la graine.

Quant aux allégations récurrentes liant sionisme et mondialisme, on les voit souvent mais on n’a jamais l’ombre d’une preuve qui se pointe à l’horizon, il y a même encore des tarés pour brandir inépuisablement le protocole des sages de Sion, dont on sait avec certitude qu’il s’agit d’un faux.

Chacun son drapeau ; vive la France, vive Israël, deux pays différents qui peuvent s’aimer sans se confondre, mais pas demain la veille avec les gesticulations sous-terraines de nos gouvernants.

Nicolas Gardère était manifestement à 2 grammes. Dans ces conditions on la ferme et on essaie de se faire oublier.
Mais le bavard gauchiste a oublié la bonne éducation, avec la plainte il apprendra peut être quelque chose…

J’espère que France Police a un bon avocat…

ce nicolas gardere est un c……mais attendons la suite. quand ce sont des rappeurs qui insultent la police, les juges déclarent que c’est de l’art et ne condamnent pas.
là on va voir.

Ce syndicat represente quoi au fait? ah oui des tueurs en kepi qui s’arrogent le droit de gazer des familles, et ne sont pas capable d’intervenir sur un braquage ou une agression… Elle est belle la police, ….

Votre pseudo vous va bien

Revoici le porcinet666 qui crache son venin contre la police. Je crois qu’on va le marier à une policière. Pour être aussi aigri contre cette institution, j’aimerais savoir à quel concours de police, il a été refusé.

Bel article et merci. Toutefois une seule plainte d’un syndicat ultra minoritaire avec 3000 voix !.. Et je rappelle que notre police compte environ plus de 140.000 personnes. Pourtant les mots employés par le baveux très ordinaire sont bel et bien des insultes et injures publiques. Alors que font les autres syndicats, courroies de transmission du pouvoir et de certaines officines ? Notre police a pour devise par un décret de 2002 : « Pro patria vigilant » : « Ils veillent pour la Patrie ». …

On ne vas quand même critiquer un syndicat qui bouge. N’ayez crainte, vous ne verrez pas les deux grandes centrales bouger, ils tiennent trop à leurs avantages. Le premier à déposer plainte, ce devait être Cazeneuve, mais comme il est bon à rien, il faut que la base se défende tout seule.

Gardères est le clown triste de l’émission de Martial Bild. Il n’est là que pour celà (et sa notoriété) son argumentation étant toujours bolchevique, provocatrice et ignorante…Même si c’est un bon avocat (un bon technicien du barreau)…

Baston entre marxistes c’est aussi bien qu’un conflit entre musulmans

@ Yves ESSYLU

Mouais, c’est un trait d’humour amusant mais avouez que vous êtes quand même un peu touché par la réponse de Christine, qui transperce le cœur pas sa sincérité, qui étincelle d’une saine colère et a forcément touché Gardères lui-même, prenant alors conscience de la blessure infligée par ses propos indignes.

Et puis vous savez forcément, tout libéral que vous soyez, que pour beaucoup d’entre ceux qui se clament encore de gauche bien qu’en décalage complet avec le spectacle donné par sa devanture officielle et actuelle, cela signifie d’abord et avant tout de ne pas accepter l’inimaginable écartèlement des situations sociales constatées, l’insupportable dictature de la ploutocratie, l’espérance inextinguible en un monde plus juste, l’ancrage dans un combat fondé sur l’idéalisme plutôt que sur le pragmatisme. Notez qu’à mon humble avis, la lumière jaillit du mariage des deux.

J’ose espérer pouvoir être certain de votre préférence à Christine, toute dent égale par ailleurs.

Seul petit problème , c’est que ce n’est pas écrit sur leur front qu’ils soient de droite ou de gauche…..

Vous souhaitez à Nicolas de ne jamais croiser votre chemin…

Connaissez-vous beaucoup de gens de son bord politique qui seraient prêts à participer à une émission telle que Bistrot-Liberté ? Moi non.

Quant à la jouissance à tuer, à la jouissance à tabasser, il ne fait que rappeler une donnée constitutive de l’être humain, il ne traite pas les flics d’assassins pas plus qu’il ne les insulte.

En psychanalyse, cela s’appelle pulsion de mort, et monopole de la violence légitime.

Peut-être pousse-t-il l’outrance un peu loin, mais c’est aussi ce qui lui demandé par les organisateurs de l’émission !

Et si l’on veut le critiquer, tâchons de se hisser à son niveau d’intelligence et de réflexion…

@ Spipou

Vous avez un sévère -6 à l’instant où j’écris, après mon plussage, que je vous concède parce que vous mettez le doigt sur un point essentiel en rappelant sa phrase à l’auteur : « Vous souhaitez à Nicolas de ne jamais croiser votre chemin… »

C’est une idée légèrement malvenue en effet de sa part que de conclure son article en donnant ainsi raison à celui qu’il fustige ( ! ). Dommage que vous n’ayez pas développé ce point car à mon avis, les flics ne sont pas plus soumis à cette pulsion de mort que la moyenne.

Je pense qu’en terme statistique, on devient autant flic par opportunisme que par motivation intrinsèque, mais dans ce cas, c’est plus le goût du légalisme que celui de la coercition qui la détermine.

Et si l’on veut le critiquer, tâchons de se hisser à son niveau d’intelligence et de réflexion… »
En effet… là je crois que j’hallucine ..

wpDiscuz