Pour Abdennour Bidar, s’il y a des islamistes, c’est à cause de l’Occident

D’après un récent sondage réalisé par IPSOS pour le journal Le Monde, 74 % des personnes interrogées déclarent que l’islam est une religion «intolérante», et parmi elles, 8 sur 10 considèrent que la religion musulmane cherche «à imposer son mode de fonctionnement aux autres».

Vrai ou faux ?

Pour le savoir, Stéphanie Le Bars a eu la bonne idée d’interroger le philosophe Abdennour Bidar, spécialiste de l’islam et de la laïcité, qui a bien compris la nature problématique de l’islam, non seulement vis-à-vis de la tradition républicaine, mais encore vis-à-vis de la tradition que l’islam véhicule.

Ainsi Abdennour Bidar voit-il dans les réponses faites à ce sondage «une inquiétude objective, qu’il ne faut pas ignorer». C’est – précise-t-il – «un avertissement à l’islam». En effet, «l’islam a un problème avec lui-même» parce qu’«il a du mal à se régénérer». Il est donc «urgent que les musulmans s’interrogent de façon critique sur leur religion et sur leur communication», autrement dit qu’ils se demandent clairement : «Comment se fait-il que, même en faisant la part des choses, les gens soient aussi réactifs par rapport à ce qu’on est ?». Et Abdennour Bidar de poursuivre : «Les réflexes de défense vis-à-vis de ces appréhensions quasi-consensuelles sont complètement périmés. Si, face à ces nouveaux chiffres, les musulmans une fois de plus parlent de stigmatisation, et invitent à ne pas faire d’amalgame entre une certaine radicalité minoritaire et l’islam modéré, il s’agira une nouvelle fois d’une réaction de déni et d’auto-déresponsabilisation».

Est-ce tout ? Non, car, pour  Abdennour Bidar, ce même islam est aussi celui des terroristes d’Al-Qaida au Maghreb islamique : «Il est ubuesque et faux – déclare-t-il  – de vouloir totalement déconnecter les revendications de ces gens-là de la religion musulmane».

A-t-il raison ? Bien sûr qu’il a raison !

Mais alors, pourquoi éprouve-t-il le besoin d’ajouter que les réponses à ce sondage s’expliquent aussi par référence à «l’irrationnel», à «la crise économique» et à «l’angoisse diffuse» qu’elle suscite, à un «fond d’intolérance ou de racisme ordinaire irréductible», à «la part des fantasmes face à un «grand méchant» dont on aurait besoin», à «la surinterprétation du religieux», à «un certain populisme», à la «responsabilité des médias, des politiques et des intellectuels», qui ont laissé «à l’extrême droite (…) le monopole du «courage» sur ces questions»… bref à tous ces passe-partout qui tremblent devant le vrai, et qui, prétendant tout expliquer, n’expliquent en réalité rien du tout ?

Pourquoi, après avoir montré la responsabilité du monde musulman dans le refus qu’il essuie auprès d’une majorité de Français, Abdennour Bidar soutient-il qu’au fond, l’attitude des musulmans vient de «notre société» – qui demeure «un peu archaïque et a besoin d’ennemis, d’un «grand autre» ?

A en croire notre philosophe, si l’islam joue aujourd’hui le rôle du «grand méchant», c’est parce que «le monde occidental, où règne le relativisme des valeurs, n’a pas de proposition de sens»… comme si le sens était l’apanage du religieux, comme si l’Occident n’avait pas les Droits de l’Homme !

Si Abdennour Bidar pense que «sortir de la religion, des rites, du sacré», c’est tomber aussitôt dans le «désarroi relativiste», pourquoi invite-t-il les musulmans à une «critique de la raison islamique» ?

En réalité, nous sommes ici en présence d’un philosophe mineur, au sens kantien du terme, incapable d’assumer les conséquences pratiques de ses éclairs théoriques !

Maurice Vidal

INTERVIEW D’ABDENNOUR BIDAR

Le philosophe Abdennour Bidar, spécialiste de l’islam et de la laïcité, réagit au sondage réalisé par Ipsos pour Le Monde, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et la Fondation Jean-Jaurès sur les nouvelles fractures de la société française ; sondage qui livre des résultats sans appel sur la perception qu’ont les Français de l’islam.  74 % des personnes interrogées estiment en effet que l’islam est une religion « intolérante » et qu’il n’est pas compatible avec les valeurs de la société française. Chiffre plus radical encore, huit sondés sur dix jugent que la religion musulmane cherche « à imposer son mode de fonctionnement aux autres ». Enfin, plus de la moitié des personnes interrogées pensent que les musulmans sont « en majorité » (10 %) ou « en partie » (44 %) « intégristes », sans que l’on sache ce qu’elles entendent par ce qualificatif.

Ces proportions varient certes en fonction de l’âge et de l’appartenance politique des sondés, mais, signe de leur enracinement dans l’imaginaire collectif, elles restent largement majoritaires dans toutes les catégories. Ainsi 65 % des gens de gauche et 68 % des moins de 35 ans partagent l’idée que l’islam n’est pas une religion tolérante, tandis que 61 % des premiers, et 66 % des seconds pensent qu’il n’est pas compatible avec les valeurs de la société française.

Que vous inspirent les résultats du sondage ?

Il faut se demander ce qu’il reste de la gravité de ces résultats quand on en soustrait des éléments de contexte et une part d’irrationnel : la crise économique qui suscite une angoisse diffuse, n’attendant qu’un sujet pour se cristalliser, un fond d’intolérance ou de racisme ordinaire irréductible, la part des fantasmes face à un « grand méchant » dont on aurait besoin, la surinterprétation du religieux, un certain populisme.

Une fois admis tous ces éléments, j’entends quand même derrière ces réponses une inquiétude objective, qu’il ne faut pas ignorer. C’est un avertissement à l’islam ; l’idée que l’islam a un problème avec lui-même et qu’il a du mal à se régénérer. Il est urgent que les musulmans s’interrogent de façon critique sur leur religion et sur leur communication. Qu’ils se demandent clairement : « Comment se fait-il que, même en faisant la part des choses, les gens soient aussi réactifs par rapport à ce qu’on est ? »

Les réflexes de défense vis-à-vis de ces appréhensions quasi-consensuelles sont complètement périmés. Si, face à ces nouveaux chiffres, les musulmans une fois de plus parlent de stigmatisation, et invitent à ne pas faire d’amalgame entre une certaine radicalité minoritaire et l’islam modéré, il s’agira une nouvelle fois d’une réaction de déni et d’auto-déresponsabilisation.

Sur quels ressorts pourraient travailler les musulmans ?

Les principaux problèmes que l’islam a avec lui-même sont ceux de l’indiscutabilité de ses textes et de la place des femmes. On a le sentiment que cette réflexion est indéfiniment ajournée. Or cette incapacité à se remettre en question est dangereuse et coûteuse pour l’islam. Les responsables musulmans devraient inviter à une critique de la raison islamique.

Prenons l’exemple du voile : la doctrine du « c’est mon choix » me semble un peu courte comme interrogation critique de la part des musulmanes. Même si dans une certaine mesure je l’accepte, car il peut être un moyen d’exprimer son individualité, un signe d’identité (qui ne touche pas que l’islam), face à l’atomisation sociale ou dans une République qui ne sait plus promouvoir ses valeurs fondamentales, il n’empêche, le voile a un passif fort par rapport à la condition féminine. Et je suis persuadé que si les femmes menaient de véritables interrogations critiques, elles se rendraient compte que cela pose problème par rapport à leur propre tradition, par rapport au regard d’autrui, par rapport à la possibilité de nouer des contacts.

Ce phénomène de défiance face à l’islam a-t-il d’autres sources ?

Il y a aussi dans les résultats de ce sondage une responsabilité des médias, des politiques et des intellectuels : on a laissé à l’extrême droite, portée par de mauvaises intentions, le monopole du « courage » sur ces questions. On aurait dû avoir davantage de courage, notamment face à la doxa multiculturaliste, qui dit qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre l’islam intégriste, minoritaire, et l’islam modéré. Mais, aujourd’hui, les gens se demandent où est « l’islam modéré », quand ils côtoient des musulmans qui sont dans une logique de revendications, qu’ils ressentent comme intransigeante ; ces comportements ne sont certes pas l’apanage de l’islam, mais les musulmans le font massivement.

Or la gauche et la droite républicaine peuvent tout à fait être dans une position d’équilibre entre le refus de la stigmatisation des musulmans et la capacité à demander des comptes à l’islam par rapport à sa tradition, à la tradition républicaine et à lui imposer un certain nombre de limites.

Par ailleurs, face à la situation géopolitique, les musulmans vivent en quelque sorte une mondialisation subie. Néanmoins, on ne peut pas totalement déconnecter AQMI[Al-Qaida au Maghreb islamique] de l’islam. AQMI est une pathologie de l’islam. Les dignitaires musulmans devraient n’avoir de cesse de se désolidariser de ces groupes. Et, contrairement à ce que pense M. Moussaoui [le président du Conseil français du culte musulman a demandé que ne soit plus employé le terme « islamistes » dans le discours public pour désigner les « terroristes » qui se réclament de l’islam à travers le monde], il est ubuesque et faux de vouloir totalement déconnecter les revendications de ces gens-là de la religion musulmane.

Certains responsables musulmans jugent que la période actuelle est certes critique pour l’islam dans les sociétés occidentales mais qu’elle va se normaliser. D’autres mettent au contraire en avant la montée de l’islamophobie. Qu’en pensez-vous ?

Il n’y a pas de fatalité du pire. On peut considérer en effet qu’il y a un mauvais moment à passer ; on est à une période de tournant, la société est en voie de multiculturalisme, marquée par des religions et des idéologies désenchantées. En ce qui concerne l’islamophobie, il y a des causes imaginaires et des causes objectives. On peut effectivement considérer que notre société est un peu archaïque et a besoin d’ennemis, d’un « grand autre ». L’islam est instrumentalisé à cette fin. Mais si cette religion est instrumentalisée, c’est qu’elle est instrumentalisable ; en s’acharnant à montrer d’elle-même une position jusqu’au-boutiste, elle s’expose à être le meilleur candidat dans le rôle du « grand méchant ».

Dans le même temps, il est bien beau de dire aux gens qu’il faut sortir de la religion, des rites, du sacré, mais tant que le monde occidental, où règne le relativisme des valeurs, n’a pas de proposition de sens, les gens ne vont pas sortir de leur noyau de valeurs pour se retrouver dans le même désarroi relativiste que tout le monde. Face à cela, l’Occident est un peu démuni.

L’islam ne produit-il pas aussi des initiatives, portées par des musulmans marqués par une volonté d’ouverture ?

C’est vrai, ces initiatives sont réelles. Comme si à son insu l’islam était beaucoup plus soluble dans la modernité qu’il ne le croit. Ainsi, on voit chez des musulmans des aspirations typiques de la modernité. Ils sont dans le civiquement responsable, le souci de soi, la fraternité au-delà des différences, l’œcuménisme, le vivre-ensemble. Mais cette modernité est trop rarement assumée.

Propos recueillis par Stéphanie Le Bars

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.