Pour capter le vote musulman, ils sont prêts à sacrifier la France et Israël

Publié le 9 janvier 2017 - par - 6 commentaires - 1 177 vues

Force est de constater qu’il existe une similitude troublante entre ceux qui n’ont de cesse d’effacer la légitimité de la nation France en considérant qu’au fond Charles Martel (pilleur d’églises aux dernières nouvelles) et les sarrasins dominant Narbonne ont autant de « droits » les uns et les autres à justifier leur présence sur un territoire disputé en permanence d’un côté et de l’autre ceux qui considèrent que les palestinistes peuvent tout à fait considérer que la présence juive à Jérusalem serait une vue de l’esprit (comme l’indique désormais l’UNESCO avec l’aval de la France), même si cette présence était redevenue pourtant majoritaire depuis le milieu du 19ème siècle.

Cet effacement, par exemple de la bataille de Poitiers considérée désormais comme mineure voire inexistante (secondaire en tout cas) rend alors tout à fait pertinente l’idée de trouver à tout prix des racines islamiques anciennes et tant qu’à faire illustres (mais Chateaubriand n’est pas tombé dans le panneau quand il a vu l’islam réel en acte dans son voyage à Jérusalem) afin de justifier non seulement la pérennité de la présence musulmane mais plus encore l’idée d’une juxtaposition à terme des communautés à l’instar de ce qui se passait précisément à l’époque mérovingienne.

Ainsi ces nouveaux historiens mondialistes no border transhumantes, transcendes, et post vérité, font comme Monsieur Jourdain de l’Histoire sans le savoir, et n’ont que faire des conseils de prudence lorsqu’ils tranchent dans le  vif de la chair historique, à l’instar de leurs aînés qui eux ne se souciaient guère non plus de ce qui allait se passer en Russie, en Chine, au Vietnam, en Algérie, au Cambodge, à Cuba, au Rwanda, aujourd’hui au Venezuela. Que l’exigence de ne plus voir aucun juif installé dans les territoires dits occupés de 1967 ne soit qu’un prétexte pour ceux qui n’avaient de cesse en 1966 d’exiger le retour aux frontières de 1956 et même de 1947, ne traverse aucunement l’esprit de ceux qui par exemple en France vont organiser la conférence du 15 janvier ou qui autour d’Obama ont manigancé la dernière résolution onusienne condamnant Israël.

Ou plutôt ils ont certainement en tête de capter un vote « musulman » voire de calmer des générations enfiévrées par la « question palestinienne » en leur donnant la France et Israël en pâture, sauf que l’on sait bien qu’ils auront (comme d’habitude) à la fois la guerre et le déshonneur.

Lucien Samir Oulahbib

6 réponses à “Pour capter le vote musulman, ils sont prêts à sacrifier la France et Israël”

  1. BALT dit :

    C’est ce qu’on appelle des collabos. Les collabos de 39-45 ont été jugés.

  2. Patrick granville dit :

    C’est impensable insensé ignoble machiavelique d’inviter en France 70 pays et 56 états arabes pour rayer Israël De la carte sans qu’Israel ne soit invité pour se défendre. Staline Mao et Hitler tous ensemble n’auraient pas fait pire. Les salauds qui va payer le cash de cette hallal-i ? Encore les Cons-tribuables français. Que faire pour empêcher ce saccage?…

  3. Charles Marteau dit :

    En Israël, ils ont la chance d’avoir Avigdor Lieberman. Nous, nous n’avons que des couilles molles pour décider de notre destin.

    • François de France dit :

      On viendra plus rapidement que vous ne croyez aux méthodes d’Israël, notamment en matière d’auto-défense. Et ce gouvernement qui empêche et traque les patriotes de s’armer, les fiche en fonction de leurs amitiés sur Internet (nous sommes tous fichés les Riposte Laïciens) n’en a plus que pour moins de 120 jours. Une broutille ! Moquons-nous donc de leurs petits cacas nerveux à peine plus gros que ceux d’une bique de montagne. En 2018, je vous parlerai de Caseneuve… Vous me répondrez : « Caseneuve, c’est qui Caseneuve ? » En 2018, on aura complètement oublié ces connards qui nous gouvernent depuis 4,5 ans. En 2020, comme pour les aubry-jospinades, on aura zappé le hollandisme, qui fut un plat pays politique très en dessous du niveau de la mer, puisqu’il racla les fonds marins du socialisme