Pour protéger les criminels, les médias les appellent pyromanes

Publié le 12 août 2017 - par - 24 commentaires - 1 534 vues
Share

Voilà un modeste petit billet sur une question de vocabulaire qui pourra paraître bien futile en ces temps troublés et inquiets. Mais enfin, c’est l’été, qui prédispose à la paresse. Et justement, à défaut de profondeur, le présent billet est de saison.

Les feux de forêt éclatent dans le Sud de la France où l’on déplore des centaines d’hectares de garrigue partie en fumée.

Après des semaines de recherches, forcément délicates, car comme l’a dit un enquêteur, le feu détruit tout y compris les indices qui permettraient de trouver le coupable, un individu, originaire de Fos-sur-Mer, vient d’être appréhendé et mis en garde à vue, soupçonné d’avoir provoqué 16 incendies entre les 25 mai et 24 juin dans les communes d’Istres et de Fos-sur-Mer qui ont détruit 120 hectares.

C’est à la suit de cette annonce que les chaînes d’infos continue ont lancé un débat de nature sémantico-juridique. Comment faut-il appeler celui qui met délibérément le feu à la forêt, mettant en danger la vie des citoyens, des pompiers et détruisant notre patrimoine ? La question fait débat. Pourtant, il existe un mot qui se trouve depuis longtemps dans notre vocabulaire courant et pénal, c’est le mot incendiaire qui paraît convenir tout à fait.

Attention! Les chaînes d’information continue se sont empressées de faire venir sur leur plateau des psychiatres, rien de moins, pour nous expliquer les motivations des individus qui se livrent à ces activités.

Et de nous exposer les subtils distinguo entre incendiaire et pyromane.

Le premier met le feu sciemment, délibérément et mesure les conséquences de son geste. Le pyromane est fasciné par le feu, qui trouve dans l’embrasement un plaisir esthétique et reste confondu par le résultat de son acte tel un enfant qui a fait une grosse bêtise dont il ne mesurait pas la dangerosité.

Le premier est un criminel, le second un cas psychiatrique.

Et BFM TV,  pour ne pas la nommer, d’appeler illico l’individu appréhendé pyromane.

Ne pourrait-on y voir  comme l’ombre d’un début d’excuse ? En Union Soviétique, on se servait de la psychiatrie pour embastiller les opposants, chez nous de nos jours, on l’utilise pour excuser les criminels.

Florence Labbé

Bon juste une remarque qui me tara busque , des centaines de satellites tournent autour de la terre certains ex télécommunications qui voient une mouche à m..de, une fourmi entrain de pissée, ne voient pas un quidam ou le reconnaître mettre le feu , il y a comme un bémol , et pour les noms normal sont suédois danois norvégiens donc pas stigmatisés non de dieu

Les nouveaux héros : il y avait Batman, voici Pyroman ! (pas vraiment le même genre mais il faut vivre avec son temps !).

les pyromanes des malades!!!bien sur! que des détraqués dans notre pays depuis quelque temps ! mais que font les hopitaux pour les cinglés!!!!!!!!des noms svp!

SISCO ….. EN FEU (INCENDIES VOLONTAIRES) …… N’EST CE PAS LE VILLAGE CORSE QUI A TENU « BON CONTRE LE BURKINI » ?????? BIZZARE ..vous avez dit BIZARRE ….comme c’est BIZARRE =( eh oui ) : dixit LOUIS JOUVET !

j’aimerais avoir les noms des « pyromanes »…

Excellent ! J’avais retenu cette séparation des genres…
Le feu de forêt ? Criminels et « adorateurs » par destination…
Islamisme ? Religieux et désaxés irresponsables…
Analyses de textes indispensables avant avis !

Si on nous cache le nom de l’incendiaire, c’est parce qu’à tous les coups à consonance arabe ou africaine. S’il s’agissait d’un Jean-Claude Dupont, il y a belle lurette qu’on le saurait. C’est l’information à la française ! Quelle chance pour la France….

l’état islamique avait demandé de mettre le feu!
on ne nous donne jamais les prénoms des rares « pyromanes » arr^étés!
j’en déduis forcément qu’ils ne se nomment ni André ni Jacques!

Oui,et quand ils sont islamiques : présumés,l’homme,l’individu ;même si ils ont été enregistrés en flagrant délit .

Si les forêts étaient sous haute surveillance comme nous le sommes sur les réseaux sociaux et les moyens qui existent aujourd’hui , il pourrait y’en avoir beaucoup moins , les pyromanes sont connus, comme les violeurs et les djihadistes, une puce pour alerter
et les satellites, quand on veut, on peu, donc ils sont protégés., et ils arrangent le programme en cours.

Déjà, dans la justice post-taubiresque, on ne dit plus criminel mais délinquant.
Tout comme on ne dit plus clandestins mais migrants ou réfugiés.
Tout comme on ne dit plus terroriste mais déséquilibré.
Les merdias et politiques ont inventé le dictionnaire d’endoctrinement pour les nuls (ou les sans-dents au, choix).

Il y a même des pays tout entiers atteints de maladie mentale. Délires, illusions, croyances folles dans des trucs bizarroïdes. Certains sont inguérissables, les pauvres.

Irresponsables ! Ce matin au journal de 7h30 sur europe 1, le journaleux avait convoqué un spécialiste qui nous a juridoctement asséné que les pyromanes étaient des malades, sous influence de « pulsions incontrôlables ». Cela les conduisent à incendier les biens d’autrui: poubelles, voitures, abri-bus, écoles maternelle, bibliothèques ou forêts domaniales. Comme pour les islamikazes captagonés, ce ne sont plus des prisons qu’il faut construire, mais des asiles pour cinglés! Un éminent psychiatre avait naguère qualifié les fascismes, qu’ils soient nazis, polpotistes, pinochetistes, daeschistes… de maladies mentales. Ces « malades » qui veulent éliminer ceux qui ne sont pas à leur image seraient… lire la suite

Exact! je l’ai entendu! j’ai été carrément révoltée !!! quel enfarinage des Français!! mais ceux qui ont l’habitude, connaissent le problème des incendies d’été dans le Sud…ont compris depuis le début que ça ne peut être qu’un acte terroriste !!! jamais un feu n’a pris en pleine nuit…en plein maquis!! près des villes! Le Coran est très explicite à ce sujet ..!!!

Simple: si c’est un incendiaire, donc un criminel on l’enferme en prison, si c’est un pyromane donc un déséquilibré, on l’enferme dans un asile psychiatrique. Le but c’est de mettre l’énergumène hors d’état de nuire et de dissuader ceux qui pourraient être tentés.

Je suis bien d accord avec Anne..ce qui me plairait..c est de voir les visages plaques en ville afin de savoir qui sont nos voisins..criminels ou malades mentaux..de tels gestes méritent un profil…il n y à plus de secrets professionnels au delà de l enfermement..

Oui mais…nos prisons ne servent qu’à offrir quelques vacances aux prévenus, sont relâchés ensuite…je suis de plus en plus convaincue qu’il faut revenir à la peine capitale ! avec bien sûr des précautions! ne pas risquer l’erreur judiciaire ! pour les terroristes , fusillés militairement puisqu’ils nous ont déclaré la guerre…!!

OK, j’ai compris, c’est pas Momo-l’incendiaire, c’est Momo-le-pyromane… :-))

Oui, un déséquilibré de plus!
Je me pose des questions entre les incendies sur Sisco et sur le cap corse et la fameuse affaire des burkinis d’il y a un an, presque jour pour jour , le 13Aout 2016 , je suis sans doute trop soupçonneux , mais est ce une simple coïncidence? Ou fait on payer aux corses leur courage ?
On ne le saura sans doute jamais et attention pas d’amalgame!

du peu que je sais des Corses: eux certainement connaissent les dessous des cartes et sauront y donner la suite méritée

C’est aussi ce que j’espere

Un pyromane est par définition un criminel aussi non? Il peut être pyromane, criminel, incendiaire et meurtrier si par malheur quelqu’un décéde suite à son acte. Peu importe finalement comment on le nomme pourvu qu’on l’arrête, l’enferme et lui fasse payer les dégâts et les moyens utilisés pour stopper le feu. Mais c’est bien-sûr! un déséquilibré, comme nos adeptes de la religion de paix et d’amour lorsqu’ils passent à l’acte et commettent un attentat. La pyromanie est une maladie non après tout… Donc c’est un déséquilibré. Je contracte un prêt, je ne rembourse pas, je suis atteint de phobie bancaire.… lire la suite

L’Etat mental est une mauvaise excuse pour le crime, terrorisme islamique ou incendie de foret. Pas s’abriter non plus derriere la sécheresse et le vent qui ne sont que co-factoriels, mais pas la cause. La gravité des incendies de foret pour la faune et la flore, pour les habitants, les habitations et les outils de travail, pour la perte de beauté naturelle aussi, cela fait que le niveau du crime devrait etre déplacé de délinquance et crime a attentat terroriste contre la nature et crime contre l’humanité.

J’appellerai cela du TERRORISME ÉCOLOGIQUE au sens pure du terme car c’est la politique de la terre brûlée de tous ces Attilas ces hordes soit disant déséquilibrés; très et trop souvent protégés par ceux qui porte l’étiquette d’un parti qui se dit vert mais plutôt vert de gris( du leurre politique du pasdamalguame.)

wpDiscuz