Quel est le rôle de Riposte Laïque Suisse ?

Publié le 11 mars 2013 - par - 2 864 vues
Share

J’ai découvert le site Riposte Laïque  fin 2009. Ce fut pour moi une révélation, car je découvrais enfin un site qui, par ses articles, traduisait ce que je voyais arriver en Suisse : de plus en plus de femmes voilées dans les rues, des exigences dans les écoles pour que le sapin de Noël disparaisse des classes, des demandes de dispenses de gymnastique ou de musique d’une population immigrée d’origine musulmane qui, au contraire des immigrés précédents (Italiens, Espagnols, Portugais), ne semblait pas vouloir s’intégrer à notre culture et à nos lois.

Au fil du temps j’ai appris à apprécier les plumes de Riposte Laïque, certaines d’une grande qualité, à travers leurs articles et leurs vidéos. J’ai aussi assisté, de façon anonyme, aux Assises contre l’Islamisation qui reste pour moi un grand moment.

J’ai eu la chance de rencontrer Pierre Cassen et Christine Tasin, à Lausanne, l’an passé, quand ils ont répondu à l’invitation d’une association suisse, pour y tenir une conférence. Nous avons très vite sympathisé et je leur ai demandé s’ils seraient d’accord de créer une association suisse, que nous appellerions Riposte Laïque Suisse.

Cela pouvait nous permettre d’atteindre un maximum de personnes en Suisse romande et d’y mener des actions spécifiques sur la base et le modèle du Riposte Laïque d’origine et de pouvoir ainsi mieux diffuser le journal de RL en Suisse.

Pierre  et Christine m’ont encouragée à aller dans ce sens, et j’ai alors, avec quelques personnes intéressées par le sujet, décidé de créer Riposte Laïque Suisse, en septembre 2012.

J’ai pendant des années travaillé en milieu hospitalier en tant qu’infirmière, et, sachant que j’allais bientôt cesser mon activité professionnelle, j’allais donc avoir davantage de temps libre pour défendre mes idées et mes valeurs. Au courant de mes projets, les animateurs de Riposte Laïque m’ont proposé, tout en respectant l’indépendance de Riposte Laïque Suisse, de travailler en étroite collaboration avec eux, en écrivant les articles que je souhaitais, sur la situation suisse, ou sur d’autres sujets. Puis ils m’ont proposé de rejoindre la rédaction, ce que j’ai accepté avec plaisir. J’ai alors fait la connaissance de toute l’équipe de Riposte Laïque, lors de différentes réunions où j’ai découvert des personnes intelligentes, cultivées, ayant un grand sens politique (du coté lumineux de la force…) et qui, merveille, partageaient la plupart de mes idées et la même vision sur se qui se passe actuellement dans nos pays et qui n’est guère réjouissant.

Lors d’une de ces réunions, les animateurs ont expliqué qu’il fallait, tout en conservant le socle français, élargir la portée de Riposte Laïque au niveau francophone, principalement en Belgique, en Suisse et au Québec. Ils ont alors proposé de modifier la présentation,  principalement le bandeau du journal, et de diffuser le message d’une progressive collaboration Belgique-Canada-Suisse-France.

D’autre part, Pierre Cassen a fait savoir qu’il ne souhaitait plus, au bout de cinq années passées à la tête de la rédaction, continuer à assumer cette lourde responsabilité, pour des raisons privées. Il a fait savoir qu’il voulait rester dans l’équipe rédactionnelle, apporter ses conseils si on le sollicitait, mais qu’à présent, sa priorité était ailleurs.

Il continuera à animer et développer les activités de Riposte Laïque, notamment en terme de publications de livres.

D’un commun accord, lors de la discussion, il a été décidé de séparer les activités en deux. Pour mieux faire passer le message francophone international, j’ai proposé que Riposte Laïque Suisse prenne la responsabilité du site Riposte Laïque, acceptant de donner de mon temps pour assumer, avec l’aide de tous évidemment, la responsabilité du site.

Nous avons souhaité, en accord avec les animateurs historiques du journal, transférer le site en Suisse, parce que, un peu patriotes, nous aussi, nous préférons qu’une association suisse ait un site basé à Neuchâtel.

Mon vœux est d’élargir la rédaction avec des contributeurs belges et suisses, tout en continuant à travailler étroitement avec l’équipe rédactionnelle actuelle.

Connaissant le côté procédurier de quelques associations françaises (le droit associatif suisse étant plus libéral, et ne contenant pas de lois Pleven et Gayssot), nous ne voulions pas communiquer sur ce sujet immédiatement. Nous attendions le bon moment pour le faire.

Ce moment est arrivé, puisque de nouvelles procédures ont été engagées, et que, étant à présent la présidente de Riposte Laïque Suisse la responsabilité n’est plus l’affaire de mon ami Pierre Cassen mais la mienne.

J’en profite donc pour saluer l’ensemble des lecteurs de Riposte Laïque, et leur faire savoir qu’en Suisse, chaque semaine, avec l’équipe rédactionnelle de Riposte Laïque d’origine, nous faisons le maximum pour continuer l’entreprise commencée depuis bientôt six ans et que nous allons essayer de faire mieux encore en nous intéressant progressivement à ce qui se passe dans les autres pays européens tout en gardant toujours pour socle, pour base, la rédaction d’articles concernant la France en première ligne.

Danielle Borer

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.