Quelques livres à lire cet été

Publié le 13 juillet 2017 - par - 12 commentaires - 660 vues
Share

De quelques titres en passant :

La Faillite du climatisme

Si quelques esprits libres existent encore sans doute liront-ils ce petit livre fait par divers auteurs se protégeant par un pseudonyme car il ne fait pas bon en France de dire ce que l’on pense tant la propagande fait de plus en plus office de « science »…

Mais, à vrai dire, est-ce que cela nous change vraiment ? Sur tous les autres sujets abordés ici, la même chape de plomb nous plie à sa volonté ; le non débat sur le climat, considéré même par certain/es comme « la » cause ultime du terrorisme, de la migration économique, des guerres diverses, en est l’illustration chimiquement pur ou quasiment…

Seuls quelques irréductibles tentent de ne pas laisser s’éteindre la flamme du réel tel qu’il « est »; mais même cette affirmation est devenue galvaudée puisque vous aurez toujours quelques absolutistes/complotistes croyant fermement qu’ils ont « la » vérité et qui justement tiendront ce discours, sauf qu’ils ne dialoguent pas, ils affirment, dénoncent, ce que je ne prétends pas faire, pas plus les auteurs ci-dessous d’ailleurs, et si certains pensent que c’est le cas, eh bien chiche, qu’ils/elles débattent, trouvons une scène, opposons nos arguments, sauf que vous savez bien qu’il n’en est pas ainsi, tout n’est devenu que rapports de force, mise à l’index, ou sous camisole médiatique, celle du silence forcé…carotté…

Tentons malgré tout de démentir ce diagnostic par ce qui suit :

L’islamisme et nous

Ce dernier Opus de Pierre-André Taguieff fait le point sur notre impréparation théorique majeure pour comprendre les fondements théoriques de cet « isme » s’attachant à islam. Une seule remarque : lorsque (pp.67-68) en s’appuyant judicieusement sur Meddeb, l’auteur parle  » d’ambivalence » entre « le verset 256 de la deuxième sourate qui dit « point de contrainte en religion » et « les versets 5 et surtout 29 de la sourate 9 » où il est question de « combattre tous ceux qui ne croient pas à la religion vraie »…

Sauf qu’il n’y a n’y a, semble-t-il, pas de « contradiction », car ces versets sont en même temps (ou le « aussi » de Hegel en réalité…) compatibles en ce sens où si l’islam est la seule religion « vraie » alors lorsqu’il est question de non contrainte il s’agit d’indiquer que nul ne peut prétendre au sein de « la » religion (la vraie) affirmer ce qu’il en est à un autre de ses croyants ; d’où les difficultés d’interprétation, les divisions et conflits, d’où la nécessité de s’en remettre à l’avis de celui qui est désigné par « la » communauté comme étant « le » meilleur chemin de la bonne tradition (« sunna ») ou plutôt la voix/voie l’intercesseur parce qu’il l’a prouvé dans ses actes à savoir être le « calife » et non pas seulement « exister » comme « lui »… Bref…ce verset comme celui parlant des « gens du Livre » (que tout le monde confond avec la Bible alors qu’il s’agit de leur « livre » à eux qu’ils appellent bien sûr « le » Livre) prête seulement à confusion uniquement si l’on n’a pas subi en pratique l’islam réel qui n’est que contrainte puisqu’il s’agit de se préparer intérieurement et extérieurement à accomplir, enfanter, la (seule) destinée celle chantée par le Muezzin.

Mais à part ça, le livre de PAT est indispensable pour bien comprendre les enjeux d’aujourd’hui, en particulier les accointances entre les relativistes post modernes, le néo-léninisme et l’islam/isme qui pensent se servir de celui-ci alors que le contraire est bien plutôt exact comme on l’a vu en Iran avec la victoire des khomeynistes soutenus par Foucault (que soutient toujours Finkielkraut and Co…).

J’ai déjà dit ce que j’en pensais dans un billet récent (seconde moitié) mais il faut ajouter que c’est un livre d’autant plus nécessaire à lire qu’il est attaqué par la gentry post destroy de la bobosphère chic qui n’a de cesse de simuler le réel (au sens baudrillardien de le produire selon les modèles ad hoc ou la fabrication hic et nunc du climat intellectuel adéquat) ce qui n’empêche cependant pas d’indiquer quelques limites en particulier lorsque Christophe Guilluy désigne autant du doigt « la paranoïa identitaire » (p.117, ce qui n’est pas sans rappeler le terme de « panique identitaire » employé par les théoriciens ultra-gauche) que le « multiculturalisme » anti-républicain alors que ce « ni-ni » n’explique rien sinon en creux le fait que la notion d’identité est laissée aux fondamentalismes au même titre que la nation et le drapeau.
Cela fait penser à la façon dont le KKK défend aujourd’hui le drapeau des Confédérés ainsi que les statues de Lee alors que celui-ci ne défendait pas d’abord un « vive l’esclavagisme »  mais un vive le droit des peuples au sein de la Confédération à disposer d’eux-mêmes ; ce qui est un débat toujours d’actualité, surtout lorsque l’État fédéral devient un État Patron à l’européenne, un État qui maquille par la « Providence » (RSA et futur « revenu universel ») cette division justement entre une élite de néo-courtisan/es et ses canailles « in » distribuée dans tous les rouages de la bureaucratie chic des mé/ga/tro/poles tandis que la majorité de la population, elle, se trouve hors réseau (60% avance Guilluy) c’est-à-dire est mise ainsi en « périphérie » de cette gentrification nouvelle donne : les centre villes rénovés devenant les nouvelles citadelles d’une nouvelle ploutocratie (le terme aristocratie étant trop noble surtout dans sa consonance grecque…) ayant besoin d’une nouvelle domesticité à la saoudienne : les immigrés/réfugiés, avec bras corps sexy et ventre (déjà aux USA et ailleurs, la France étant en « retard »…) tandis que les autres, sont relégués dans les niches, zoos du « parc humain » avec cacahouètes télévisuelles d’un SP du PAF sommant de croire au réel programmé qui fait du « bien » avec ses humoristes officiels ou le rire permanent celui de « l’homme qui rit »…

Hormis cette critique, et le fait que l’on n’a pas l’impression d’entrevoir une porte de sortie sinon la révolte de la France d’en bas : mais, hormis les jacqueries, la Révolution peut aller dans tous les sens et tomber dans les mains des mieux préparés en route vers une nouvelle dictature néanmoins ; peut-être que la recomposition actuelle nous fera mieux voir les choses d’ici peu…

Juste un mot : ce livre de Béatrice Levet annonce bien le suivant, son « crépuscule des idées progressistes« , ou comment dans la lignée des nouveaux auteurs d’une obédience commune comme Guilluy  Michéa, Guénon, Lasch… est bien montré en quoi le progressisme supposé des élites bien pensantes s’avère être plutôt la mise du réel sous un boisseau totalitaire mais à la face d’ange, gentille, si gentille, comme toutes ses belles stars qui trônent sur la table basse des coiffeurs ou dans la salle d’attente des « doc » en tout genre, nous montrant comment il est bien « ringard », « réac », voire « raciste » et « d’extrême droite » (quatre concepts indispensables à placer cela peut rapporter gros) de ne pas trouver chic l’idée même du « trans » mais dévoyée en ce sens qu’au moins le/la « trans » aimerait changer de sexe parce que la nature s’est trompée de corps alors que les idéologues et leurs hologrammes (stars, politiques) veulent, à l’instar des cours décadentes de l’empire romain ou byzantin polémiquant sur le sexe des anges, obliger à la métamorphose permanente, seule identité respectée, celle de la non-identité comme présent, tout un tralala (avec oscars) qui se met en scène dans cette TV-réalité qui ne dit évidemment pas son nom celle immanente et sulfureuse de cette néo-gentry transformant la Terre en planétarium et autres happening bulles de champet puis s’en vont…dérivées et différentielles, exponentiellement vôtre… les enfants sont des progénitures miroirs (comme toujours…) après tout…

Là aussi un livre à bien méditer, l’islam n’étant pas une race mais un discours, Pascal Bruckner étant pourtant attaqué pour l’avoir dit haut et fort, mais attaqué par des seconds couteaux (pour l’instant), les premiers n’osant pas trop (ils préfèrent se servir de Riposte Laïque comme bouc émissaire, oubliant ce que Voltaire aurait dit à propos de la liberté d’expression et de la défendre, même si l’on n’est pas d’accord).

C’est ce dont cet auteur fait partie, un peu comme Jacques Julliard, de ces gens profondément honnêtes intellectuellement qu’il faut lire (même si Bruckner n’a pas trop compris le phénomène Trump…) parce qu’ils dénoncent cet espèce d’hara-kiri que promeuvent les adeptes transis de la gauchosphère post léniniste avides de s’agenouiller devant un nouveau tyran, de communier dans un grand silence tels ceux que les Althusser, Lacan, Derrida, Bourdieu savaient créer (Deleuze et Foucault se faisant plus chahuter… sur leur gauche…) impossible d’émettre la moindre critique sans perdre son statut réitérant ce que Philippe Robrieux expliquait bien en son temps sur le PCF. (Un PCF que BHL critiquait dans son « idéologie française » parce qu’il préférait encore lire… Descartes et Pascal plutôt que Lénine…)

Bruckner tente de casser ce nouveau cristal qui a déjà rigidifié les gauches et droites européennes et américaines, seule la France résiste encore, aussi en Europe centrale si décriée (pourtant, il n’y a pas que des fascistes en Hongrie en Pologne ou alors on se soumet aussi à l’autre propagande, celle de Poutine par un certain biais…)

Comment vivre au temps du terrorisme

Alain Bauer s’étonne au fond que cette doxa dominante cherche bien plus à surprotéger des populations posées, en creux, comme moutonnières apeurées prêtes à ne surtout pas faire montre de « haine » que de l’aider à s’armer déjà spirituellement en se montrant informée, résiliente, prête à la solidarité multiforme celle d’une société libre et fière de l’être ; il est vrai que la gentry bio-techno-urbaine au pouvoir préfère se rassurer auprès de pseudo-criminologues (alors qu’ils ne sont que des sociologues spécialisés sur l’institution pénale et son histoire) plutôt que de se demander comment l’on fait pour déjà comprendre que les « terroristes » ne viennent pas de rien, qu’ils n’ont pas qu’une facette, ne sont pas que standardisés, que leurs croyances sont autant à prendre en considération que leur environnement (Taguieff insiste aussi beaucoup là-dessus dans le livre cité plus haut). Un livre qui revient sur les derniers épisodes sanglants et les analyse sous cet angle salutaire. D’autant que nous sommes au degré zéro de l’analyse en réalité…

L’innovation sauvera le monde

Enfin, une petite réflexion sur cet ouvrage qui sera bien sûr honni par les étatistes de tous bords à qui le mot « libéral » donne de l’urticaire, mais il convient d’admettre que si l’on ne réduit pas ce terme à celui d’affairisme alors l’idée d’innovation qui lui est coextensive signifie que la liberté de penser donc d’innover permet celle d’entreprendre et ainsi nourrit à la fois l’égalité et la prospérité, ce qui permet, aussi, de dégager un surplus à même de réduire les inégalités d’héritage (bête noire de Durkheim) d’améliorer la formation tout le long de sa vie…

En un mot il n’est pas idiot de penser à l’innovation dans tous les sens du terme : économique, financier, pédagogique, consumériste, à partir du moment où il est aussi possible de penser qu’elle doit être au service du « plus grand nombre » comme le disait Bentham repris par Mill, une idée si critiquée par les anti-libéraux congénitaux qui ne voit dans l’individu qu’un incrément/excrément du collectif, ce qui ne veut pas dire que cet individu s’enferme dans sa bulle prétendue « unique », il y a là une dialectique de la complexité à penser en effet c’est-à-dire sans s’enfermer dans des solutions binaires du genre ou nucléaire ou renouvelables, ou fermé ou ouvert, ou encore et ceci et cela, obligatoirement : le problème n’est pas tant au fond que chacun/e choisisse sa voi/e/x mais l’impose, c’est, cela, ce refus, même, qui est le fond originel, absolument, de la vérité… celle qui a fait de nous son image… la mens… âme du monde, notre monde…

 Voilà… Il y en a d’autres bien sûr, et heureusement…de bons livres, j’en parle de temps à autre,  quand je commente rapidement, par exemple dans ma revue de presse quotidienne , abonnez-vous donc aussi à mon fil Twitter :

https://twitter.com/followers?lang=fr 

Et bonnes vacances !

Lucien Oulahbib 
Print Friendly, PDF & Email
Share

Puis-je vous suggérer d’ajouter à votre excellente liste « Islam, que faire? », de Paul Korlov, disponible sur Amazon ou Kindle? Amitiés combattantes.

Si je puis me permettre de suggérer un livre , lisez « Guerre à l’occident, guerre en occident » dun lieutenant colonel Cerisier…. édifiant et vous force à réfléchir !!
J’ai reçu le livre de M.Jallamion mais pas encore lu !

Vous allez pourrir mes vacances !!! Humour…
Trop de vérités ne sont pas miscibles au pastis… (eau claire des bien pensants ?)
– Climatisme ? Arnaque du Siècle. La Terre vit sa vie, le Soleil aussi…
– L’islamisme ? Religion conquérante plus politique que religieuse…
– France d’en Haut ? Elue par la France d’en bas… N’a que ce qu’elle mérite…
– Le Genre ? Stupidité qui ignore Darwin…
– Racisme ? L’Anti racisme n’est que soumission….
– Terrorisme ? Vivre avec son mal n’est pas la solution…
– Innovation ? Maladie positive de notre Siècle si elle préserve l’Homme…
Bonnes lectures !

Excellent ! :-)

Sans vous critiquer vos livres sont terriblement refoulés. Pour ma part je propose : -Les droits de l’homme contre le peuple. Jean-Louis Harouel -La république amnésique. Thierry Bouclier -Le multiculturalisme comme religion politique. Mathieu Bock-Côté -Colonisation de l’europe discours vrai sur l’immigration. Guillaume Faye -Les Français ruinés par l’immigration. Gérard Pince + Algérie l’histoire à l’endroit (Lugan), Le génocide voilé (Tidiane N’Diaye), Les négriers en terres d’islam (Heers), Esclaves chrétiens, maîtres musulmans : L’esclavage blanc en Méditerranée 1500-1800 (Davis /Tricoteaux). Voilà matière à mettre le nez dans ses excréments à n’importe quel élu, syndicaliste, associatif, maitre-chanteur, islamiste, Africain, journaliste etc…… lire la suite

Allez , chacun y va de ses préférences , vite fait , sur mon île j’emmène Jean RASPAIL « le Camp des Saints » , Gustave LE BON « Psychologie des Foules » « Psychologie de l’Education » « Psychologie du Socialisme » (celui là il vaut son pesant de cacahuètes car écrit si mes souvenirs sont bons avant la tuerie de 1917) , « Histoire des Barbaresques » de Laurent LAGARTEMPE . Bonne vacances à tous !

Je parlais de « Psychologie du Socialisme » pardonnez-moi.

« Psychologie des Foules » de Gustave Le Bon est un incontournable, on en trouve de multiples exemplaires PDF sur internet.
Tout à fait d’accord avec ce que vous en dites, visionnaire !

oui, lisez, lisez et visitez aussi mon petit blog https://atelier-ca-della-fiola.blogspot.ch/

j’ai acheté le livre et je l’ai immédiatement lu .Nous voyons que ce pays est gouverné par des salopards , qui ne reculent devant rien pour arriver à leurs fins

Correctif : il serait préférable de mettre le lien suivant, qui d’abord présente le livre puis qui ensuite donne le lien précédemment indiqué :
http://ripostelaique.com/a-mort-le-flic-vont-ils-oser-mettre-en-prison-le-policier-sebastien-jallamion.html

Suggestion, pour inciter à l’achat du livre de Jallamion :
Mettre un lien sur l’image du livre de Jallamion en début de cet article vers la page d’achat du livre : http://ripostelaique.com/livres/a-mort-le-flic

wpDiscuz