Raphaël Liogier est formel : il n’y a plus d’immigration musulmane depuis les années 1980 !

Publié le 17 février 2012 - par - 2 891 vues

On ne présente plus l’ineffable Raphaël Liogier, celui qui le 3 février dernier était passé au tribunal en touriste, celui encore qui appelait les musulmans à instaurer une gay pride… pardon, je veux dire une muslim pride (je confonds toujours les deux) où défileraient des musulmans avec des plumes dans le fondement. Car le fondement islamique Liogier adore ça.

Une certaine idée de la muslim pride

Sur fond de niqabées brandissant des drapeaux français incrustés de drapeaux palestiniens (1), il tentait alors de pousser les musulmans à la désobéissance civile en disant que ce n’est pas parce qu’il y a unanimité que celle-ci serait à respecter (la démocratie quelle barbe !) et tentait dans le même discours de rassurer les Français « lambda » sur cet islam non conquérant aux pratiques spirituelles et non civilisationnelles. Encore que pour être spirituelles il faudrait bien qu’elles soient un peu civilisées. La bouche grande ouverte appuyant sur chaque syllabe à la façon d’une grenouille coassante qui aurait l’estomac barbouillé, il appelait à la respiritualisation de nos sociétés industrialisées, considérant les femmes fondamentalistes comme le signe d’un retour au fondement, ce qui en soi n’est pas faux si l’on s’en tient à la définition suivante du fondement : «Le derrière et plus particulièrement l’anus, l’extrêmité du gros intestin. Exemple «  Le médecin te prédit une nouvelle fistule à l’anus,  le doigt du Tout-Puissant assainira ton fondement » – (Paul Lafargue, Pie IX au Paradis).

Il allait même le bougre jusqu’à faire le parallèle avec des fondamentalistes bouddhistes reconnaissables à leur crâne rasé et robe safran, classant d’office le Dalaï-Lama et Matthieu Ricard dans la catégorie des dangereux bouddhistes. Évoquant la kermesse de l’UOIF et ses stands de développement personnel, il en parlait comme d’un club « fondamentalement bon enfant ». Décidément le concept lui tient à cœur…

Le chouchou d’Oumma TV vient de remettre le couvert ces jours-ci en fustigeant les démographes incultes et incompétents qui diffuseraient des faux chiffres alors que lui détient les vrais, plus fiables puisque ce sont les siens, c’est vous dire si on peut les croire. Il s’étonne d’ailleurs que les démographes diffusent leurs résultats au grand public, c’est vrai quoi, ils pourraient au moins avoir la décence de les garder secrets.

Sourcils froncés il dénonce d’obscurs objectifs politiques, des prophéties apocalyptiques tellement éloignées des doucereuses et louables ambitions islamistes, allant même jusqu’à suggérer le cas clinique des chercheurs car depuis peu c’est la tendance où celui qui critique ou apporte des preuves est considéré comme mentalement dérangé, paranoïaque ou juste manipulateur. Bien sûr, Liogier lui c’est le gentil de l’histoire et c’est bien pour cela qu’Oumma TV en a fait son héros.

Il nous parle ensuite des 3 vecteurs d’accroissement des musulmans en France : la conversion, l’immigration et le taux de natalité et s’empresse de nous démontrer sans preuves qu’ils sont absurdes.

La conversion tout d’abord, ça n’existe pas selon lui, même si certes parfois il peut y avoir quelques mariages mixtes. Or lorsqu’un des deux promis est musulman l’autre a l’obligation de se convertir, a fortiori si c’est la femme qui est musulmane. C’est inscrit dans le coran, c’est o-bli-ga-toire ! La question du libre choix ne peut se poser puisque le libre choix n’existe pas en islam. Le nez de Liogier s’allonge quand il feint d’ignorer cette obligation en évoquant la possibilité pour un musulman de se convertir à la religion de l’autre. Déjà en islam la conversion dans l’autre sens est strictement interdite et de toute façon la question de la conversion ne se pose pas en France puisqu’elle n’est pas inscrite dans les tablettes de la République et ne peut donc en aucun cas invalider le mariage, contrairement à certains pays comme le Maroc où la non conversion du futur marié à l’islam est un motif de non reconnaissance du mariage jugé illégal.

Son nez s’allonge encore au point de crever l’écran de mon ordi quand il évoque l’immigration qui pour lui se serait arrêtée dans les années 50-60 avec peut-être une poignée d’entrées dans les années 80 mais ce n’est même pas sûr. Mais aujourd’hui, il est formel puisque tous ses indicateurs personnels sont au rouge, l’immigration en provenance des pays musulmans est minoritaire voire n’existe pas. « il n’y a pas d’immigration musulmane aujourd’hui donc il ne peut pas y avoir d’accroissement par l’immigration ». Le regroupement familial, les sans papiers manifestant dans les rues, les nouveaux arrivants lampédusiens, les 12 millions de musulmans évoqués par Begag, tout cela ne serait que purs fantasmes et imaginations. Or l’immigration issue du seul Maghreb était déjà en 2008 de 30% (2). En Ile de France un jeune de moins de 18 ans sur quatre est originaire du Maghreb, d’Afrique sub-saharienne ou de Turquie… un sur quatre… Paranoïa ? Fantasme ?

Enfin selon lui le taux de natalité après 6 ou 7 ans de présence en France deviendrait le même que la moyenne. Personnellement je n’ai pas remarqué  de diminution, bien au contraire. Les poussettes de femmes voilées sont de plus en plus nombreuses dans les bus de ma ville et la plupart du temps elles sont les seules à s’approprier la totalité de l’espace du bus réservé aux poussettes quand il est précisé pourtant que le nombre de deux ne doit pas être dépassé. Quand on voit également que le prénom Mohamed est le plus donné dans certaines villes de France, notamment à Marseille, comment croire un instant à ses dénégations insensées.

Et d’ailleurs, même le site Al Kanz infirme ses propos avec cet argument dont je m’abstiendrais présentement de commenter la teneur qui me rend un peu nerveuse : «  Bravo aux musulmans qui font beaucoup de bébés et contribuent ainsi à sauver les retraites. Plus de bébés aujourd’hui, c’est plus de cotisants demain. C’est ce qu’on appelle un patriotisme fécond ».

Il croit se justifier en disant que si on voit des chiffres élevés c’est qu’ils sont artificiels et qu’ils signifient juste que les gens attendent d’être dans un pays plus sûr pour avoir des enfants, ce qui d’une part contredit ses propos niant l’immigration musulmane et d’autre part le fait que les musulmans ne font pas beaucoup d’enfants.

Il insiste, il y a au contraire une très forte baisse, voire même les musulmans seraient en dessous de la moyenne. On se demande bien comment il peut nous sortir des inepties pareilles puisque quelques secondes plutôt il affirmait qu’il n’existait pas de statistiques ethniques ! Son argument massue serait qu’il y a 10 ans les démographes criaient déjà à la submersion islamiste… mais ils avaient raison puisque c’est le cas 10 ans après ! Pur fantasme que tout cela pour Raphaël qui prétend qu’on assimilerait bêtement les gens un peu basanés à des musulmans qui n’en seraient pas. A le croire, je fantasmerais tous les jours en voyant des niqabées qui ne seraient pas des musulmanes, le pire est que je ne peux même pas attester du degré de basanité de leur peau puisque celle-ci est cachée à ma vue.

Il rajoute  une couche finale sur les chiffres qui n’ont pas varié depuis les années 80 même s’il y a une progression démographique mais pas d’augmentation… ah oui, d’accord… selon lui ça progresse mais sans augmenter…

Les marioles sont de sortie sur Oumma TV, il ne manque plus à Liogier que la langue de belle-mère et les serpentins mais même sans ça il nous fait déjà bien rigoler.

Caroline Alamachère

(1)   http://www.dailymotion.com/video/xjicfx_les-francais-musulmans-doivent-realiser-qu-ils-ne-sont-pas-les-eternels-convives-d-un-repas_news?start=3#from=embed

(2)    http://fr.wikipedia.org/wiki/Immigration_en_France

 

Les commentaires sont fermés.