Rentrée des classes : et si la seule bonne surprise venait de là ?

Publié le 14 septembre 2017 - par - 18 commentaires - 1 673 vues
Share

La grimace de Najat Vallaud Belkacem à l’annonce de la nomination de son successeur Jean-Michel blanquer nous avait mis la puce à l’oreille. Elle n’aimait pas. C’était bon signe. Effectivement, il semble qu’il y ait quelque raison d’être optimiste.

Voici l’annonce de quelques mesures, qui ne coûteront pas cher aux contribuables et qui pourront rapporter gros. A qui ? Aux écoliers, à leurs enseignants, à l’Éducation nationale et donc, à terme, à la France tout entière. Il s’agit en l’occurrence des mesures imposées par le ministre de l’Éducation nationale, qui semble être une heureuse surprise au milieu de cet océan d’inquiétudes.

De quelles mesures s’agit-il ?

De mesures scolaires, tout d’abord : dans le primaire,  le dédoublement des classes de CP afin de permettre  que chaque élève maîtrise la lecture à la fin de l’année. Le nombre d’élèves en classe n’est pas forcément le seul facteur d’échec ou de réussite, mais on peut imaginer que si un élève est plus lent que la moyenne, il arrivera mieux à se mettre au niveau des autres dans une classe à effectif réduit.  De la même manière, un instituteur détectera plus vite un enfant qui a besoin d’un orthophoniste.

Blanquer réinstaure la grammaire traditionnelle. Retour aux compléments d’objet direct que tout le monde comprenait et exit le prédicat qui laissait perplexe, sinon l’élève, du moins ses parents qui auraient eu l’idée saugrenue de surveiller ses devoirs. Car il y avait bien de cela dans cet héritage soixante-huitard : rompre avec la tradition, couper les élèves de parents instruits afin que ceux-ci ne puissent bénéficier de leur aide et les mettre à égalité.

Rétablissement de  l’apprentissage  des quatre opérations à l’école primaire, y compris  celui de la division qui était souvent mal maîtrisée par les élèves à leur entrée en 6°.

Le collège bénéficie de réformes qui semblent aller dans le bon sens.  Elles touchent l’enseignement de la littérature qui sera enseigné de nouveau de façon chronologique. A la sortie du collège, les élèves sauront donc que Molière précède Hugo, ce qui n’allait pas de soi,  même chez les lauréats du bac. Exit les groupements de texte thématiques, qui n’étaient pas sans intérêt mais ôtaient tout repère chronologique, toute filiation d’un auteur à l’autre, privilégiaient les auteurs contemporains pour des raisons de compréhension de la langue, ignoraient les courants littéraires et donc le contexte indispensable de l’œuvre.

Les classes bilangues sont rétablies. Trop élitistes aux yeux de notre ancien gouvernement de gauche et de notre ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud Belkhacem, ces classes avaient été supprimées au profit de l’introduction pour tous d’une deuxième langue en 5°. On peut débattre du bien-fondé d’introduire deux langues vivantes dès la 5°. Ne vaudrait-il pas mieux consolider les bases de la première langue au moins jusqu’en 4° ? Ceci est un débat interne à l’Éducation nationale. Ce qu’il était intéressant de remarquer c’était cette chasse à l’élitisme qui obsédait les précédents ministres de l’Éducation nationale au détriment de la réussite scolaire. L’échec pour tous, plutôt que la réussite de quelques-uns.

Les collèges bénéficieront d’études surveillées qui permettront aux élèves qui le souhaitent de faire leurs devoirs, ce qui, outre le service offert, officialise l’existence des devoirs à la maison, sans cesse remise en cause.

Des mesures disciplinaires ensuite avec l’interdiction des portables.

En lycée, la mesure essentielle concerne la réforme du bac, lequel était devenu un véritable monstre financier et chronophage. Le nombre quasi illimité d’options uniques au monde, allant du surf aux arts du cirque en passant par les langues rares, imposait la tenue des épreuves dès le mois de mai, entraînant par là-même la suppression d’autant d’heures de cours. Coût total de l’opération : 100 millions d’euros en frais d’organisation, de surveillance et de correction, 1,5 milliard en tout en comptant le manque à gagner en cours perdus.

Enfin, ce sera la fin du scandaleux tirage au sort, préféré au mérite par les socialistes, qui décidait de l’admission à l’université.

Une mesure à suivre est celle de la mise en place dans les établissements d’une cellule de la laïcité qui a au moins le mérite de reconnaître officiellement l’existence de réels problèmes de cette nature de plus en plus difficiles à camoufler. Rappelons la toute récente parution de l’ouvrage d’un ancien principal de collège à Marseille, Bernard Ravet, qui raconte  l’emprise de l’islamisme à l’école. Cette cellule  pourra au moins  avoir le mérite de donner lieu à des comptes rendus qui permettront de discuter de cette réalité jusque-là camouflée tant bien que mal par les instances officielles.

On peut regretter que les disciplines d’Histoire et d’Education civique n’aient fait l’objet d’aucun commentaire. Est-ce le statut quo? On peut également regretter que le Ministre n’aille pas plus loin dans les mesures disciplinaires qui pourraient être prises dans les établissements scolaires et qui manquent cruellement.

Mais ce n’est pas ce qui chagrine enseignants et syndicat. On ne peut qu’être étonné de la réaction peu enthousiaste des enseignants en particulier sur le dédoublement des classes de primaire alors qu’ils se plaignent constamment du manque de moyens et des classes surchargées ou prétendent qu’ils n’ont aucun problème avec la présence de portables en classe, alors que ceux-ci peuvent être utilisés comme secours lors de devoirs sur table.

Au fond, ce sont ces réactions qui auraient le plus de raisons de nous rendre optimistes, ce qui, par les temps qui courent, n’est pas chose négligeable.

Florence Labbé

Share
« la mise en place dans les établissements d’une cellule de la laïcité » Oulàh ! Il faut se méfier du sens qui sera donné sur place au mot laïcité par les pratiquants des dites cellules. On lui fera dire le contraire de son sens réel, à savoir que la laïcité serait la tolérance égale de toutes les religions dans les pratiques ostentatoires ou revendicatrices. Sinon, je n’ai pas bien compris la fin sur les réactions des profs, étonnement ou optimisme, c’est confus. Pour le dédoublement aussi, je suis sceptique, on commence par le CP, puis le CE1 et ça n’en finit… lire la suite

merci mais pour le dédoublement des classes, je crois que ça ne concerne que les élèves des « quartiers », dont Mayotte couverte à 100% par le dispositif de 12 élèves en CP et CE1. C’est dire que la solidarité « nationale » est poussée très loin car, en général, les parents des élèves concernés ne paient pas d’impôt sur le revenu et touchent de grosses allocations familiales, HLM etc.

il y a au moins un ministre de valable dans ce gouvernement! Blanquer.

Dès le premier jour, j’ai soutenu Blanquer. Parcours compétent, expérimenté, contre les « pédagogues » ! Seul espoir de ce Gvt !

Pourquoi publier des photos de Naja Voilée-Bellecassecouilles au lieu de la laisser pourrir dans les poubelles de l’oubli?

Pire que la Belkacem … pas possible :

Non, quand même pas… C’est infaisable.

une instruction comme avant serai certainement bien meilleur , avec toute l’autorité permise aux instituteurs et professeurs , a savoir les punitions sans que les parents ai le droit de contesté une décision des enseignants , ( laisser la liberté aux enfants le droit de cracher sur un instit où un prof ) l’éducation et l’instruction sont deux choses bien différentes , la aussi , l’éducation revient aux parents et l’instruction revient aux profs où instits , tout comme faire la différence entre État et gouvernement

Ce matin j’écoutai la radio tout en roulant – du côté de FONT ROMEU – et un auditeur enseignant expliquait que sa classe ( Perpignan je pense ) avait été ramenée à 12 élèves effectivement sauf que……il n’y en a que 6 car les 6 autres sont en ‘ vacances ‘….avec les parents…devinez ou …

dommage qu’il ne rétablisse pas la chronologie de l’enseignement de l’histoire

est ce qu’ il stoppe l’ enseignement de l’ arabe aux petits arabes et africains ???? et aussi l ‘ enseignement de la  » culture  » musulmane à ces petits mécréants musulmans ??????

La première bonne nouvelle est quand même la disparition de belkacem qui a fini de nuire à nos enfants. Pour le reste, je suis un peu partagée pour l’instant (le dédoublement des classes qui ne s’adresse qu’aux populations qui posent problème et lew ruraux toujours laissés dans des classes de 30 à double ou triple niveau). L’interdiction du portable c’est juste de la com cat beaucoup d’établissements demandent déjà aux gamins de les laisser à la vie scolaire avant de rentrer en cours. L’arrêt de l’entrée en fac par tirage au sort est une bonne chose, l’opération « devoirs faits » me… lire la suite

Enfin un ministre de l’EN qui semble aller dans le bon sens ;mais les syndicats vont tout mettre en oeuvre pour le casser,comme ils firent pour Claude Allègre .

Manuel « Questionner le monde » (Nathan) distribué en classes de CE2 (photos)

A votre avis, utiliser le terme migrants plutôt que Barbares ou envahisseurs dans ce livre de cours élémentaire est-ce innocent ? Enlever vos enfants de l’école.

http://www.prechi-precha.fr/manuel-questionner-monde-nathan-distribue-classes-de-ce2/

Julien Sanchez : « Non à l’Enseignement des langues et cultures d’origine » (ELCO) (VIDEO)

extrait : « Mais qui sont ces pseudos enseignants qui pénètrent dans nos écoles en période d’état d’urgence ? », s’interroge l’élu, qui rappelle que le Maroc a été ces derniers mois grand pourvoyeur de terroristes islamistes.
Parallèlement à cette vidéo, la mairie de Beaucaire lance une pétition nationale afin de réclamer la suppression du dispositif ELCO.
PETITION : https://docs.google.com/forms/d/1tbEpYrE6Ivc7rfC_99sJnQss68ldBKgZPfi_8SMi2_I/viewform?edit_requested=true

https://fr.novopress.info/207217/julien-sanchez-non-enseignement-langues-cultures-dorigine-elco/

MERCI à ce ministre digne et aimant son pays! Il y aura sûrement des enseignants disponibles dès qu’ils sauront qu’on les autorise à … enseigner!

Ces mesures (classes a douze) sont bonnes mais ne sont pas applicables partout pour des raisons de locaux et de manque d’enseignants

Ouf, sauvés ! On a évité le tapis de prière dans les cartables de nos chères têtes blondes…

wpDiscuz