Réponse à Christine Tasin : appliquer la laïcité à l’Antiquité romaine me semble un anachronisme

Publié le 9 avril 2012 - par - 542 vues

Un débat fort intéressant a opposé, dans nos colonnes, à travers plusieurs articles, Bat Ye’Or, Pascal Hilout et Christine Tasin. La première nous fait parvenir une nouvelle contribution, pour clarifier encore davantage son propos. Afin que le lecteur ait tous les élements, nous regroupons, ci-dessous, les trois premiers textes concernés.

Eurabia : craintes justifiées et théorie superflue, par Pascal Hilout

http://ripostelaique.com/eurabia-craintes-justifiees-et-theorie-superflue.html 

Débat Eurabia, ma réponse à Pascal Hilout, par Bat Ye’Or

http://ripostelaique.com/debat-eurabia-ma-reponse-a-pascal-hilout.html

Réponse à Bat Ye’Or : les romains ont préféré la laïcité au judaïsme et au christianisme, par Christine Tasin

http://ripostelaique.com/reponse-a-bat-yeor-les-romains-ont-prefere-la-laicite-au-judaisme-et-au-christianisme.html

 

Chère Christine Tasin,

Je vois que vos journaux et nombreux commentaires sur votre site apportent un bouillonnement d’idées enrichissant et salutaire consacré à une actualité urgente. Vous même et vos collaborateurs en analysez d’ailleurs fort bien et avec beaucoup de courage toute la complexité. En conséquence je m’en voudrai de vous retenir par des considérations relevant de l’Antiquité, mais je dois clarifier ma pensée.

Tout d’abord ma référence aux paganismes comprenait ceux d’Asie et d’Afrique dont les cultes avaient été importés à Rome par l’extension de l’Empire romain à ces provinces. Rome, ne l’oublions pas, fut une puissance guerrière implacable qui étendit sa domination du bassin méditerranéen à la Germanie et à l’Angleterre. Elle écrasa dans le sang les rébellions mais accueillie les dieux étrangers. Le culte de l’empereur divinisé fut imposé, non seulement dans la métropole, mais aussi au premier siècle de notre ère, dans une de ses lointaines colonies, la Judée où l’empereur voulu régir la religion. Cette situation provoqua le soulèvement des Judéens (Juifs) dans leur propre pays, non pas à Rome, et conduisit à une répression impitoyable.

L’islam est né à l’apogée du Christianisme, non de ses décombres, et rien ne nous assure qu’il n’aurait pas triomphé de Rome, comme il le fit de l’empire sassanide et des empires asiatiques bouddhiques et hindous.

Pour moi le concept de laïcité résulte d’une évolution particulière des sociétés judéo-chrétiennes et notamment du débat des idées et des politiques du XVIIIe au XXe siècle avec l’Age des Lumières et la révolution française. L’appliquer à l’Antiquité romaine me semble un anachronisme, je parlerai plutôt d’une tolérance opportuniste. La laïcité se place parmi les autres institutions majeures d’une société moderne. Tout en reconnaissant son importance essentielle pour la cohésion sociale et les libertés individuelles, je conclurai par l’analyse de mon ami Ibn Warraq sur les piliers des sociétés occidentales : rationalisme, autocritique, la recherche désintéressée de la vérité, la séparation de l’Église et de l’État, un régime de droit et l’égalité devant la loi, la liberté de conscience et d’expression, les droits de l’homme et la démocratie libérale. On pourrait encore en ajouter d’autres.

Bat Ye’Or

Les commentaires sont fermés.