Réponse à M. Hilout, qui me reproche d’être d’accord avec lui

http://ripostelaique.com/non-m-couteaux-lislam-est-avant-tout-barbarie-et-domination.html

Lisant de près l’article par lequel M. Hilout  commente un de mes récents papiers sur « les limites de la laïcité » paru sur le site du SIEL (dont je me félicite qu’il le consulte !), je ne peux m’empêcher de penser qu’il m’a mal lu -ou pas lu du tout; car il me semble que  l’essentiel de ce qu’il ajoute conforte finalement mon analyse : 

- oui, la laicité est impuissante à résoudre au sein d’une nation les conflits entre les versants civilisationnels des religions, et je ne vois pas que deux civilisations si différentes puissent coexister au sein d’une même nation sur un pied d’égalité. 

- oui, la religion musulmane a le grand tort de confondre civilisation et religion, et même de faire coïncider l’une avec l’autre au point que celle-ci absorbe celle-là -ce pourrait être d’ailleurs une définition du totalitarisme… 

- oui, en effet, la civilisation française ne saurait être définie par la seule chrétienté -serait-ce seulement parce que la Chrétienté est universelle et qu’une nation ne saurait être qu’une part de l’universel. C’est pourquoi je donne à la civilisation française plusieurs origines, mentionnant  au coté de la foi chrétienne l’héritage propre de Rome, celui d’Athènes et celui de Jérusalem, à quoi s’ajoutent l’apport rationaliste, aussi bien que le lointain héritage celte; et de même, je lui donne toujours plusieurs qualificatifs pour rendre compte de la pluralité de ses composantes -j’aime la France en ce qu’elle est devenue au fil de son histoire une admirable synthèse de tant de nobles origines…  

Je signale à M. Hilout, s’il lui arrive de lire avant d’écrire, que j’ai publié en 2003 un ouvrage intitulé « Un Petit Séjour en France » (éd. Bartillat),  dans lequel je souligne les déterminants proprement naturels, c’est à dire géographiques, de notre civilisation; et que j’ai également publié en  2006 un  ouvrage intitulé « Etre et Parler Français » (éd. Perrin) dans lequel je fais de la langue française (et non de la religion!)  le véritable coeur de la civilisation française -nouveau sacré-laïc  né de la Renaissance, qui incorporait les héritages religieux mais aussi le rationalisme, ainsi qu’une esthétique émancipée, et même une conception nouvelle de la pureté, la « pureté de la langue ». Cette émancipation s’informa peu à peu au bénéfice d’un nouveau « sacré laïc » dont les prêtres très laïcs étaient, et sont toujours d’une certaine façon, les bien nommés « Immortels » de l’Académie française -la pureté de la langue garantissant en somme une autre forme d’immortalité. C’est ainsi que le Logos (héritage d’Athènes et dans une certaine mesure de Jérusalem ) finit par surplomber notre vie collective, l’organisant plus ou moins pacifiquement -d’où, sans doute, le bonheur de la polémique comme celle qu’engage contre moi M. Hilout -ou Riposte laïque ?

Pour finir, je voudrais ajouter que toute polémique ne saurait oublier l’un des caractères français : une certaine douceur, laquelle me paraîtrait au moins de mise entre des personnes qui défendent une même cause -dans l’adversité générale, en sorte que, si flèche il doit y avoir, mieux vaudrait la réserver aux adversaires. En un mot, l’acerbe critique de M. Hilout rate d’autant plus sa cible que je partage en tous points les considérants de sa charge… A moins que l’on n’aime la guerre pour la guerre -et comme il faut l’aimer pour la susciter ainsi de toutes pièces, à tort et à travers!-, que l’on charge pour le plaisir de charger, que l’on s’acharne à créer de la polémique pour le plaisir de la polémique (ou celui de l’infini bavardage,qui est un médiocre plaisir), et que l’on trouve plus confortable de s’en prendre à ses alliés par lâcheté ou étourderie, créant confusion et division au mépris même des intérêts de sa cause. Le trait est courant, parmi les résistants aussi, hélas !   

Paul-Marie Coûteaux

président de Souveraineté, Indépendance Et Libertés ( SIEL)

directeur des Cahiers de l’Indépendance


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.