Revue de presse d’Agnès Bonfillon sur RTL jeudi matin aux alentours de 8h20

Publié le 25 mars 2011 - par - 1 838 vues
Share

Voix émue d’outre tombe pour nous expliquer qu’un reportage a été effectué sur un des bateaux essayant de rallier la Tunisie à l’île de Lampedusa.
Voix dégoulinante de compassion, « ils sont là, une majorité d’hommes, ils sont malades (la houle), la promiscuité est terrible, ils ont froid, faim, ils souhaitent un avenir meilleur, et puis lorsqu’ils arrivent au large de Lampedusa la police maritime fait stopper le bateau qui reste pendant des heures à attendre (la voix tremble) Pourquoi ? Ils espéraient enfin arriver à bon port, non, la police maritime les fait attendre, une jeune femme enceinte pleure, même nos collègues journalistes sont émus aux larmes, que vont-ils devenir ? c’est terrible, ils fuient un pays en plein chaos pour chercher une vie meilleure et voila. »

Voila comme vous dites, Mme Agnès Bonfillon, vous manipulez les auditeurs, de la même façon que vos collègues de la télévision qui, eux, préfèrent ne pas montrer les habitants de Lampedusa qui empêchent justement, la police maritime de les laisser passer, parce qu’ils sont en train de se faire envahir par des gens qui ne fuient rien du tout, la Tunisie n’est pas le chaos que vous semblez décrire compte tenu de la suite de votre revue de presse qui était une fois de plus « sales blancs contre pauvres maghrébins ».

Voila la suite :

Voix ironique et cassante (toujours la même Agnès Bonfillon) : « Pendant ce temps là un couple de retraité Français passe ses vacances dans un hôtel 4 étoiles en Tunisie, pour eux la révolution n’existe pas, nous n’avons presque pas été gênés par les événements, juste une journée pendant laquelle nous sommes restés consignés dans notre chambre, mais il fait beau ! c’est paradisiaque ! Tout est rentré dans l’ordre et puis… les prix sont imbattables 13€ la nuit, ils sont obligés de baisser les prix pour que les touristes reviennent, non ! vraiment ça vaut le coup ! ah, au fait, nous avons été ennuyés par des japonais qui étaient rapatriés en Tunisie à cause du tremblement de terre, oh la la, ils sont bruyants, ils ne prennent pas la file d’attente au resto comme tout le monde, oh, ils sont pénibles »

C’est vous qui êtes pénible Mme Bonfillon, vos deux exemples sont aussi caricaturaux l’un que l’autre, et Vincent Parizo : « oh ! c’est incroyable, (sous entendu) : cette inconscience des bons français bien blanc (sales colons) et les pôvres immigrés qui cherchent un refuge et qui sont rejetés (sale Marine, (Le Pen bien sur) sale marine nationale italienne aussi au passage…. !

Mon cher Cyrano, je ne vous apprends rien en vous disant que si les médias continuent comme ça, ce n’est pas 19 % qu’elle fera Marine, c’est bientôt 30 ou 40 %, sans oublier la Sophie Aram qui sévit sur France Inter je crois, et qui a dans sa chronique traité les électeurs du FN de « gros cons » ! Et ça m’étonnerait qu’elle se retrouve ELLE devant la 17e chambre correctionnelle !

Comment est-ce possible que dans une République comme la France, une … une…. allez on va dire journaliste, mais c’est un trop joli mot pour elle (l’est-elle seulement ? Serai curieuse de voir son cv à cette péronelle) , se permette d’insulter les Français qui ne votent pas comme elle voudrait ? Mais jusqu’où iront-ils dans l’abjection à l’encontre des gens qui ne pensent pas comme eux ! Ils ont tellement la haine et la rage de voir que les idées, qu’ils nous imposent depuis 40 ans, sont en train de voler en éclat, et qu’ils peuvent tout dire, tout faire, rien ne changera, qu’ils ne se rendent même pas compte qu’ils font eux-mêmes leur propre malheur car leur propos précipitent dans les bras du FN ceux qui justement hésitaient encore un peu ! C’est terrible de voir ces gens qui se prennent pour des penseurs humanistes se transformer sous nos yeux en fascistes de première catégorie.

Vous savez Agnès Bonfillon et Sophie Aram l’insulte et la désinformation étaient les méthodes employés par Goebbels et Staline.

Mesdames, le Peuple est souverain, ce qui fait, entre autres, la démocratie, ce sont les urnes et devant les urnes ont s’incline et on se tait.

Au moins merci de vous taire Mesdames.

Catherine Dumont

Lire également :
http://www.mediaslibres.com/tribune/post/2011/03/23/Censure-totale-sur-la-deferlante-migratoire-que-subit-Lampedusa

Les commentaires sont fermés.