Rodez : à la troisième sommation, les gendarmes de St Tropez chargent les mères veilleuses

Publié le 11 décembre 2013 - par - 5 362 vues
Share

L’ennemi est dans nos murs, parmi nous et la menace intérieure est telle que le plan Vigipirate vient de passer à l’écarlate.

Les policiers et les gendarmes sont sur les dents. L’Armée a même réquisitionné des retraités en renfort, des militaires ont été rappelés de Centrafrique, et sans doute même la Légion, afin de concentrer toutes les forces sur le territoire national.

Le risque est tel que des gendarmes ont déjà été déployés jusque dans l’Aveyron afin d’éviter tout risque d’embrasement. Il faut au maximum éviter les pertes de civils. La consigne est claire : le sang ne doit pas couler !

Les Ministères de l’Intérieur et de la Défense ont donné des ordres. Messieurs Valls et Le Drian sont en communication permanente, de jour comme de nuit. L’heure est grave…

Ce sont les meilleurs hommes qui ont été dépêchés sur place à Rodez, la crème de la crème, l’élite de l’escadron, afin d’empêcher un terrible massacre toujours possible avec des individus répertoriés comme hautement dangereux. Il semblerait même, de source officieuse, que les célèbres gendarmes de St Tropez aient été envoyés sur place en renfort, avec notamment le Maréchal des Logis-chef Ludovic Cruchot et l’adjudant Gerber.

La raison de cet affolement ministériel ? Une douzaine de mères veilleuses d’une soixantaine d’années pour certaines, postées entre des arbres devant une agence de la Société Générale. Leurs téléphones portables menaceraient les CRS alignés devant elles.

Gendarmes St Tropez et giletsLes ennemis se font face. Malgré l’absence de tranchées, on pressent que le camp d’en face ne lâchera rien. L’intimidation joue à plein. Afin de faire les sommations d’usage avant l’assaut final, l’adjudant Gerber, héroïque jusqu’à l’abnégation, brandit son mégaphone pour être certain que toute l’immense place du quartier puisse l’entendre, à commencer par ses ennemies placées à pas moins de quatre mètres devant lui.

La tension est à son comble. Les valeureux CRS risquent chaque jour leur peau pour la grandeur de la France, et particulièrement à ce moment précis. La France est plus que jamais un grand… un immense pays, et peut être fière de montrer au monde entier de quoi elle est capable. Sur cette place de Rodez, on le sent, c’est tout l’esprit de Napoléon qui rôde. Ce fin stratège peut être rassuré de voir, de là où il est, ces hommes perpétuer la valeur du combat et du courage.

Après deux sommations viriles et un assaut de trois pas d’une efficacité inouïe, les redoutables et dangereuses mères veilleuses sont écrasées, anéanties, vaincues.

Ce soir, c’est tout un peuple qui est fier de ses hommes, rassuré de se savoir si pleinement en sécurité, et c’est toute la France qui se lève face au monde ébahi d’admiration. Notre Grandeur enfin retrouvée !

Merci messieurs pour votre bravoure. Vraiment. Vous avez toutes les raisons d’être satisfaits de vous et de vos actes, grâce, on ne l’oublie pas, à la volonté inébranlable de M. Valls de faire régner l’ordre avec la ténacité et le courage qu’on lui connaît, quel que soit l’ennemi intérieur, cela va sans dire…

Caroline Alamachère

Share

Les commentaires sont fermés.