Saint-Etienne : Exposition Parcours de Harkis et de leurs familles

Publié le 18 avril 2016 - par - 4 commentaires - 927 vues
Share

Harkis1

Le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau (LR), a accepté la tenue de l’exposition de l’ONACVG (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) dans le hall d’entrée de la mairie afin que celle-ci, initialement confinée dans les locaux éloignés de La Maison de l’Armée, puisse être vue par un large public. En 25 panneaux, les visuels s’articulent d’abord autour de l’engagement des soldats d’Algérie, des supplétifs entre 1954 et 1962, et de l’action de la Croix-Rouge française. Vient ensuite l’évocation du départ des harkis (pour ceux qui ont pu partir car 150 000 d’entre-eux ayant été désarmés et abandonnés par la France de De Gaulle seront horriblement massacrés (NDLR) http://justiceharkis.chez.com/MASSACRE.HTML) et leur arrivée dans les camps, hameaux et cités de France (Rivesaltes, Ongles…). Le dernier volet est consacré au « vaincre l’oubli » dans l’hommage et la reconnaissance tardifs. L’un des panneaux relate (trop brièvement) les (scandaleux) Accords d’Evian. Il est assorti de plusieurs fac-similés, dont un extrait des rapports du général Cherasse, commandant la gendarmerie en Algérie.

A signaler que le maire de Saint-Etienne a reconnu dans son allocution que les massacres avaient continué bien après la date du 19 mars 1962, sans trop cependant entrer dans plus de précisions. 54 ans après, le sujet restant explosif et d’actualité. Pour davantage d’Histoire, on se reportera utilement aux conférences de José Castano http://popodoran.canalblog.com/archives/03_que_s_est_il_passe_/index.html  au film documentaire La valise ou le cercueil ainsi qu’aux contributeurs de RL, Manuel Gomez, Antoine Martinez, Danielle Lopez (pardon pour tous ceux que j’oublie).

Reste que cette expo est un événement important eu égard aux prémices, à la chronologie de la guerre d’Algérie, à ses conséquences et à l’inconséquence et la trahison de nos chefs d’Etat depuis.

Evénement d’importance qui  rappelle aussi que cinq catégories de formations supplétives civiles avaient été organisées  pour contribuer à ce que l’on appelait alors le « maintien de l’ordre » pour les « événements »:

– les goumiers des troupes mobiles de police rurale (GMPR), par la suite transformés en GMS, groupes mobiles de sécurité

– les moghaznis (photo des cinq cavaliers avec leurs PM prêts) qui protégeaient les SAS (sections administratives spécialisées)

– les assas, gardiens des unités territoriales

– les GAD, groupes d’autodéfense

– les harkis composant les harkas (mouvement en arabe). Ces harkis sont,  au début , des salariés locaux embauchés à la journée. Ensuite mois par mois. Précision : le mot au pluriel harkis n’a regroupé tous les supplétifs qu’en 1962.

Evénement d’importance enfin qui retrace le destin lié des Pieds-Noirs et des Rapatriés d’Algérie, bien au delà de la seule terre de France.

Harkis2 Harkis3 Harkis4

La presse a boudé l’expo

Cette exposition, dont la date limite va être prolongée jusqu’en mai, a fait l’objet de demandes d’autres départements. Souhaitons que cette fois-ci, elle soit sollicitée par les collectivités locales et les établissements scolaires pour qui elle avait été mise à disposition – sans succès – au grand dam de l’ONACVG. Attirera-t-elle enfin l’engouement de la ministre de l’Education nationale N.Vallaud Belkacem afin de transmettre la réalité des raisons d’une histoire commencée sous Charles X et de 130 ans de progrès en santé et instruction publique, en infrastructures, en administration, constructions, commerce… sans repentance aucune.

Autant de raisons qui font que vraisemblablement cette expo a été occultée par l’ensemble des médias en relais stéphanois, à l’exception de l’hebdomadaire l’ESSOR AFFICHES. Tous  pourtant avaient été invités. Gageons qu’on ne les verra pas davantage le 7 mai prochain en souvenir du même abandon des troupes par la gouvernance aux manettes de la France, au 7 mai 1954 pour Dien Bien Phu. Prélude à une douloureuse rupture entre les autorités civiles et militaires, leurs supplétifs et le peuple dit souverain, soldat engagé ou appelé. Rupture identique avec une certaine justice qui réprime le fait d’aimer, de défendre son pays, de défendre sa peau et celle des siens. A ignorer ainsi l’Histoire, on risque de la revivre.

 

L’inauguration de Parcours de Harkis et de leurs familles en vidéos :

 

https://vimeo.com/161648127

 

https://vimeo.com/161656353

 

https://vimeo.com/161659125

 

https://vimeo.com/161763681

 

+ d’infos sur Saint-Etienne express infos

VIA  CHROME  Firefox  VIVALDI  SAFARI :

http://chassaingjacque0.wix.com/express-infos-st-et

 

Jacques Chassaing

Share

a proposer à l’ éducation nationale obligatoirement, mais avec les porteurs de valises aux assassins du FLN , je doute que l’on y arrive !

enfin les politiques commencent (un peu tard) à parler ou à montrer ce que fut cette période honteuse pour LA FRANCE NOUS ESP2RONS TOUS QUE CETTE EXPOSITION SOIT FAITE DANS D AUTRES VILLES MAIRES OU AUTRES MAIS QUE CETTE PERIODE DE NOTRE HISTOIRE REINVESTISSENT NOS LIVRES D HISTOIRE dont on a supprimés des chapitres pour cacher LES VERITES car pour notre AVENIR Iil faudrait CONNAITRE NOTRE PASSE, si nous l’avions fait avant bien des situations auraient été » évitées signé paule di Malta

Prenons les Paris que cette expo ne sera pas faites dans beaucoup de villes, car elle dérange trop !
Il y a des émissions sur la guerre d’Algérie sur une chaîne satellite « Histoire ou toute l’histoire » (90 ou 91), DES émissions, pas UNE, cela donne l’occasion à ceux qui ne savent pas, car trop jeune ou plus très jeune qui n’ont pas appris comment cela se passait de mettre à jour leurs connaissances.
Hier il y a eu le film RAS qui est passé sur une autre chaîne sat.

Pour avoir aidé au recueil des Harkis en Algérie, j’atteste que les persécutions duraient encore en 1963, un an après l’Indépendance !

wpDiscuz