Sayyed Qotb, idéologue des Frères Musulmans et du jihad mondial

Publié le 25 novembre 2013 - par - 2 035 vues

La Confrérie des Frères musulmans est une organisation radicale, opportuniste et  fasciste, fondée en 1928 en Égypte par Hasan el-Banna (1906-1949). Actuellement, elle possède des ramifications dans tous les pays occidentaux.

LOGO FRERES MUSULMANS 13-03-2013                       

Le logo des Frères Musulmans est symbolisé par le Coran, deux glaives

 et le premier mot du verset coranique al-Anfâl (Le butin 8-60) :

 « Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force »

Le vert est la couleur de l’islam 

Deux idéologues ont façonné les Frères Musulmans : Hasan el-Banna,  le fondateur et l’instigateur du Manifeste en 50 points de 1936, qui vise à instaurer une théocratie dictatoriale et mondiale, et Sayyed Qotb (1906-1966), le théoricien. Le premier prône un processus d’intégration à la société pour la réformer selon la doxa islamique alors que Sayyed Qotb lance un projet de rejet de la société musulmane actuelle en refusant tous les concepts comme le nationalisme et le patriotisme,  les considérant même comme des polythéismes (1) : le polythéisme (الشٍرك) de la terre, le polythéisme de la nationalité et le polythéisme du peuple. Pour lui, « pas d’autre nationalité pour le musulman que sa foi ». Le musulman ne peut fusionner son appartenance à une patrie et son appartenance à sa religion. Pour Qotb, la société d’aujourd’hui est une société préislamique (jâhiliyya) et c’est sa transformation radicale qu’il préconise, son renversement en quelque sorte. Il lance la bataille contre les dirigeants et contre le peuple aux moyens des interdits, de la surveillance et de la punition. Il classe les pays en « maison de l’islam (دار الإسلام ) et maison de guerre (دار الحرب), maison des mécréants » qu’il faut combattre. Qotb lance ainsi le jihad offensif qu’il considère comme légitime, comme un signe de rigueur de l’islam. « L’islam ne peut exister sans le jihad ».

LOGO AL-QAEDA

Le logo d’al-Qaeda : en signe de modernité, les kalachnikovs

 ont remplacé les deux glaives du logo des Frères Musulmans

et, en trame de fond, le vert de l’islam est devenu le vert du  globe terrestre

Les écrits de Qotb ont inspiré en Iran les Fida’yyine de l’islam (les commandos de l’islam), fondés par Navvab Safavi, précurseurs de la révolution iranienne de Khomeiny. Ils ont inspiré surtout al-Qaeda. On trouve là le lien direct entre les Frères Musulmans d’une part et al-Qaeda et tous les groupes terroristes d’autre part. S’ils différent sur la stratégie, Frères Musulmans et al-Qaeda ont un but commun : islamiser le monde et appliquer la charia sur toute la planète et par tous les moyens.  

Qotb considère la religion musulmane comme un système de vie pour tous. Le peuple s’est éloigné de la religion et de la piété et il faut absolument le ramener dans le bercail de la religion, car la religion est une civilisation accomplie. Et c’est ainsi que Qotb retrouve le fondateur al-Banna pour appeler à la réinstauration d’un califat, tel qu’il fut sous l’empire ottoman mais à vocation universelle. 

Cette idéologie offensive, bien décrite dans le livre de Qotb « Signes de piste », a été adoptée par les Frères Musulmans en 1965. Elle s’est transformée en « constitution » pour les adeptes de ce mouvement islamo-fasciste qui considère la violence comme un moyen du changement. « L’islam n’est pas simplement une idéologie, il vise en premier lieu à écarter les régimes et les gouvernements fondés sur une gouvernance des humains par les humains ». 

Cet appel à la violence et au renversement des régimes en place a valu à Qotb d’être incarcéré en Égypte  par Nasser, condamné à mort puis pendu en 1966.

Signes de piste a été publié en 1973 mais une première édition avait été diffusée en nombre limité. Cet ouvrage tiré d’un précédent livre Sous l’ombre du Coran. Signes de piste, qu’on pourrait traduire plus explicitement par « Jalons sur la voie d’Allah », est le livre le plus controversé de Qotb.

Nous allons vous donner un aperçu de ce livre. Il comporte 202 pages, 13 chapitres. Sa redondance le rend indigeste à la lecture. Nous pouvons le considérer comme le plan de combat de la Confrérie des Frères Musulmans pour conquérir le monde et instaurer le règne d’Allah sur terre par le califat et la charia, la loi divine.

SIGNES DE PISTE - QOTB

Signes de piste (éd. Dâr el-Shourouk, 2000, Beyrouth)

Vendu sous le manteau par une librairie à Belleville (Paris) à 3€90

L’introduction laisse déjà entrevoir le programme de Qotb : « L’humanité est au bord du précipice, non pas en raison de la menace de destruction qui lui pend au cou … (mais ceci est le symptôme de la maladie et non la maladie elle-même) mais à cause de sa faillite dans l’univers des « valeurs » […].Cela est très clair dans le monde occidental qui n’a plus rien à offrir comme « valeur » à l’humanité et qui n’a plus rien pour convaincre sa propre conscience qu’il mérite encore l’existence, alors que la démocratie est finie et que dans une quasi faillite, elle a emprunté progressivement au camp des pays de l’Est et en particulier ses organisations économiques sous le nom de socialisme ». Qotb doit penser aussi au socialisme arabe instauré par Nasser.

Pour Qotb, le système occidental a terminé son rôle : les nations, les patries, ainsi que d’autres regroupements régionaux n’ont plus de crédibilité : « Et voici  qu’apparaît le tour de la Oumma musulmane pour réaliser ce qu’Allah a voulu pour elle : « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah [ … ] (Âl ‘Imrân, 111) ». Il faut ramener à l’existence « cette Oumma » afin que l’islam exerce son rôle prévu pour conduire l’humanité encore une fois ».

Et il poursuit : « Le monde vit dans « l’ignorance » (la jahiliyya, période préislamique) car il agresse la domination d’Allah sur terre et surtout sur le plus important attribut du divin : la gouvernance ».

Pour réaliser cette « renaissance islamique », « il faut s’inspirer de la source primitive de la croyance qu’est le Coran, pour créer une nouvelle et unique  génération. [ …] Quand l’individu entre dans l’islam, il s’arrache à l’environnement et au polythéisme pour se tourner vers la foi monothéiste, il offre à cette société et à cette autorité toute allégeance, toute obéissance et toute subordination. ». Pour les Frères Musulmans, il n’existe aucune soumission possible à l’Etat-nation, aucune allégeance possible à un gouvernement, même élu démocratiquement. Par conséquent, ils récusent l’intégration à la République et à ses lois. Un musulman ne se soumet jamais à une loi humaine  L’Occident abrite donc sur son sol un mouvement politico-religieux ennemi qui remet fondamentalement en question ses institutions.

Qotb réitère le credo coranique en ces termes : « La divinité signifie la gouvernance suprême […], il faut arracher l’autorité et la livrer totalement au seul Allah. On nous a appris que clamer « Il n’y a de Dieu qu’Allah » est une révolte sur le sultan terrestre ».

Dans son livre, Qotb lance la révolution absolue contre toutes les lois instaurées par l’homme : « C’est une révolution complète sur la gouvernance humaine sous toutes ses formes […], c’est une insurrection totale contre toutes situations sur terre […], c’est la destruction du royaume des hommes pour instaurer le royaume d’Allah sur terre ».

En somme la mission des Frères Musulmans est mondiale et sur « toute la terre ». Qotb insiste : « L’islam est un appel général pour libérer l’homme de l’esclavage. Quand il y a des obstacles, il faut les éliminer par la force ». Preuves à l’appui, Qotb cite les deux versets coraniques : « Combattez dans le sentier d’Allah ceux qui vous combattent (al-Baqara, la vache, 190) » et « Combattez les associateurs (1) sans exception, comme ils vous combattent sans exception (al-Tawba, le repentir, 36). »

Comment Qotb compte-t-il instaurer une « gouvernance divine », une théocratie,sans avoir recours aux intermédiaires que sont les religieux et à leur tête, un calife ? Qotb reste silencieux sur la façon dont Allah va gouverner la terre … Il faudra bien passer par les humains …

Nous devons nous souvenir qu’Hitler avait rédigé Mein Kampf et avait annoncé le sort qu’il comptait réserver aux juifs. Les dirigeants de l’époque ne l’avaient pas pris au sérieux et nous avons subi l’apocalypse de l’holocauste et de la Seconde Guerre mondiale.

Sur nos sols prospère une association à multiples tentacules et à vocation mondialiste. Elle annonce qu’elle vise à détruire la civilisation occidentale démocratique et laïque. Elle avance ses pions et son agenda avec la complicité de nos dirigeants et tout le monde fait semblant de ne rien voir, de ne rien entendre, de ne rien sentir de cette stratégie hégémonique et démoniaque.

Le peuple égyptien vient de se révolter avec courage contre le régime des Frères Musulmans. La Confrérie des Frères Musulmans est maintenant interdite sur le sol égyptien (الجماعة المحظورة). Mais elle reste vaillante dans le monde au travers de ses ramifications très centralisées où le nom de Frères Musulmans est toujours occulté. Dissimulation oblige. Grâce à l’incrédulité, à l’aveuglement, à la complicité de tous, elle avance.

En France, l’UOIF et ses satellites poursuivent ainsi leur action de destruction de la France. Les patriotes se dressent contre eux mais ils sont freinés par la bien-pensance des politiques et des médias.

Les arabisants ont un grand avantage : ils peuvent aller à la source et fouiner dans les textes dits sacrés du fondamentalisme islamique. Ils lancent des cris d’alarme. En vain ? Les lâches et les trouillards ne réagissent pas. C’est de leurs propres mains qu’ils détruisent leur propre maison. Un jour, ils devront répondre de leur trahison devant un tribunal, comme à Nuremberg. Hélas, sans un sursaut, nous ne serons pas en mesure de tenir parole car nous ne serons pas vainqueurs. Seule une alliance internationale permettra de combattre ce projet, déjà en route, de fascisme mondial.      

Bernard Dick

(1) Les « associateurs » ou « associants » sont, pour les musulmans, des polythéistes, donc des impies. Les chrétiens sont considérés comme des associants car  la Trinité dans le christianisme (Dieu est unique mais en trois personnes, Père, Fils et Esprit) n’est pas admise par l’islam qui croit en une unité divine absolue.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.