Schengen : Merkel donne raison à Marine, et fait passer Hollande et Valls pour des billes

Publié le 13 septembre 2015 - par - 156 commentaires - 121 585 vues

angelamerkelL’arrogance allemande ne connaît plus de limites. Après avoir mis une pagaille monstre dans toute l’Europe, en se disant prête à accueillir 800.000 migrants, puis en voulant les choisir, et en exigeant que l’ensemble des pays européens prennent ceux dont ils ne voulaient pas, Angela Merkel annonce, unilatéralement, sa volonté de mettre fin partiellement à Schengen, et de rétablir les contrôles à la frontière autrichienne. Autrement dit, parce que les Landers ne peuvent faire face à l’afflux de clandestins que la chancelière appelle de ses vœux, les Allemands décident et se permettent, seuls, parce que cela les arrange, de mettre fin à des règles qui étaient considérées comme l’ADN de l’Union européenne.
Comme d’habitude, Hollande passe pour une bille. Bien évidemment, Cazeneuve, qui n’a toujours pas tout compris, annonce qu’il faut respecter les accords de Schengen à la lettre. Cet idiot avait une occasion en or de rétablir nos frontières, notamment avec l’Allemagne, et de protéger ainsi la France de l’afflux qui arrive de l’Est. Non seulement il ne saute pas sur l’occasion, mais il montre que pour la France, c’est quotidiennement « Journée portes ouvertes ».

Rappelons qu’il y a trois jours, Marine Le Pen réclamait l’abrogation de Schengen.

Rappelons la réponse très arrogante de Manuel Valls, quand un député UMP envisageait de sortir de Schengen. Il se faisait vertement tancer, se voyant rappeler à six reprises qu’il fallait être sérieux !

Cela va, Manu, pas trop mal aux hémorroïdes ?

Paul Le Poulpe

156 réponses à “Schengen : Merkel donne raison à Marine, et fait passer Hollande et Valls pour des billes”

  1. bob dit :

    N’oubliez pas que Valls est une girouette. Avant ce type etait catholique par son pere, ensuite pro-palestinien par conviction puis juif par sa femme. Ce gars est tombe de sa poussette quand il etait bebe. Demain, il sera marabou dans une confrerie africaine.
    Ce qu’il a dit aujourd’hui ne sera plus vrai demain.

  2. honneuretgloire dit :

    SI LE FN EST LA SOLUTION POSSIBLE POUR LES PROCHAINES ELECTIONS, C’EST GRACE A L’ UMPS QUI RÉGISSENT LE PAYS COMME DES VRAIS PLOUCS IRRESPONSSABLES ET NUISIBLES.

  3. dupuis dit :

    Face à la montée en puissance du Front national, Républicains et socialistes tergiversent quant à la stratégie à adopter.

    Chaque semaine, un nouveau sondage annonce la probable percée du FN aux élections régionales, en décembre prochain. Dimanche, le sondage Ifop pour le JDD créditait la liste de Wallerand de Saint-Just pour le FN de 18 %, quand il recueillait 17,4 % des voix en 2014, aux élections européennes, et de 21 % au second tour. Une troisième position derrière Valérie Pécresse (Les Républicains) et Claude Bartolone (PS) certes, mais une possible position d’arbitre. Il y a huit jours, c’était Marine Le Pen qui était donnée gagnante dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie face à Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon quand précédemment sa nièce Marion Maréchal Le Pen était elle aussi créditée du plus grand nombre d’intentions de vote face à son principal rival, Christian Estrosi (Les Républicains) en Paca.

    Manifestement la crise au sein du Front national ne semble donc pas avoir eu beaucoup d’impact, ou sinon à la marge. «Le FN, premier parti de France c’est très mobilisateur. Plus vous apparaissez gagnant dans les sondages, plus vous mobilisez», commente un haut responsable du parti. «Ce serait moins vrai si nous avions gouverné mais ça l’est pour nous car nos militants veulent vraiment arriver au pouvoir. Dès lors, les bons sondages sont très mobilisateurs». De quoi gêner les adversaires du FN…

    « Ça va être très intéressant de voir comment l’UMP (les Républicains) et le PS réagissent si le FN arrive en tête »
    Un élu frontiste

    Comment réagir? La question du Front républicain refait débat au sein du PS: si Anne Hidalgo et Manuel Valls se sont prononcés pour, Jean-Christophe Cambadélis se dit désormais hostile, persuadé qu’au final les voix de gauche seront suffisantes pour l’emporter. «Ça va être très intéressant de voir comment l’UMP (les Républicains) et le PS réagissent si le FN arrive en tête», tranche un élu frontiste en évoquant «que des mauvais choix à faire» pour leurs concurrents.

    Premier scénario envisagé au FN, les listes des Républicains et du Parti socialiste, «se maintiennent, donc on gagne», ajoute un soutien de Marine Le Pen. Deuxièmement, «ils fusionnent, c’est la démonstration de l’UMPS et ce sera négatif pour eux à la présidentielle». Enfin, «ils échangent des régions. Par exemple, ils promettent un désistement dans le Nord au profit d’un retrait dans le Sud. C’est aussi ravageur que l’UMPS. Les électeurs ne le pardonneraient pas». Des scénarios démentis par les concurrents du FN. Dimanche, venu soutenir Valérie Pécresse, Nicolas Sarkozy le répétait à la tribune: «Jamais nous n’accepterons un accord avec le FN. Je veux que ce soit dit avant».