Si vous critiquez Philippot, alors déclarez la guerre à l’islam et prônez la guerre civile !

Je suis un lecteur assidu de Riposte Laïque depuis de nombreux mois maintenant et je dois reconnaitre que ce site revêt un intérêt indéniable pour quiconque veut réellement prendre conscience de la pleine mesure de l’islamisation de la France, combinée à la capitulation de nos élites politiques, médiatiques et même religieuses face à ce phénomène destructeur et sans précédent dans l’histoire de notre grand pays.

Toutefois, malgré de longs mois de présence sur ce site, je n’avais jusqu’à présent pas ressenti la nécessité de partager mes expériences d’islamisation de la France car dans un premier temps je trouve que le site en est déjà assez fourni, mais surtout, il me semblait que cette phase de constatation aurait dû être dépassée depuis longtemps déjà face à une réalité qui s’impose à tous pour laisser place à un projet national articulé autour d’une riposte ferme et massive des patriotes pour préserver ce qui peut encore l’être de la France.

Dans ce sens, l’interview de Florian Phillipot, directeur stratégique du principal parti d’opposition, au magazine Causeur semble esquisser une ébauche de réponse à la vision qu’il se fait de la France de demain si le FN venait à accéder au pouvoir : une France intransigeante sur ses valeurs, dans laquelle cohabiteraient musulmans et non musulmans dans le respect des lois de la République. Si on occulte le fait qu’il dissocie naïvement islam et islamisme, je dois dire que cette idée m’aurait séduit il y a de cela 30 ans peut-être, quand la démographie musulmane ne disposait pas d’un poids aussi important en France, certains parlent du chiffre ahurissant de 15 millions de musulmans aujourd’hui ; sans parler du fait que ces « anciens musulmans » n’étaient pas traversés par ce courant identitaire islamique qui souffle ces derniers temps au sein de l’oumma.

Les billets en réaction de cet entretien n’ont pas manqué de susciter une certaine perplexité en moi. Je m’explique. Il a été reproché à Florian Phillipot de caresser les musulmans dans le sens du poil, de les flatter, d’être inconscient face à la réalité de l’islam, voire d’être un énarque pour les plus zélés comme pour pointer une incapacité intrinsèque de ces purs produits de la méritocratie française à s’approprier charnellement des « réalités » du français moyen. Alors à tous ceux-là, loin des slogans criés le poing levé un soir de pleine lune en hurlant « islam dehors », « les musulmans dehors », je m’interroge : Quel projet de société CONCRET et REALISTE avez-vous à proposer à la place de celui de F.P ? Cette modalisation du discours sur la réalité de l’islam que beaucoup décrient chez F.P n’est-elle pas la même que l’on retrouve chez Christine Tasin, pour laquelle j’ai le plus grand respect, lorsqu’elle organise une manifestation avec pour mot d’ordre « Non au fascisme islamique » plutôt que « Non à l’islam » ? Mr Philipot est un responsable politique de premier rang, et en tant que tel, il se doit de tenir ce fameux discours « républicain » devenu gage de bonne « fréquentabilité ». Que dirait-on si ce dernier évoquait l’interdiction de l’islam en France et le choix pour les musulmans français entre l’apostasie et un éventuel retour dans leur pays d’origine, alors que, n’en déplaise à beaucoup ici, moi le premier, il est question ici de français « comvouzémoi » ? Sachant qu’un certain nombre de textes extraits du coran ou des hadiths seraient mis en avant pour justifier cette interdiction, après avoir lu le livre Qui est Dieu ? de Jean Soler, dans lequel il démontre notamment l’existence d’une idéologie suprémaciste dans le Talmud, la volonté de domination d’un peuple élu sur le reste du monde guidé par un dieu vengeur, sera-t-on aussi appelé à exiger la fin du judaïsme en France ? Tout cela est ridicule à mon sens. A moins que l’on accorde aux juifs une faculté fondamentale ce que l’on nie aux les musulmans, celle d’avoir assez d’intelligence pour se désolidariser INDIVIDUELLEMENT, et non dans la rue accompagnés de leurs coreligionnaires comme l’exigent certains ici, d’un certain nombre de textes et principes de leur livre sacré respectif afin de vivre avec le reste de la société.

Alors si on trouve Florian Philippot beaucoup trop consensuel, ce qui est mon cas, jouons cartes sur table, soyons francs ! Déclarons la guerre frontalement à l’islam sans user de précautions sémantiques et acceptons que dès lors nous engageons à combattre idéologiquement, voire physiquement, des millions de musulmans en France. Personnellement, j’ai toujours pensé qu’au vu de l’état actuel des choses, seule une guerre civile, une Reconquista en quelque sorte, serait à même de nous sortir du bourbier dans lequel nous sommes empêtrés. Je sais également que nombre de patriotes ayant réellement conscience de l’état avancé d’islamisation de notre pays savent parfaitement que la solution à cela ne passera pas par les urnes, on ne peut élire un politique dans l’espoir qu’il engage une guerre civile contre une partie de la population, soyons sérieux, c’est complètement absurde ! Il revient aux français patriotes de s’organiser en prévision de ce qui ne tardera pas d’arriver en France et ailleurs en Europe : une guerre contre l’islam ! La guerre a déjà débuté de façon sournoise dans nombre de « quartiers populaires » où il ne fait pas bon d’être souchien, elle sera officiellement déclarée lorsque les « veaux » arrêteront de voter massivement UPMS et refuseront de baisser la tête devant l’occupant. Aussi, à Christine Tasin et aux autres, je demande solennellement de jouer cartes sur table en précisant l’orientation de leur combat pour la France de demain loin des poncifs éculés!

Roland Lasch


Ce contenu a été publié dans POINT DE VUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.