Socialisme et Islam unis pour briser les esprits libres

Notre gauche bobo-bonobo s’est engagée dans un processus de déconstruction de toutes les identités possibles.

Elle ne se cache pas, attaquant de ci, de-là, démontant le Code Civil, préparant le droit de vote aux étrangers. Ses lois tentent surtout de maintenir la ‘clique’  insane au pouvoir. Finalement, le verrouillage  des médias de complaisance, assassine la liberté d’expression, à coup de diffamation, de vulgarité et de procès d’intention.

Les prétextes du  racisme, et de l’ homophobie sont devenus leurs fers de lance. Capables de faire bien des dégâts dans la tête de l’honnête français moyen, parfois privé des éléments de réflexion contradictoires, indispensables à un débat démocratique.

La destruction de l’identité des individus sera entérinée par un Code Civil qui réduira hommes et femmes, pères et mères, à la vacuité terrée derrière le terme de « personne », qui vient du latin personna. Si, aujourd’hui, personna a évolué vers la notion ‘d’individu’, le sens premier du mot se réduit à : ‘masque, personnage de théâtre’.

Doit-on en conclure que le socialisme veut créer une nouvelle race, qui derrière la ‘personne’ indifférenciée, asexuée, dégenrée  – à moins qu’on entende…dégénérée -, sans oublier la lobotomie causée par le virus du ‘politiquement correct’, laisserait juste à l’être la possibilité  de créer un espace d’ intimité dans un recoin de sa ‘personne’ ? Pas si sur.

La gauche veut créer une société où la personne n’est plus qu’un artefact, apeuré par le moindre souffle d’air ou une petite parole rugueuse. Pour survivre, il faut l’emmailloter dans un arsenal de lois liberticides,  le perfuser au jus de  contre-valeurs, avant de le ‘finir’ momifié par les remugles du totalitarisme.

Soyons conscients que cette société-là n’aura  plus besoin d’un être pétri de rêves et d’espoir, derrière le masque de la personna. Un être sachant d’où il vient, pour imaginer où il va. L’être a vécu, vive la ‘personne’.

La gauche, dernier bubon marxiste, procrée un être plat, réduit à deux dimensions :

- celle de la consommation : pour maintenir, en dépit du masque socialiste, un système capitaliste (agréable aux nantis bobos), car le socialisme s’est lancé dans des flirts impudiques avec la finance mondiale. L’Europe en est témoin, où, malgré la forte présence socialiste, la finance fait la loi !

- celle de la régurgitation  soumise de bouillies idéologiques servies par le système : dés qu’il entre dans le système éducatif, et peut recevoir le gavage des médias.

Qu’en déduire ?

Cette volonté de créer aux forceps  une société parfaite, fondée sur le contrôle de la pensée et de l’identité, en croissance  désormais exponentielle, incarne la volonté d’ériger un ordre nouveau !

Quelle que soit sa couleur : brune, rouge, verte, cette volonté est le ferment de toutes les dictatures. On a donné !  Mais Hitler, Staline, etc,  y retrouveraient leurs petits !

Cette entité qu’ils font émerger à la jonction floue de gamètes et d’idéologies serait (je n’ose dire par excellence !) le citoyen idéal, votant sans avoir besoin d’utiliser un  cerveau réduit à des opérations basiques, se bornant à rabâcher des préjugés! Cela suffit  au projet de société multiculturelle inventée par ceux qui rêvent un totalitarisme avançant sous sa peau de mouton ! Le processus est discret au départ, comme l’étaient les prémices des régimes qui haïssent la liberté.

Les premiers marxistes étaient certainement sincères : leurs suiveurs engloutirent des peuples dans le goulag. Les allemands de 1920 courant derrière les nazis, n’imaginaient pas qu’ils brûleraient des innocents dans des fours crématoires. On agite la tolérance et la paix,  puis on coupe les mains et on lapide.

Si l’on commence à détruire les identités, en portant conjointement atteinte aux libertés, dont la liberté d’expression, personne n’aimera ce qu’il y a au bout du chemin. L’épuration des livres d’histoire  signe la dictature en marche.

Donc, cette personne, croyant qu’elle peut tout se permettre (alors qu’elle perd juste ses  droits réels), suffit à faire le lit d’un système totalitaire. Elle constituera le gros des masses que la nomenklatura dominera à plaisir.

Il est temps que Le Peuple, ce peuple qui « leur » fait hausser un sourcil méprisant quand « ils »  s’abaissent à l’évoquer, se demande, avant qu’il ne soit trop tard, si notre civilisation, notre identité nationale méritent de finir dissoutes. Anéanties par des éléphants décatis, des pseudos féministes, et de petits marquis agressifs, dont les idées sont  d’autant plus courtes que leurs narines sont cocaïnées. Sans oublier l’armée des médiocres opportunistes, qui trouvent toujours leur place dans les systèmes totalitaires, et en constituent même le rouage essentiel.

Ces personnes brillant surtout par leur veulerie, ont la particularité de s’auto congratuler avec la servile complicité de médias incultes, pratiquant l’encensement du groupe et de sa pensée unique à longueur d’antennes!

Un indice de cette  perversion globale et dégénérative de la gauche, dans sa volonté de détruire ce qui construit les identités, se voit dans ses liens avec l’Islam. Accointances dont l’Islam tirera plus de bénéfice que les ahuris satisfaits d’eux-mêmes qui nous gouvernent.

Chaque jour  accroît la poussée de cette idéologie religieuse archaïque, dont un des signes  criants est l’apparition de sacs,  déambulants sur nos sentiers républicains, dont  on présume qu’ils recouvrent des femmes. Mais pourraient sans problème recouvrir des terroristes,…au cas où ?

Ces sacs laissent parfois échapper une poussée d’adrénaline envers la police, mais ce n’est qu’un exutoire contre le système religieux qu’elles n’osent affronter. Il n’y a ici qu’une constatation, et aucune critique, car elles ont le droit d’avoir peur, étant donné la sauvagerie dont les plus durs sont capables.

Le niqab est la négation de l’être féminin. Car la femme cloîtrée derrière son voile, perd définitivement la maîtrise de son identité et de sa volonté  individuelle. Ce qui est le dernier souci des mâles frustrés  contrôlant ce système concentrationnaire où l’esprit se perd entre crainte et soumission.

Il ne sert qu’à ‘protéger’ un vagin, en attente du prochain labourage, et de la prochaine grossesse (mâle souhaité), et les mains qui feront le ménage. La religion devient ainsi l’arme d’un crime presque parfait contre l’identité des femmes.

Plus globalement, dans l’Islam on  demande à l’individu de se fondre dans la Oumma avec une totale soumission aux  lois ineptes et parfois inhumaines de la Charia, et aux archaïsmes issues d’une histoire et d’une civilisation ayant certes le droit à l’existence, mais qui ne sont pas les nôtres. Derrière les apparences religieuses, cela ressemble au totalitarisme rampant incarné par la gauche.

Les exemples de cette démarche négationniste de l’identité des êtres et des nations deviennent si nombreux, qu’on ne peut les développer ici, mais il suffit d’ouvrir un livre d’histoire pour comprendre l’étendue du désastre. On nie l’individu, l’Histoire, la patrie, la nation, l’autre.

Ainsi un être privé de référence identitaire, sans racines, se réfugiera vers n’importe quel ersatz, qu’une prétendue main secourable lui tendra.

En échange, on lui propose une société ‘multiculturelle’, prête à l’emploi. Le mot sonne bien, le contenu est inexistant. Encore une pâtée où l’on mixe les restes destinés aux ignorants, contents d’être enfin reconnus pour tels, et qui n’auront aucun effort à fournir pour accéder à la vraie Culture.

Des lors, nos banlieues en faillite éducative,  sont un terrain propice pour les conversions. Ne sachant plus rien, ou si peu, comment veut-on que des jeunes s’interrogent intellectuellement, suite à l’essorage de cerveau mené dans les règles de l’art ?

Le socialisme et l’Islam sont alors prêts pour cette union contre nature qu’ils s’apprêtent à consommer sans modération. Forcément ! Il y a plus de convergences que d’oppositions entre ces minorités qui se croient investies du pouvoir de savoir ce qui est bon pour autrui.

Les tenants du socialisme boboïste oublient juste que dans ce genre d’union, il y a toujours un cornard, et ici, le cocu risque de ne pas rester content très longtemps.

Au contraire, la Démocratie ne peut grandir et avancer que dans la constante recherche d’équilibres fondés sur l’écoute des contradictions, fruits d’ individus responsables de leurs réflexions. En un mot, des esprits LIBRES !

La gauche et l’Islam se retrouvent unis contre la liberté d’expression, et pour la dissolution des identités, noyant le citoyen avec  l’illusion d’un l’égalitarisme bienfaisant, à petits pas, à petites lois dont on nous assure qu’elles nous font avancer… Sachons surtout vers quelle dictature.

Beaucoup de tenants de l’Islam et du Socialisme croient sincèrement à leurs idéologies, mais cela confirme combien l’enfer est  toujours pavé de bonnes intentions.

La dépendance des jeunes au cannabis, mollement combattue par la gauche  – bien des filières sont gérées par des musulmans au Maroc, au Proche Orient, Afghanistan - ,  est aussi un moyen de détruire l’identité des êtres. Des générations de drogués n’auront pas la force ou la lucidité pour se rebeller contre le système. Droguons, avilissons, gommons, enfumons, diffamons…. il en restera quelque chose ; cette profession de foi est au cœur du processus de destruction des identités ! Et pour cela, les socialistes finiront eux-mêmes comme les bourricots de l’Islam !

Au contraire,  la liberté d’expression est le cœur de la  vraie Démocratie. Ne laissons pas ce cœur cesser de battre, car c’est un noble cœur : il a permis l’abolition de l’esclavage, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et le droit de vote aux femmes. Il fera encore avancer la Démocratie et coexister pacifiquement des idées, des hommes imaginant un avenir meilleur. C’est pourquoi le socialisme comme l’Islam font tout pour museler la libre parole.

Quant à ceux dont la morgue touche à l’indécence, qu’ils ne diffament pas les libres esprits qui ont l’amour de leur civilisation ; qu’ils s’abstiennent d’assimiler l’identité française au fascisme, car ça, c’est un crime contre l’esprit.

Qu’ils gardent leurs lois et leurs sermons prétendant juger de ce qui est juste, mais réduit au seul critère de leur amoralité normative. Et même si les socialistes avancent sous couvert de libéralisation des mœurs, en se gargarisant de la liberté qu’ils dénient à tous ceux qui les contredisent, ce chemin apparemment humaniste, si platement multiculturel,  nous conduit directement vers la dictature !

Pour terminer sur un registre différent, des éléments, confirment l’identité  réelle entre Islam et Socialisme, et le fait indéniable que les mêmes causes produisent les mêmes effets:

- L’imam Yusuf al-Qaradawi,  vient de dire récemment :

« Si les Musulmans avaient été libérés du châtiment pour apostasie, l’Islam n’existerait plus …. »

- Dans la défunte Union des Républiques Socialistes Soviétiques, une blague courait sous le manteau :

Brejnev, convoitant une danseuse du Bolchoï, lui demande : « qu’est-ce qui te ferait plaisir ? »

La danseuse, timidement : « Pourriez-vous ouvrir les frontières ? »

Brejnev éclate de rire, lui pince la fesse, et répond : « Petite friponne, alors tu as vraiment envie que nous restions seuls tous les deux… »

A bon électeur, salut

Lucie Clavijo


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans CETTE GÔCHE N'EST PLUS LA GAUCHE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.