Solidarité avec Gilbert Collard, victime de la censure des députés islamo-collabos

Publié le 27 septembre 2017 - par - 171 commentaires
Share


Ils ont osé lever l’immunité parlementaire de Gilbert Collard. Qui sont ces « ils » ? Les 22 membres du bureau de l’Assemblée nationale (à l’exception de Clémentine Autain) plus haute instance de l’Hemicycle.

Pour ceux qui sont intéressés, voici le nom des 21 maîtres-censeurs : de Rugy, Bireau-Bonnard, Renson, Brulebois, Houlié, Waserman, Motin, Bachelier, Rossi, Solère, Adam, Ali, Carnouvas, Causse, Do, Dumont, Guevenoux, Lemeur, Mette, Serville, Vuilletet. Bravo, Messieurs, bravo mesdames, Voltaire doit être fier de vous !

http://www2.assemblee-nationale.fr/15/le-bureau-de-l-assemblee-nationale

Le prétexte donné par les sympathiques collègues du député de l’Hérault ? Il avait osé poster sur twitter une photo des victimes des attentats de l’Etat islamique. Dans le cerveau reptilien de nombre de juges ou de policiers, cela s’appelle « l’apologie du terrorisme », rien de moins. Et comme Gilbert Collard, s’appuyant sur son statut de député, refusait de se rendre aux convocations des vaillants juges, payés pour rendre la justice au nom du peuple français, ses collègues ont donc décidé de lever cette immunité, et ainsi, espèrent-ils, de l’obliger à répondre aux convocations des magistrats.

Cette décision est scandaleuse, et crapuleuse, pour plusieurs raisons. Elle s’inscrit d’abord dans l’objectif d’imposer la charia dans notre pays, et d’interdire ainsi toute critique, par l’image ou le texte, de l’islam, et des crimes commis en son nom.

Elle cible un député du seul parti patriote qui siège au Parlement.

On se souvient que Marine Le Pen, au Parlement européen, avait subi le même sort. On n’a pas oublié que le Qatar a osé déposer plainte contre Florian Philippot, qui avait juste évoqué le rôle de cet Etat dans le terrorisme international. Christiane Taubira avait transmis la levée au Parlement européen, et deux avocats, un PS et un LR, défendaient l’Etat qatari.

Dans le même registre, Riposte Laïque a subi une plainte de l’ineffable Cazeneuve, pour avoir montré la tête du malheureux Hervé Cornara, décapité par Yassin Salhi, son salarié musulman.

L’objectif de toutes ces plaintes est fort simple : protéger l’islam de l’image des crimes de ses assassins, et traduire ceux qui veulent en montrer l’horreur devant les tribunaux.

La logique de cette ligne politique d’islamo-collabos n’a aucune cohérence juridique, à moins d’aller jusqu’au bout.

On suppose donc que ceux qui montreront des hommes décapités sous la Révolution française seront traînés devant les tribunaux pour apologie de la décapitation ?

Fin tragique de Louis XVI, roi de France de la dynastie des Bourbons (1754-1793), estampe du 18e siecle, representant son execution a la guillotine place de la Revolution (aujourd’hui place de la Concorde) a Paris, le 21 janvier 1793 (gravure conservee au musee Carnavalet) — Tragic end of Louis XVI, king of France, engraving dating of the 18th century, representing his execution with the guillotine Place of the Revolution in Paris, on january 21st, 1793

On suppose que ceux qui montreront des images des fusillés de la Commune seront traînés devant les tribunaux, pour apologie de la peine capitale ?

On suppose que ceux qui montreront des camps de concentrations nazis seront traînés devant les tribunaux pour apologie du IIIe Reich ?

Est-ce de la pornographie messieurs les censeurs de Facebook?

On suppose que ceux qui montreront des images des camps de concentration soviétiques, ou de la terrible famine ukrainienne, seront traînés devant les tribunaux pour apologie du communisme assassin ?

On suppose que ceux qui montreront les images insoutenables des crimes du FLN en Algérie seront eux aussi poursuivis par apologie du terrorisme algérien ?

On suppose que ceux qui montreront le cadavre du petit Aylan seront traînés devant les tribunaux, pour apologie de la non-assistance à enfant en danger (pour reprendre le discours officiel) ? Ah tiens, non, cette fois cela n’a pas été le cas, le cadavre de la petite victime a été montré à des milliards de téléspectateurs et d’internautes, pour culpabiliser les Européens, sommés d’accueillir de faux migrants, mais des vrais clandestins qui sont venus nous envahir.

Par contre, l’image (qu’avait mise en avant Riposte Laïque) d’une fillette décapitée par les islamistes avait été totalement censurée.

De même, ils ont voulu interdire les images du Bataclan, après avoir interdit les images d’Hervé Cornara…

C’est pourquoi tous les amoureux de la liberté d’expression doivent défendre Gilbert Collard, et, par solidarité avec lui, diffuser le maximum d’images des crimes islamistes (exigés par le Coran) qu’ils ne veulent pas que les Français connaissent.

Pour commencer, un rappel, avec cette vidéo de Maxime Lépante, montrant la réalité des décapitations islamiques, depuis 14 siècles.

http://ripostelaique.com/decapitations-lhistoire-sanglante-de-lislam-de-mahomet-a-aujourdhui-attention-videos-horribles.html

Et, sous la signature, 12 photos. A-t-on le droit de montrer cela, ou vont-ils oser considérer que c’est de l’apologie du terrorisme ?

Paul Le Poulpe

Voir également ces trois articles de Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2017/09/27/et-cette-photo-de-45-corps-dhindous-massacres-par-les-rohingyas-elle-est-aussi-interdite-en-france/

http://resistancerepublicaine.eu/2017/09/27/et-les-camions-fous-dallah-on-a-le-droit-de-les-montrer/

http://resistancerepublicaine.eu/2017/09/27/et-ces-images-atroces-collard-et-marine-le-pen-ont-le-droit-de-les-diffuser/

 

Share

Mr Collard leader du F.N. c’est pas une idée quelle est bonne ça!

wpDiscuz