Souad et Mohamed Merah nous montrent le vrai visage des faux Français !

Souad Merah, sœur de Mohamed Merah, vient de nous montrer ce que nous dénonçons depuis longtemps à Riposte Laïque, à savoir que l’islam militant, dont les références politiques sont Ben Laden,  l’ensemble des moudjahidines (1), le Hamas (2) et aujourd’hui  Mohamed Merah lui-même, tisse librement sa toile au cœur de nos «cités sensibles», ces dernières n’étant «sensibles» que pour cette raison.

Qu’on puisse, depuis peu, souligner ce truisme sans risquer les foudres des bien-pensants est un gigantesque progrès. Mais il y a encore beaucoup à faire, car demeure l’illusion selon laquelle Souad Merah et ses acolytes ne seraient jamais que les victimes d’un déracinement social. En clair, les partisans «français» de Mohamed Merah correspondraient à l’image de Souad Merah et de tous les jeunes musulmans qui, pour avoir grandi dans nos cités, n’auraient cessé d’être tiraillés entre leur culture d’origine et la nôtre, au risque de verser dans le salafisme, avec, pour conséquence ultime, les horreurs que l’on sait !

Le problème est que cette interprétation devient totalement fausse dès lors qu’on la sépare de ce qui ne relève d’aucun déracinement, mais bien d’un enracinement quotidien centré sur le Coran et les hadiths (3). En d’autres termes, par amour pour Allah et Mahomet, Souad Merah s’est toujours voulue et se veut encore non-française, sans quoi elle cesserait d’admirer en son frère Mohamed (qui a assassiné sept innocents, dont trois enfants !) un homme de «tempérament», capable de «passer à l’acte».

Si Mohamed Merah ou Souad Merah avaient été d’authentiques Français, se seraient-ils demandé à plusieurs reprises s’ils pouvaient se faire exploser au nom de leur Dieu dans le métro toulousain ? Ne se seraient-ils pas opposés, au contraire, à ceux qui entendent défier nos lois par des actes de barbarie ? En conséquence, n’auraient-ils pas renoncé à un nombre considérable de préceptes communautaristes reçus dès la naissance et fondés sur le rejet du non-musulman ?

Mais tant que l’on continuera à voir, dans cette simple remarque, soit du racisme, soit la stigmatisation de toute une population, soit les deux à la fois, nous demeurerons à la merci de ceux qui n’acceptent la France qu’à travers la Charia.

Maurice Vidal

(1) Le moudjahid ou mujâhid (arabe : مُجاهِد [mujāhid], combattant ; résistant ; militant, pl. مُجاهِدون [mujāhidūn]) est celui qui pratique un combat au nom de sa religion (djihad).

(2) Le Hamas (arabe : حماس, «ferveur») est un mouvement islamiste palestinien créé en 1987, dont le programme comprend la destruction de l’Etat d’Israël.

(3) Les hadiths (arabe : حديث, adī  pluriel aādī أحاديث) désignent l’ensemble des traditions relatives aux actes et aux paroles de Mahomet et de ses compagnons, ces actes et ces paroles étant considérés comme des principes de gouvernance personnelle et collective pour les musulmans.


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.