Suisse : Dominique Ziegler me qualifie de raciste, Le Courrier refuse mon droit de réponse

Notre amie suisse Mireille Vallette, auteur de « Islamophobie ou légitime défiance » et de « Boulevard de l’islamisme », nous fait part des curieuses pratiques de la presse suisse. Insultée de manière grossière dans une chronique du journal « Le Courrier », par Dominique Ziegler, le fils à papa de Jean Ziegler (gauchiste mondialiste pro-palestinien proche de Tariq Ramadan), elle n’a pu obtenir le droit de réponse demandé. A noter que Riposte Laïque a été cité dans la charge haineuse du fils Ziegler contre Mireille. On ne prête qu’aux riches…

Le Courrier, les faits et l’idéologie

Le Courrier a publié le 31octobre une Opinion de Dominique Ziegler intitulée «Racisme légal». J’y suis taxée indirectement mais sans ambiguïté de raciste, fasciste et contributrice à la préparation d’un nouveau génocide, musulman celui-ci. J’ai tenté une réponse. Elle m’a été sèchement renvoyée. Raison invoquée ? Le quotidien « ne publie pas de propos à caractère raciste ou discriminatoire ». En quoi le sont-ils ? Le corédacteur en chef ne se fatigue pas à argumenter.

On remarquera que lorsqu’il s’agit de publier des propos diffamatoires et scandaleux, en l’occurence à mon propos, l’éthique est étrangement absente.

Voici le texte refusé:

 » En Occident, le radicalisme musulman est en plein essor

Dominique Ziegler malaxe quelques bribes de marxisme moisi afin d’aboutir aux mantras réservés aux critiques de l’islam: « racistes, fascistes » et pire encore selon sa conclusion. J’en suis une, qui de plus vous invite chaleureusement à consulter «le site raciste» Riposte laïque.

Ce qui caractérise mon livre, que n’a pas ouvert notre commissaire politique, ce sont des faits. Je vais donc vous priver de ratiocinations historiques pour m’en tenir à de dures réalités.1)

Dans tout l’Occident, des populations musulmanes déstabilisent nos sociétés. Toutes invoquent le Coran, Mahomet et la charia pour légitimer leur vision et si certaines s’affirment «modérées », aucune ne se sent tenue de dire ce qui la distingue de l’islam des radicaux et des terroristes. Et la quasi totalité des revendications des «intégrés» signe une régression sociale.

Le nouveau fléau des mariages forcés a obligé plusieurs pays européens à légiférer. Necla Kelek, sociologue d’origine turque, a réussi à faire diminuer l’importation massive d’épouses illettrées d’Anatolie destinées à une vie de quasi esclave en Allemagne. En Grande-Bretagne, le mariage entre cousins pakistanais (75% à Bradford) entraîne la naissance de nombreux enfants handicapés.

La haine de l’Occident va jusqu’au meurtre: des parents tuent leur fille, des frères leur sœur parce qu’elles sont attirées par le mode de vie occidental. En 2011 en Grande-Bretagne, la police a recensé plus de 2800 de ces «crimes d’honneur»: mutilations, tabassages, enlèvements, attaques à l’acide, meurtres. En très forte augmentation.

Des personnalités, tel cet élu du tout nouveau parti « Islam » en Belgique, s’affirment partisanes de la charia et de ses sanctions abominables. En France comme ailleurs, des fanatiques égyptiens ou saoudiens sont invités à des congrès d’organisations musulmanes «intégrées». L’affaire Mérah a conduit le gouvernement français à les interdire d’entrée cette année et par la même occasion à tenter de combattre la gangrène antisémite.

En Norvège, un musulman est élu «Exemple de l’année » pour son travail d’intégration. Son homophobie est révélée par un média: la peine de mort lui convient tout à fait. Cette révélation ne le privera pas de sa récompense.

La bigoterie est en plein boom: les rites et les préceptes sont accomplis de manière de plus en plus massive, et ceux qui les pratiquent tentent de les imposer dans tous les secteurs de la société. Les écoles, les entreprises ne savent plus comment gérer les revendications. En Norvège, le refus de travailler dans certains secteurs pour cause d’interdits amène les autorités d’Oslo à engager des imams chargés d’expliquer aux chômeurs qu’ils peuvent «transgresser».

L’approbation des textes «sacrés» dans leur littéralité s’est généralisée. Des rapports, des reportages, des sondages montrent, dans tout l’Occident, l’essor de l’obscurantisme et la progression d’un nouveau totalitarisme. En France, le rapport Obin ridiculise l’exemple du pain au chocolat de Jean-François Copé: dans les écoles des cités «sensibles», le contrôle des élèves rend tout simplement impossible de ne pas suivre le ramadan. Des parents d’origine musulmane qui désirent que leurs enfants mangent à la cantine n’y arrivent pas. Dans les quartiers aux mains des intégristes, le contrôle des filles est effrayant.

De multiples rapports de services de sécurité nationaux pointent le même plus grand danger: radicalisation violente et terrorisme islamiques.

Mais que disent de cela les innombrables musulmans intégrés? Qui les entend condamner ce radicalisme et celui qui sévit dans tout le monde musulman? Ceux qui le font sont un petit nombre, démocrates et féministes, ils font l’objet d’un de mes chapitres. Mais vu que peu d’entre vous le liront, je vous invite à regarder sans tarder la magnifique Syro-Américaine Wafa Sultan sur You Tube. »

 

*« Boulevard de l’islamisme, L’essor du radicalisme islamique en Europe illustré par l’exemple », éd. Xénia. Les exemples sont tirés de cet ouvrage.

Brève conclusion à cet épisode. Vincent Pellegrini dans Le Nouvelliste du 19 octobre affirme à propos de mon livre : « Contre les faits, il n’y a pas d’argument. » Peut-être… Mais lorsque l’emprise de l’idéologie est si étouffante, elle empêche toute confrontation aux faits. Que reste-t-il alors pour garder ses préjugés? L’insulte qui va en l’occurrence jusqu’à la reductio ad Hitlerum. Classique, désespérant et nauséeux.

Mireille Vallette


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans MEDIAS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.