Une deuxième mère de soldat français assassiné par Merah impose son voile

Publié le 17 mars 2013 - par - 4 089 vues
Share

Une fois de plus, nous voilà confrontés à une mère qui pleure la mort horrible et injuste de son fils, tout comme Madame Latifa Ibn Ziaten à qui j’ai fait part, la semaine dernière, de ma façon de penser.

Je veux parler, cette fois, de la mort du soldat Mohamed Legouad.

Mohamed Legouad, mort d’avoir croisé la route d’un autre Mohamed : Merah, pour ne nommer que lui.

Merah le cynique, Merah le sanguinaire, Merah dont on veut nous vendre qu’il ne serait qu’un fanatique endoctriné, un fou d’Allah.

Exit Merah.

Mais quid de Madame Legouad, mère de ce mort pour la France que fut son fils ? Un fils à qui la France a rendu hommage, à juste titre. Un hommage retransmis à la télévision, et qui a touché le coeur de millions de Français.

Comment, en effet, ne pas compatir à la douleur de cette femme que nous respectons infiniment pour la souffrance qu’elle endure ?

Mais comment, dans le même temps, ne pas nous interroger sur la raison d’être de ce voile dont cette femme, mère d’un soldat français, trouve opportun de se coiffer ? Tout comme Madame Ibn Ziaten, voilée elle aussi pour paraître et reparaître, il y a quelques jours et plusieurs jours durant, à la télévision devant des millions de téléspectateurs.

Un voile qui ne trouve aucune justification autre que religieuse.

Que voulez-vous nous vendre, Madame Legouad ? L’islam ?

Les Français ont repoussé, quelques siècles durant, les assauts des adeptes de votre religion. Nous avons fini par les bouter hors de notre pays où ils sévissaient à coups de razzias, de massacres et de viols. Par respect pour la pureté dont le port d’un voile vous pare – à tort ou a raison – je vous passerai toutes les exactions dont les populations des villes et villages de France ont été victimes de la part de vos co-religionnaires.

Après tout, les chrétiens n’ont pas été parfaits non plus.

Mais voilà belle lurette qu’ils n’en sont plus à opprimer, à torturer, à tuer , comme le sont encore des adeptes, de plus en plus nombreux, de votre religion.

Car depuis quelques décennies, les musulmans se distinguent, partout dans le monde, par leur violence et leur intolérance, sans parler de leur extrême cruauté, s’agissant des plus radicaux d’entre eux.

L’image désastreuse qu’ils donnent de l’islam engendre le dégoût, le mépris voire la haine de centaines de millions de gens, croyants et non croyants.

C ‘est pourquoi, Madame, j’estime que, dans le souci de contribuer à apaiser les esprits et pour ne pas donner l’impression que vous pourriez, de votre plein gré ou encouragée à le faire, cautionner de quelque façon que ce soit une religion dont le respect à la lettre conduit à tous les excès, vous ne devriez pas en afficher si ostensiblement votre appartenance.

La France – et l’Europe dans son entier – ne laisseront jamais l’islam anéantir leur culture. Cette religion politique a tenté de détruire – et elle a parfois réussi – toutes celles qui ont eu le malheur de se trouver sur son chemin. C’est la leçon de l’Histoire et si nos dirigeants sont assez stupides pour vouloir l’oublier, il n’en est pas de même de leurs peuples.

Pour en revenir à vous :

Votre foulard est, à mon sens, une provocation, voire une déclaration de guerre.

Comme je l’ai écrit à Madame Ibn Ziaten, mère de cet autre soldat victime de Mohamed Merah, ce voile que vous portez n’a pas sa place dans notre république française.

Si vous êtes vous-même française, il serait temps que vous en preniez conscience par égard pour le pays dans lequel vous êtes née (?) ou dans lequel vous avez immigré. Prouvez à vos compatriotes que vous êtes française avant d’être musulmane. Prouvez-le leur en laissant tomber ce voile.

Nous autres, Français, aimons nos traditions et tenons à ce que des gens tels que vous, que la France a accueillis les bras ouverts, les respectent.

Nous n’en demandons pas plus.

Lorsque vous rentrez « au pays » pour vos vacances, ce pays qui vous a si bien traitée qu’il vous a contrainte à le quitter, mettez votre voile si cela vous chante. Personne n’y trouvera à redire.

Mais ici, faites-vous discrète et fondez-vous dans la nation française. Ne la narguez pas. Ne narguez pas la France qui vous a accueillie et nourrie de sa générosité et de sa culture.

Soyez une Française parmi les Français. N’affichez pas votre religion. Nous n’avons que faire que vous soyez musulmane tout comme nous ne voulons pas savoir qui est catholique, protestant, juif pratiquant, agnostique ou athée.

La prochaine fois que vous passez à la télévision, rangez, s’il-vous-plaît, votre voile dans un tiroir et faites comme toutes les femmes qui ont plaisir à l’être et à vivre leur féminité : allez chez le coiffeur !

Eve Sauvagère

Les commentaires sont fermés.