Va-t-on enfin parler du scandale halal au cours de la présidentielle ?

http://rutube.ru/tracks/5325916.html?confirm=93e2f06bdf2d04c8f7c85d98284d26ec

Un envoyé spécial un peu plus objectif que le précédent. Brigitte Bardot avait lancé le débat, et sa fondation avait démontré les larges dérives qu’il y avait déjà il y a de cela 2 années ( http://www.rue89.com/2010/08/12/brigitte-bardot-la-viande-halal-a-envahi-la-france-161997 )… Ça n’a fait que d’empirer depuis.
Le problème est sixuple:

1) au niveau environnement. Nous faisons souffrir des animaux inutilement : l’étourdissement, même s’il n’est pas parfait (tout les animaux ne sont pas forcément totalement inconscients une fois la mise à mort), est déjà largement moins brutal que l’égorgement barbare.

2) au niveau du consommateur : aucune traçabilité, il ne peut donc pas acheter ou ne pas acheter selon ses convictions

3) au niveau religieux, bien sûr : que l’islam soit majoritaire ou minoritaire n’a rien à voir, le fait est que la religion prend possession dans notre société jusque dans nos assiettes, ce qui est inadmissible pour un pays dit laïque

4) au niveau hygiène : comme le démontre la vidéo, le fait de trancher la gorge augmente de façon significative le risque d’infection. La fondation Brigitte Bardot l’avait d’ailleurs déjà démontré

5) au niveau lois : une directive Française ET européenne existent depuis 1986 ! Le fait de voir des abattoirs 100% halal n’est qu’un énorme retour en arrière, de 30 ans (tiens donc, comme la dérive de la France en général)

6) n’omettons pas un fait souvent mis de côté : le patronat. Je ne suis pas de ceux qui aiment taper dessus, mais là, force est de constater que l’abus provient essentiellement de ce secteur, pour une question purement économique. Cela prouve, une fois de plus, que le libre échange et la liberté totale d’un marché ne peut être que nocif, et ne favorisera que le dit marché, ce qui est découle d’une logique implacable : laissez les pêcheurs faire ce qu’ils veulent, et vous n’aurez plus de poissons ; les chasseurs tueront tout ce qui bouge (c’est déjà un peu le cas pour ces secteurs, le pire étant qu’ils sont plus ou moins encadrés : imaginez sans aucun encadrement), etc. Les abattoirs suivent la même logique : leurs propres intérêts, en dépit du consommateur, de l’hygiène, du religieux (qui en tire profit), et, bien sûr, de l’environnement.

La première étape serait donc un traçage obligatoire pour toutes les viandes halal, sans exception. Cela devrait déjà freiner les abattoirs qui verraient certainement leurs ventes chuter. Seconde étape : une taxe obligatoire pour les viandes halal et casher. Cela freinerait d’autant plus les abattoirs privés et non religieux.
Troisième étape : supprimer toute exception pour l’étourdissement des bêtes, nous sommes au XXIème siècle il paraît, les animaux sont des êtres vivants et sensibles, et, cerise sur le gâteau, bien des pays (comme la Suisse) pratiquent déjà le 100% étourdissement sans qu’aucun problème ne soit posé pour les communautés musulmanes et juives.
Pourra t-on espérer une appropriation de ce sujet relativement capitale du fait que la majorité d’entre nous soyons impliqués pour les prochaines présidentielles ? Le candidat sortant va t-il s’en inquiéter ? J’en doute fort, il va falloir, comme pour les prières de rue, imposer ce sujet pour qu’il perce et soit réglé une bonne fois pour toute.

Olivier Pfister


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.